Baisée au téléphone

-« Téléphone à ton mari ! »

-« heu…là comme ça maintenant? »

-« oui, tu t’allonges sur le ventre là, sur le lit, et tu appelles ton mari. Tu le gardes au téléphone pendant que je m’occupe de ton petit cul de femme adultère ! J’adore ton petit cul. »

-« Ah ? Ok, pourquoi pas… »

Je m’installe sur le lit, compose le 06 de mon mari. Je plie les jambes pour montrer mes mollets. Collant noirs et talons hauts 👠 . Troisième sonnerie. Mon mari décroche : « Oui Chérie ? »

Il m’appelle Chérie par habitude. Dans sa voix un pointe de lassitude, d’ennuis que je l’appelle. Trouver un truc à dire, improviser.

-« Allo, je suis enfin à l’hôtel ! Ça va à la maison ? »

Bon je sais, pas terrible comme improvisation. Mais il faut dire que les caresses sur mes cuisses ça n’aide pas vraiment à se concentrer.

-« Oui, ça va, j’ai couché Anaïs et promené le chien. Tu leur manques…À moi aussi tu me manques. »

C’est rare que mon mari dise que je lui manque. Depuis que je le trompe cela a rééquilibré notre relation. Il n’est pas vraiment fidèle. Mais je ne penses pas qu’il  se doute que je suis infidèle. Et je prends bien soin de le laisser me baiser presque tous les week-ends en faisant semblant de jouir pour le rassurer. Là, au téléphone son : « tu me manques » me fait me sentir vaguement coupable. La main de mon amant remonte entre mes cuisses. Je les serre et me tortille un peu pour me dégager. Je me demande si je ne vais pas trop loin. Mais il presse la paume de sa main sur mon dos et m’embrasse délicatement dans le cou. Le cou c’est mon point faible. Ça l’a toujours été même adolescente avant mes premières relations sexuelles. Si un mec veut me faire fondre il lui suffit d’embrasser mon cou !

-« oui…toi aussi tu me manques. Ça a été son contrôle à l’école à Anaïs ? »

C’est bête mais parler de notre fille me déculpabilise de tromper mon mari. Cela peut paraître paradoxal mais c’est comme ça.
J’ai imperceptiblement écarté les jambes et sa main remonte à nouveau le long de l’intérieur de mes cuisses. Mon collant très fin exacerbe les sensations. Le nylon fait comme de l’électricité statique. Je me cambre un peu. Son doigt juste sur ma chatte.

-« Oui, super, que des pastilles vertes ! Et toi, ta journée ? »

-« Ennuyeuse à mourir. Mais maintenant je suis dans ma chambre, je….je me…détends »

Pendant que je tente d’avoir une conversation naturelle mon amant caresse ma chatte à travers le nylon. Je ne mets jamais de culotte sous les collants quand j’ai un plan cul. Je commence à avoir très chaud et des papillons dans le ventre. Je tente faiblement de repousser sa main mais il coince son genoux entre mes cuisses pour m’empêcher de me refermer.

-« hummm…nnnn….stopppp » je chuchote la main sur le micro de l’iPhone.

-« Allo ? Tu dis quoi ? Je t’entend pas… »

-« ah oui, pardon, j’ai la fermeture de la valise qui est coincé. »

-« ah, tu veux qu’on se rappelle plus tard ma chérie ? »

Mon amant me fait signe que non. Il pince ma fesse assez fort pour m’indiquer que si je ne fais pas comme il veut ça peut barder pour moi. Je décide d’obéir, je ne me sens plus du tout coupable, la situation m’excite.

-« Non non, t’inquiètes, c’est bon… d’entendre ta voix… »

Il a mis son genou juste contre ma chatte qui commence a bien mouiller. Je me frotte à lui. Je dois être trempée. Le nylon fait un bruit caractéristique quand il le déchire au niveau de mes fesses.

De l’autre côté du téléphone : « ??  Allô ? Ça va ? T’as déchiré quelque chose… »

« Oui…heu j’ai accroché mes collants sur le coin de la chaise… »

-« hummm, tu dois être jolie à voir ! Face Time ? »

-« heu…non, j’ai pas de 4G, je suis en hedge… »

-« Ah. Au fait demain je vais à casto, on dit toujours bleu pour le mur du couloir ? »

Nouveau bruit de nylon déchiré. J’ai les fesses bien à l’air. Il passes trois doigts entre mes cuisses sur ma chatte trempée et il commence à caresser juste comme j’aime. Dans la longueur, un doigt qui rentre et sort. Je mords mes lèvres.

-« hein? Heu ? Oui…bleu…si tu…veux.. »

-« Allo, tu es sûre que ça va ? »

-« Oui ! Oui ! Très bien…je vais très très bien… »

-« Non parce que j’ai encore entendu un bruit de tissus déchiré. »

-« oui, foutu pour foutu je l’ai arraché…tu disais quoi…déjà ? »

Deux mains passent sous mon ventre pour me soulever. Je suis à genoux. En position levrette. Un gémissement m’échappe quand il me pénètre.

-« Cherie ? »

-« hummm, nooon, je …me …suis …heu…cognée l’orteil…huummm, ça …fait…hyper mal….sa mère…. »

Il m’embrasse le cou à pleine bouche en me ramonant en levrette. J’en peux plus, ça devient impossible de rester naturelle au téléphone.

-« han…mon chéri…on se rappelle demain ok…la j’ai trop…mal »

FIN

me rencontrer…ici

 

 

 

1 660 views

Escape game sexy partie fine 1

Une idée du bargeot d’ami de Marie, André. Un pervers raffiné complètement déjanté mais assez créatif. Une grande maison isolée non loin d’une ville appelée Issoire. Un petit parc arboré entouré d’une enceinte de pierres. La maison, un corps de ferme le long de la départementale. Je mentirais si je vous décrivais le crissement des graviers blancs sous les roues de ma Fiat500c. Après le portail on  suit plutôt un vague chemin terreux qui longe le mur d’enceinte pour se garer sous l’ancienne écurie reconvertie en abris à voitures. C’est Marie qui m’a proposé de participer à cet escape game sexy.
« Nous serons quatre filles, je ne connais pas les deux autres. Je ne sais pas combien de mecs. Mais c’est ce vieux pervers d’André qui organise. Alors je pense qu’il n’aura pas prévu beaucoup de concurrence… »

André, c’est vraiment pas mon type. Sexagénaire, cheveux blancs, mou du ventre. Mais Marie, elle, je l’aime d’amour et avec elle je n’ai jamais été déçue. Alors je me suis libérée ce mercredi soir d’après confinement.

-« Il y a un dress code ? »

-« Non, pas que je sache. Il faut juste se présenter chez André à 20h précises mercredi à jeun depuis au moins midi et sans smartphone ni montre. Il a précisé que c’était important de jouer le jeu.»

-« Ah ? Bon, ok, ça me fait une occasion de perdre un peu de poids. Avec le confinement je me suis un peu laissée aller… »

-« Alors tu viens ? »

-« Et comment que je viens. Hors de question de te laisser seule avec deux autres filles. Je te rappelle que c’est moi ta partouze partenaire officielle ! »

-« Je t’aime ! »

-« moi aussi je t’aime… »

-« Oui mais moi je t’aime vraiment ! »

-« C’est celle qui dit qui y est… »

-« Pfffft, ça veut rien dire »

-« Allez à mercredi. »

-« On y va ensemble ? »

-« Bin oui, il a dit de venir, il a pas dit chacune séparément. »

A vingt heures piles donc nous sortons de ma voiture et nous dirigeons vers la porte d’entrée éclairée du logis d’André. Je pourrais écrire un manoir pour plus d’effet dramatique mais c’est juste une grosse ferme mal crépie toute en longueur. Marie a un blouson de cuir et un jean moulant qui lui fait un beau petit cul. Je suis en bottes de cuir et robe en laine. Dessous c’est sexy mode call girl en porte jarretelles. J’imagine bien que je n’ai pas été conviée pour jouer au Scrabble.

La porte est entrouverte, nous la poussons et entrons dans directement par la cuisine. Sur une table en Formica quatre foulards de couleurs différentes avec des étiquettes en papier cartonné façon plan de table de mariage. En face de l’étiquette Lucie le foulard est orange. Celui de Marie rouge. Il y a un jaune et un  rose. Sous mon foulard une enveloppe que je décachète.

« A partir de maintenant ton nom est Abricot. Ton amie Marie est Fraise, vous serez bientôt rejointes par banane et litchi. Mets ton bandeau sur les yeux et attends sagement. »

J’interroge mon amie du regard. Sa lettre doit être de la même teneur. Elle hausse les épaules et s’attache le bandeau sur les yeux. Je l’imite. Le tissus n’est pas très épais  et laisse filtrer la lumière. L’attente n’est pas longue je suis surprise par deux main sur mes épaules. On me fait tourner plusieurs fois sur moi même puis je sens le contact métallique de menottes sur mes poignets. Je suis guidée chancelante. On me fait rentrer dans une pièce  et l’on m’assoit sur ce que je devine être un lit. puis la porte claque en se refermant. Je n’ose pas enlever mon bandeau tout de suite. Mais je devine qu’il fait sombre et j’entends bouger pas loin de moi. Alors j’enlève mon bandeau. On n’y vois rien. Noir complet.

Je chuchote -« Marie ? »

-« Oui, je suis là. » tu peux te guider au son de ma voix ?

cliquetis. Je me rends compte qu’une chaîne est accrochée à mes menottes et aux barreaux du lit sur lequel on m’a assise.

« Marie ? Toi aussi tu es attachée ? »

-« Oui… »

-« Silence ! » la voix est forte mais nasillarde. Je devine qu’elle vient d’un haut parleur. La porte s’ouvre et un homme mince que je ne connais pas amène une fille blonde avec un bandeau jaune sur les yeux. Il la pousse à côté de moi sur le lit et joint ses menottes aux miennes avec un cadenas à code. L’homme qui le suit avec la quatrième fille, une petite brune asiatique en talons aiguilles, je le connais. C’est André. Il ne m’adresse même pas un regard et il attache litchi à Marie comme l’autre l’a fait avec Banane.

L’autre homme sort de la pièce et André nous sert son petit discourt de bienvenue : « Mesdemoiselles, bienvenues à l’académie salade de fruits. Les fruits c’est vous. J’ai le plaisir de vous annoncer que vous avez été choisies par le roi Rama X de Thaïlande pour intégrer son Harem personnel. Vous êtes ici pour apprendre les règles du Harem et comment vous comporter en présence de son Altesse. Pour l’instant, installez vous et faites connaissance. On vous dira bientôt quoi faire. »

-« Heu, André, c’était pas sensé être un escape game ? »

-« Mais bien sûr…Abricot…à vous de trouver comment vous échapper…En attendant vous êtes à l’académie en formation pour intégrer le Harem… »

Puis il nous laisse sans oublier d’éteindre la lumière. Il fait à nouveau noir.

-« Bin ok, super, merci Marie, génial ton plan ! »

-« Oh, ça va, c’est pas méchant. Avoue que c’est original. Vis le comme une aventure de plus…et appelle moi Fraise, ça te mettra plus dans l’ambiance. »

-« bon, ok. Et elles en pensent quoi Banane et Litchi ? »

-« Banane elle pense que si on avait de la lumière ça irait déjà mieux. »

-« Pareil ! » dit Litchi depuis le lit de Marie.

A suivre…

mes prochaines dates…

948 views

Lettre à mon prochain amant

Mon chéri,

Permets tu que je t’appelle ainsi ? Je ne sais pas encore qui tu es. Nous nous retrouverons à Gap dans deux longues semaines. D’ici là je pratiquerai l’abstinence sexuelle pour être bien en manque quand nous nous retrouverons. Sauras-tu faire de même ? Zéro branlette pendant au moins trois jours ? Saches, mon chéri que j’aime commencer par sucer et avaler quand tu t’es retenu plusieurs jours. Ma façon à moi de te montrer que j’accepte tout de toi.

Ensuite nous aurons le temps de mieux faire connaissance puisque je serai trois jours et deux nuits à Gap. Toute à toi sauf entre 10h et 16h car oui, j’ai un vrai métier !

Mon chéri, viendras tu courir avec moi avant que nous fassions l’amour ? Je suis certaine que mon legging te plaira. M’offriras tu des fleurs le deuxième soir ? Me sortiras tu en ville, les bars auront-ils réouvert ? J’imagine mes genoux à tes oreilles et tes assaults d’abord doux puis violents au fil des heures. Sauras tu me masser comme il faut ? Là où il faut ? Mon chéri je croise les doigts pour qu’il te vienne des fantasmes auxquels je n’ai jamais pensé. Mon chéri, si tu sais me dresser je serai ta soumise, ton jouet sexuel le temps d’une parenthèse enchantée avant de retourner au triste lit conjugal de ma vie bourgeoise. Mon chéri, si tu es à Gap et libre la première semaine de juin écris moi…Je t’aime.

1 153 views

Comment bander plus longtemps

Sinon pour le rencontrer c’est par là…ici
AE9A188F-1F66-4712-85A3-7C4297360217

Comment bander plus longtemps avec une fille sexy ?

Oui, je suis une chaudasse ! Oui j’aime un bon plan cul hors mariage de temps en temps. Et même quand je ne suis pas en mode salope adultère, genre au bureau où il faut sauver les apparences, j’aime deviner que je fais bander les hommes. Mais  parfois je tombe sur un éjaculateur précoce, un bande mou ou simplement un amant moyen et sans imagination. Alors bien sûr, ces plans foireux ne sont pas racontés sur mon blog. Mais ce soir j’ai décidé d’essayer de rendre service à tous et à toutes en livrant quelques astuces qui fonctionnent pour bander mieux et plus longtemps.

Parfois une fille trop sexy peut te faire perdre tes moyens. Et tu bandes mou. Ou elle te fait bander mais tellement fort que  tu ne tiens pas longtemps. Il peut même arriver que tu renonces juste par peur de décevoir à cause de tes troubles érectiles.

Bon, je sais qu’il y a plus glamour comme sujet. Mais pas d’inquiétude, ta grande salope préférée va faire de son mieux pour t’apprendre des choses utiles tout en te faisant  bien bander à la lecture de mon article « conseils pour bander plus longtemps ».

Que se passe-t-il quand tu bandes ?

Bien bander longtemps certains y arrivent naturellement. Mais pour d’autres c’est plus compliqué. Et moi j’aime sentir contre mon petit cul tout doux ta queue bien raide. Et comme je suis du genre à aimer les rencontres de hasard sur internet, forcément je ne tombe pas toujours sur des étalons endurants. Alors plus les bons conseils seront diffusés moins j’aurai de chance de mal tomber. Petite mise au point physiologique. L’erection, tu le sais sans doute, c’est l’arrivée de sang sous pression dans le corps caverneux. Le corps caverneux en gros c’est la chair du sexe masculin. Bon, zut, là j’ai l’impression d’être sexy comme un proctologue. Reprenons. J’imagine ta queue qui se gonfle de sang. Elle fait une bosse à ton pantalon et je ne peux m’empêcher de venir contre toi pour tâter. Je te glisse à l’orseille que j’ai envie te faire bander pour te sucer. C’est déjà mieux non ? Ce que tu ne sais peut être pas c’est que ce sang, pour arriver à ton sexe turgescent, doit être libéré. Et pour cela c’est un petit muscle qui doit se détendre. Donc, tout le monde parle de contrôle, pense contrôle alors que la vraie clef c’est la détente. Détends toi, laisses moi faire. Je vais te sucer et tu vas me baiser par tous les trous. Je vais aimer ça et j’en redemanderai. Dans ma chatte mouillée ça rentre tout seul mais je la contracte ensuite et sait la faire se passer pour celle étroite d’une pucelle. Et si tu bandes assez dur et longtemps  c’est dans mon petit cul que tu pourras jouir. Alors on arrête de se lamenter sur sa demi mole ou son ejaculation précoce et on suit les conseils de sa petite salope en chaleur. Don’t worry baby, ça va très bien se passer…

Pour bien bander, oublier ses troubles érectiles

Règle numéro 1 donc pour bien bander : se détendre. Avec une bombe atomique allumeuse c’est vrai que c’est plus facile qu’avec bobonne. Mais même avec bobonne il suffit de se laisser aller. Tu laisses courir, tu oublies les problèmes d’erection et tu profite du moment. De toutes façons, je vais te révéler un secret : une fois que tu bandes c’est déjà trop tard, la machine est à peu près réglée et le mieux que tu puisses faire pour faire durer s’est justement de ne pas faire durer, de lâcher prise. Nous le verrons plus loin mais pour mieux bander et pour bander plus longtemps c’est en amont qu’il faut agir. Donc avec mon petit cul ou avec ta salope de tinder tu profites juste de l’instant, quelqu’en soit la durée…

Comment savoir si mes problèmes d’érection sont physiologiques ou Psychologiques ?

En vous répondant : «Les problèmes d’érection, c’est dans la tête » je sais que j’ai 9 chances sur dix d’être dans le vrai ! Mais cela n’aide pas vraiment.

Alors je vais vous livrer un petit secret tout simple. Je vais vous donner une méthode infaillible pour savoir à coup sûr si vos problèmes d’érection sont physiologiques ou psychologique. C’est très simple. Si vous bandez souvent fort le matin, juste avant le réveil. Alors vous n’avez pas de problème physiologique. Si cela ne vous arrive presque jamais ou jamais. Alors il faut consulter. Ce n’est pas que dans la tête. Voilà c’est aussi simple que cela. Le reste c’est du blabla. Donc si vous bandez sur le matin alors vous n’avez pas de problème d’erection. Détendez vous et profitez du temps que nous passons ensemble. Votre queue dure toute a moi pour 30 secondes ou 3 heures. Qu’importe, quand on aime on ne compte pas.

S’entraîner à bander plus longtemps

Si vous ne bandez pas le matin alors inutile de lire cet article. Je ne vais pas vous mentir. Il faut consulter un vrai médecin ou un sexologue. Un point c’est tout.

Mais sinon, si vous avez souvent seul un belle erection mais que vous perdez vos moyens ou ne tenez pas assez longtemps alors j’ai quelques trucs et astuces pour vous aider à mieux bander plus longtemps.

La baise c’est comme beaucoup de choses. Une question d’entraînement. L’endurance cela s’acquiert. On ne devient pas marathonien du sexe du jour au lendemain. Mais on peut tous et toutes y parvenir. J’écris toutes aussi car c’est un jeu qui se joue à deux (ou à trois ou plus d’ailleurs…). Pour bander plus longtemps une partenaire qui sait te faire bander plus longtemps cela est un vrai plus ! Mais nous parlions d’entraînement. Se masturber, mater des vidéos porno, ou mieux faire de la sexcam avec une fille en direct constitue un excellent entraînement pour apprendre à bander plus longtemps. Bien sûr l’idéal c’est de s’entraîner en vrai, avec un bonne copine de sexe qui comprendra. Mais forcément tout le monde n’a pas cela sous la main, j’en suis consciente. Le moins bien c’est les vidéos porno.  Cela ne marche pas car il n’y a pas de vraie interaction. Donc vous ne progressez pas vraiment et votre chrono n’évolue pas. En plus c’est vite répétitif et déprimant. Un bon compromis c’est la sexcam en ligne. Soit en gratuit avec un coquine trouvée sur un site de rencontre et qui n’est pas encore prête à une rencontre physique, soit en chat avec un strip teaseuse en ligne. Cela peut coûter un peu mais c’est par CB ou téléphone et ça reste raisonnable. Pensez à vous chronométrer, revenez deux trois fois par semaine, pas plus. Vous verrez, rapidement g vous ferez des progrès et banderez plus longtemps.

S’entraîner avec une coach sexuelle

Eh oui ! Ça existe. Bon en vrai d’autres appellent cela une pute. 😹🙀. Mais si vous avez quelques moyens financiers et que vous trouvez une jolie prostituée, il suffit de lui expliquer votre problème et elle sera heureuse de devenir votre coach sexuel. Les prostituées occasionnelles cherchent toutes des clients réguliers pas trop louches. C’est exactement votre cas, pourquoi vous en priver ? Surtout c’est pour la bonne cause. En vous entraînant avec une professionnelle vous satisferez mieux votre actuelle ou future partenaire de jeu.

Les pilules pour bander

Eh oui, le viagra et autres génériques du viagra que l’on trouve plus ou moins légalement sur internet ça marche ! 👌

Pour certains quinquagénaires d’ailleurs cela a été une révolution dont on a trop peu parler. Il faudrait aussi parler à toutes ses femmes ménopausées victimes collatérales du  viagra 😖. Mais c’est une autre histoire que je développerai peut-être un jour. En attendant oui, le viagra fonctionne. Je ne saurais quand même que trop vous conseiller un avis médical. Si vous vous en passez soyez prudents et sachez que c’est déconseillé en cas de problème cardiaque.

Pour un petit coup de pouce il y a aussi le fameux Titan XXL. Perso je trouve le nom débile genre attrape nigaud. Mais la vérité c’est que ça marche vraiment pas si mal. Ce sont des gélules à prendre avec un verre d’eau une heure avant de baiser. Je ne vous promet pas le produit miracle. Mais un bon deux fois plus longtemps et une queue bien dure c’est presque garanti ! Après deux fois plus que 30 secondes c’est une minute…Donc faut pas rêver non plus. Pour essayer j’en ai donné à mon mari un jour de confinement en douce. Je lui ai fait croire que c’était un complément alimentaire pour mieux dormir. Il m’a un peu mieux baisée que d’habitude. J’ai dis un peu. Mais la différence était quand même notable et appréciée.

1 172 views

Envie d’une bonne pute bien salope et gratuite ?

pute

Pour me rencontrer c’est ici

Putain ! C’était long ce confinement ! Trop envie de refaire ma pute adultère. Pardon d’être directe mais j’en peux plus ! Il faut que je refasse ma petite salope suceuse étroite de la chatte et du cul sinon je vais devenir dingue 😜 !

Pour toi j’ai enfilé ma petite robe noire courte. J’ai chaussé des talons hauts d’actrice porno et choisi le rose à lèvres qui me fait une bouche à pipe. Vrai sac à main chanel et boucles d’oreilles créoles en or. J’ai relevé mes cheveux en chignon pour que tu aies envie de poser ta main sur mon cou quand je te sucerai. Les bars restent fermés mais nous pouvons encore jouir du plaisir de marcher en ville en se tenant par la taille. J’aime que tu me sortes, que tu me montres comme un trophée de chasse dans cette petite ville de province où je suis une parfaite inconnue. J’aime sentir les regard sur moi. Sur nous. La jalousie des autres hommes est évidente, celle des femmes aussi d’ailleurs. Cela m’excite et me donne encore plus envie de faire ma vraie chienne salope pour toi après la promenade. Il a fallu ruser pour trouver un terrain de jeu a moins de 100km de mon domicile conjugal qui ne soit pas trop risqué. Trouver un prétexte pour m’absenter toute une journée alors que je suis sensée télétravailler n’a pas non plus été une mince affaire. Mais tu sais quoi, je suis une salope pleine de ressources. Et étrangement je me suis trouvé une passion pour le bénévolat ces derniers temps. C’est très  bien le bénévolat. Exactement le genre d’activité qui n’intéresse pas mon mari avec des gens qui lui sont indifférents et qui me permet de m’absenter jusque tard le soir, voir toute la nuit si je dis que je fais des maraudes. Seul inconvénient, pour être crédible il faut aussi en faire vraiment. Mais en vrai ça va. Aider les pauvres rachète mon âme et j’y prends un réel plaisir. Qu’importent mes motivations. Au final ça aide non ? Mais trêve de digression, je suis donc à ton bras dans ce moment délicieux de l’entre deux. Nous ne sommes pas encore amants. Juste une rencontre internet qui va se concrétiser ou rester dans la friend zone. Pour cette remise en jambes d’après confinement j’ai choisi de jouer mon propre rôle. Celui d’une fille sexy mais mariée, en manque de sexe après un confinement désastreux avec mon mari. J’ai dit : « Sors moi, exhibe moi, Je veux que toute la ville sache qu’on va baiser et après je veux que tu me baises comme une chienne jusqu’à l’épuisement. » parfois je sais être directe…Et très convaincante…

J’ai aussi dit : « J’aurais un masque en tissus à fleurs, je ne l’enlèverai que plus t’embrasser et te sucer. Tu me trouveras assise sur un banc au parc municipal à 14 heures précises. Je ne t’envoies pas de photos, mais je ne t’en demande pas non plus. Si tu ne me trouves pas à ton goût alors passe juste ton chemin. Moi, ton physique m’importe peu, pourvu que tu saches me faire couiner et jouir jusqu’en fin d’après midi je suis preneuse. »

Et nous voici donc, bras dessus, bras dessous, marchant parmi d’autres déconfinés. Je t’ai demandé de mettre ta main sur mes fesses en marchant. « Comme ça tu peux tâter la marchandise et en plus ça m’excite… » Et nous avons commencé notre petite promenade en amoureux. J’ai fait durer pour que monte un peu le doute en toi. Pour que tu accumules assez de frustration pour me le faire payer une fois seuls. Je t’ai traîné dans quelques boutiques d’ameublement juste parce qu’il y avait du monde et je je voulais que d’autres hommes me voient lécher ton cou en douce. Je voulais sentir leur yeux rivés sur mon cul moulé dans la petite robe noire. Je voulais jouir des regards désapprobateurs de quelques vieilles rombières provinciales. Puis, après une grosse heure de ballade, quand je t’ai senti à bout j’ai cédé : « Oh ! C’est marrant, on est juste à côté de chez moi ! Ça te dis de monter cinq minutes ? Ou plus, si affinités ? »

Dieu merci, Airbnb fonctionne encore !

Dans l’escalier de bois qui monte a mon appart je suis passée devant pour te laisser mater mon petit cul de salope et mes jambes fuselées sur talons hauts. J’ai fait semblant en arrivant de faire tomber mes clefs pour me baisser et que tu puisses voir que j’ai mis des bas de pute de luxe. Tu as osé une main au cul. Cela m’a surprise car tu avais été plutôt réservé jusqu’ici. Mais rassure toi, la surprise était agréable et je suis restée penchée te regardant en arrière mes fesses toujours offertes. Tu aurais défait ta braguette et m’aurais prise par derrière sur le palier, je n’aurais pas protesté. Mais tu as juste aventuré ta main plus profond, entre mes cuisses déjà moites. Tu t’es penché vers moi : « Dépêche toi s’ouvrir sinon je risque de te prendre ici debout… »

-« Hummm, je suis pas contre… »

Un doigt sous mon string, habile le bonhomme !
-« Ah, oui, je vois ça, t’es un petite cochonne dis donc… »

-« Hummm, oui, une petite cochonne qui mouille déjà… Mais qui a trop envie de sucer pour te laisser me prendre à la va vite sur le palier finalement ! »

Je me suis relevée, j’ai rajusté ma robe et ouvert la porte pour t’inviter dans ma garçonnière…

Lumière tamisée, j’avais pris soin de tirer tous les rideaux à l’avance. Bougies de massages coquins sur la table basse, pilules « revitalisantes » pour les deuxièmes et troisièmes rounds, véritable martinet à lanières de cuir pour le cas où il te viendrais l’envie de me punir d’être une vilaine fille. Comme tu vois j’ai tout prévu pour que nous passions une excellente après midi…Il y a aussi une boîte à   cigares cubains sur la table basse. Je trouvais que ça allait bien avec le vieux fauteuil club en cuir. Je te pousse dans le fauteuil : « Détends toi, on va dire que je suis ta Monica Levinsky. Ok ? T’as rien contre la nicotine j’espère… »

Je fais glisser ma robe par terre pour me retrouver en soutif et porte jarretelles. La vérité c’est que je n’ai pas trop envie que tu déchire ma robe. C’est une AlexanderMacQueen et même si ça ne te dis rien elle m’a couté une blinde ! Et j’aime qu’on s’occupe de mes gros seins pour les préliminaires… Je prends la boîte à cigares et m’avance vers toi pour te l’offrir : « Ils sont un peu secs désolée… » je baisse les yeux, évidemment tu m’as comprise. Mais vas tu oser ? Vas tu le faire comme il faut ? Comme j’aime ? Ton bras autour de ma taille me fait deviner que oui. T’es lèvres sur mon ventre sont tièdes. Tu écartes délicatement mon string petit bisou avec le bout de la langue sur mon sexe déjà ouvert. Tu enfonce doucement le cigare qui glisse tout seul. Je n’ai pas choisi de gros barreaux de chaise que je trouve vulgaires. Ceux là sont longs et comparés à une belle bite ils sont de moindre diamètre. Mais justement c’est parfait, plus gros qu’un doigt, mais moins que deux, et tout lisses. Tu fais quelques va et vient délicieux mais pas plus pour ne pas tremper le havane. Je te prend le cigare pour le chauffer à la flamme d’un briquet zippo chromé. La flamme sent l’essence. Tellement mieux qu’un bic à gaz. Je chauffe jusqu’à sécher le cigare sans le brûler. « Oh ! Il est tout sec à nouveau !… » Cette fois s’est moi qui guide ta main pour introduire le cigare dans ma chatte. Je te montre comment tourner en pressant juste comme il faut sur mon clitoris. Je mords ma lèvre inférieure pour ne pas gémir. « Ça va ? Tu l’aimes ta petite stagiaire ? Tu m’offres un cigare à moi aussi ? » Bien sûr en disant cela j’ai la main juste là où il faut pour être sure que tu comprennes de quel cigare je parles. J’allume ton havane, je tire la première longue tafe et te le mets en bouche avant de m’agenouiller entre tes genoux. Ta queue est évidement au garde à vous. Je défais mon soutiens-gorge pour la prendre entre mes gros seins en branlette espagnole. Je commence sans la bouche, juste en pressant mes seins tièdes et soyeux. J’appuie ma langue sur ton ventre. Je regarde vers le haut droit dans tes yeux. « Tu peux souffler un peu la fumée vers moi ? J’aime l’odeur et j’ai envie d’avoir les yeux qui piquent » Le délire te semble peut être bizarre mais tu prend une longue taffe et tu la souffle vers mon visage. Je me force à garder les yeux ouverts. Ça pique mais les larmes montent et c’est ma fierté de bonne pute bien salope de te montrer que j’encaisse et que j’aime ça. Un indice dont j’espère que tu te souviendras quand nous serons dans d’autres positions. Je veux que tu comprennes que j’ai tout et que tu n’as pas à te gêner avec moi. Je suis ta pute pour l’après midi. Ton jouet sexuel dont tu peux user et abuser. Quand je prends enfin ta queue à pleine bouche ta main ferme sur ma nuque me fait comprendre que tu as reçu le message cinq sur cinq. Mais après quatre ou cinq va et vient gourmands tu te retires de ma bouche de gloutonne. Je sais ce qui t’inquiète : « Rassure toi, te retiens pas de décharger. Avec les pullules magique que j’ai on a toute l’après midi pour s’amuser et tu pourras bien défoncer ma petite chatte étroite et me déchirer le cul sans problème. Là ça fait trop longtemps que j’ai pas avaler du sperme. Te retiens pas. » Et je me remets à l’ouvrage après cette trop longue tirade. Je sais que tu dispose d’une vue imprenable sur ma chute de reins. J’ai toujours mon string et mes bas de call girl. Maintenant que tu sais que tu peux éjaculer dans ma bouche tu es plus détendu et ça prend du temps. Je suce ta bite toujours longue et dure mais au lieu de t’exiger et te tendre jusqu’à jouir c’est tout le contraire. Tu souffles la fumée sur mon visage et te laisse aller : « C’est ça, tu es vraiment un bonne pute Lucie, suce bien, vas y t’as raison, on a tout le temps. »

Je te reprends entre mes gros seins. Les yeux vers toi en larme à cause de la fumée. Puis je m’y remets, en gorge de plus en plus profonde. Enfin je sens ta main qui se crispe un peu plus sur ma nuque, t’es cuisses dures et tendues, tu te cambres ne jouis pas encore. Je dois continuer à sucer longtemps avant qu’enfin tu décharge la purée dans ma bouche. C’est chaud, abondant, goût inimitable, salé et visqueux un peu comme de la tête de veau.  Mon plat préféré. Le sperme, pas la tête de veaux ! J’avale et je le he bien tout ton sexe pour le nettoyer. Et je viens me blottir contre toi dans le grand fauteuil. Je te prends le cigare pour fumer un peu moi aussi. « Hummm, j’ai adoré te sucer, merci, on fait une petite sieste ensemble ? Tu veux bien ? »

Je t’entraine vers la chambre. Pour te déshabiller. J’ai envie que tu me prennes dans tes bras et que nous dormions un peu avant de refaire ma petite pute du jeudi après midi. La petite pilule que je te fais avaler fera effet dans une heure, au sortir de la sieste. C’est en tous cas ce que je te dis. Je ne suis pas certaine que ce soit vrai mais je sais que si tu y crois alors ça marchera. Surtout mon petit cul de salope contre ta queue fera forcément son effet. En fermant les yeux j’ai déjà hâte d’être enfin pénétrée.

Ami lecteur qui est allé jusqu’au bout de ses longues lignes. Merci ! J’espère t’avoir bien fait bander. Je suis curieuse de savoir ce que tu m’aurais fait au réveil si tu avais été à la place de mon petit plan cul de jeudi dernier…

2 076 views

Plan cul jeu concours

Plan cul, jeu concours avec rien à gagner…ou peut être que si…ou que non…va savoir avec une perverse comme moi lunatique et nymphomane. Bref, le principe de ce jeu est simple : dites en commentaire les mots que vous aimez dire à votre partenaire au lit…ou ceux que vous aimeriez lui dire…ou ceux que vous aimeriez qu’elle où il vous dise. Gagnant ou gagnante annoncée dans 7 jours calendriers… Bonne chance !

1 206 views

Comment baiser une salope en Legging

Salope en legging, c’est tout moi !

Coucou toi, me revoici pour un petit sujet qui m’excite particulièrement. Me faire draguer et surtout baiser en Legging. Suis moi dans cette petite exploration intime, très intime, de la psychologie de la salope en Legging. Si tu veux tous savoir sur ce type particulier de coquine en leggings, où trouver la salope en leggings, comment draguer la fille en leggings, et, surtout, comment baiser une fille en leggings, alors tu as frappé à la bonne fesse…

Pourquoi j’aime être en legging sexy

Depuis des mois, des années, je me démène pour être physiquement au top et ultra sexy. Sport, yoga pilate, running mais pas trop pour garder juste quelques formes sexy pile là ou il faut. Alors oui, j’aime montrer mes longues jambes et mon cul dans un legging bien moulant. Que ce soit à la salle de gym, dans un parc municipal ou autour d’un stade le legging est la tenue de salope parfaite pour exciter mon prochain plan cul. Parfois je l’ai dragué sur internet et c’est facile car il fait déjà que je suis chaude. Mais souvent il me suffit juste d’enfiler un legging et d’aller courir là où se retrouvent les joggers d’une ville inconnue et nouvelle pour moi. C’est quasi imparable, il y en a toujours un pour venir à mon niveau. Sans être une dingue super entraînée j’ai quand même la forme alors je peux tenir la distance au moins sur un semi. Même quand le mec est meilleur que moi, ce qui arrive, ne nous le cachons pas, il ralentit toujours la cadence pour ne pas me perdre… C’est d’ailleurs comme cela que je repère qu’il est hétéro. Et donc forcément pour moi ! Les coquines et les coquins qui me lisent depuis longtemps savent que j’aime me faire défoncer. J’aime jouir mais j’aime surtout ce moment où je perds mes repères. Le cœur qui bat a tout rompre, le plaisir qui se mêle à la douleur, la baise jusqu’à la limite de l’évanouissement. Alors forcément le faire prendre en levrette après avoir couru deux trois heures c’est idéal. Si le mec me cour avec moi assez longtemps en général je le drague vers le dixième kilomètre. En bonne sportive salope je trouve toujours un moyen subtil de lui proposer de courir jusqu’à mon airbnb pour une partie de jambes en l’air. Il ne refuse jamais la proposition indécente…

Salope sexy legging
Salope sexy legging

Où trouver une Salope en legging ?

En seconde position après les parcours de running mon terrain de chasse pour un plan cul de salope en legging c’est la salle de sport. J’ai un abonnement France entière chez Fitness Park. Parfait pour la drague en déplacement pro. La drague en salle de sport est plus délicate qu’en running. Mais engager la conversation avec un mec est plus facile aussi. J’essaie de repérer les hommes mariés entre trente cinq et cinquante cinq qui sont ma cible de prédilection pour un bon plan cul adultère. Avec tous les miroirs c’est facile de repérer qui me matte… En général, comme pour le running j’attends d’être bien en sueur et crevée. J’aime être courbatue quand le mec m’entreprend. Souvent j’attends le dernier moment, sur le parking après la séance pour proposer la botte à mon plan cul. S’il a une belle berline je peux même avoir envie de me faire défoncer le cul sur la banquette arrière de sa voiture.

Legging sexy, l’anti censure

Autre chose que je kiffe avec le legging sexy c’est qu’une photo de salope en legging sexy n’est jamais censurée sur Facebook ou Instagram. La photo de profil en leggings sur un site à plan cul genre cinq à sept c’est un grand classique, une figure imposée. Comme la fellation ou la levrette. Ça ne fait pas tout mais c’est un basique à maîtriser quand on veut être un bon coup, une bonne salope.

Baiser une salope en legging sexy

Pour bien me baiser quand je suis en legging faut-il déchirer le legging après m’avoir chauffée à mord à travers le tissus ou faut-il baisser mon legging ? Moi j’aime les deux. C’est certain que déchirer le legging ça peut faire un peu mal au cœur. Si vous ne connaissez pas trop votre plan cul je conseillerais d’éviter. C’est pas que je soit avare mais un bon legging sexy c’est quand même pas donné. Donc en déchirant vous prenez quand même le risque de faire tomber l’ambiance. En plus le legging just baissé ça tient mes cuisses de chienne serrées. Et ça c’est bien excitant. Avec quelques bonnes claques sur les fesses et quelques mots cochons bien choisis ça m’excite à mort.

Legging uni ou à motifs pour jambe et cul sexy

Une autre chose que j’adore dans le legging c’est que tous les motifs fonctionnent. On pourrait croire que les rayures horizontales font de grosses cuisses laides. Alors qu’en fait ça peut être très sexy. Un legging motif rainbow 🌈 pour un délire années 70, libération sexuelle hippie ça peut carrément le faire. Les motifs animaliers, panthère ou zèbre pareil. Ça peut faire vraiment la blague. Legging fluo années 90 peut être osé sans  honte. Un de mes préférés :  legging blanc avec les c inversés de Coco Chanel en paillettes sur le haut de la cuisse. Très cool avec des grosses jambières en laine…

Draguer une salope en legging dans un cours de yoga

Nul besoin d’être un pro du yoga pour draguer une salope en legging sexy a un cours de yoga. En tous cas moi c’est suite à un cours collectif que j’ai eu un de mes meilleurs plan cul en legging…Que je vous raconterai bientôt…

Quant à vous, ne soyez pas timide. Femme ou homme, racontez moi vos expériences coquines en leggings. Ou, à défaut vos fantasmes impliquant des leggings ou ce que vous aimeriez me faire subir en legging…

2 419 views

Hôtesse de l’air sexy anal

Hôtesse de l’air sexy

Hôtesse de l’air sexy. C’est le costume tout simple et évocateur que j’endosse il y a quelques mois pour un plan cul qui me tient à cœur. Depuis longtemps j’avais très envie d’un plan cul en uniforme d’hôtesse de l’air. Le fantasme va peut être vous paraître banal mais ce sont parfois les idées les plus simples qui donnent les plans cul les plus mémorables.

Uniforme d’hôtesse de l’air sexy mais authentique

L’uniforme d’hôtesse de l’air j’aurais pu le prendre sur un site sex-shop de vente de costumes sexy. Mais l’envie de quelque chose de vrai, d’authentique m’a plutôt dirigé vers eBay. Je voulais vraiment que mon plan cul me prenne effectivement pour une hôtesse de l’air. L’hôtesse de l’air c’est le fantasme de beaucoup d’hommes. Et moi, mon gros kiff c’est d’incarner le fantasme parfait pour un homme rencontré au hasard sur internet.
C’est fou ce qu’on trouve sur eBay ! Après quelques recherches je fais donc l’acquisition d’un uniforme complet en parfait état d’hôtesse de la Norwegian Airline. La vendeuse m’explique en Anglais qu’elle le vend pour arrondir ces fins de mois. Ça me coûte quelque centaines d’euros mais ça va, je ne suis pas radine et je sais que je pourrai toujours m’en débarrasser sur eBay sans problème. La Norwegian Airline, je ne l’ai pas choisie au hasard. J’adore mettre dans ma voix une légère pointe d’accent Nordique. Et les Suédoises ou Norvégiennes ont la réputation non usurpée d’être très libérées sexuellement. Mon personnage d’hôtesse de l’air coquine n’en est que plus crédible.

Hôtesse de l’air sexy en dessous chics

Sous le tailleur bleu de l’uniforme nuit j’opte pour des bas et porte jarretelles sexy en nylon noir. Bien décidée à me faire prendre toute habillée  en faisant ma grosse chaudasse je privilégie, pour une fois, les bas aux collants. Dans ma valise cabine à roulettes je prends soin de mettre à peu près tout ce qui peut rendre crédible mon personnage d’hôtesse de l’air en transit. Sous vêtements sexy de rechange, nécessaire de toilette, tenue de sport avec legging et tennis, mais aussi un plug anal et quelques crèmes de massage et autres aphrodisiaques pour plans cul prolongés…

Pour que tout soit parfait j’ai soigné les détails. J’ai préparé mon plan cul très en amont. Faux profil Instagram avec des photos pornfood de mes sois disants repas en escales. Pas de photos de mon visage mais les doigts de pieds en éventail au bord d’une piscine laissant deviner mes longues jambes fuselées. Je cherche quelques hommes qui me plaisent aux alentours de l’aéroport de Genève. Je like les photos, m’abonne a une demi douzaine de comptes en plus des quarante-six divers et variés sur le theme de la Norvège et de compte de vraies hôtesses de l’air et stewards pour bien montrer que j’ai un réseau et des collègues.

Sur les hommes que je vise Philippe sort assez vite du lot. Humour pince sans rire, la cinquantaine, marié mais en désillusion par rapport à la vie conjugale il est assez facile à entraîner dans des discussions de plus en plus intimes. De mon côté je suis hôtesse de l’air souvent de passage à Genève. Moi aussi mon mariage bat de l’aile. Mon mari est en diplomate Français en poste à Oslo. Je lui parle de ma nostalgie de la vie insouciante d’étudiante. Je le laisse se confier et oriente les messages privés de plus en plus fréquents que nous nous envoyons vers toujours plus de confessions intimes. Mais je reste soft, cette fois je veux être crédible. Alors en douceur, pas de provocation. Mais pas de perte de temps non plus ! Je me donne deux mois pour conclure avec Philippe.

Des photos sexy d’hôtesse de l’air

Après avoir avoué à Philippe que je n’imaginais pas ne plus jamais connaître l’émotion des premiers baiser avec un homme ni la découverte d’un corps nouveau j’apprends, qu’elle surprise, qu’il a les mêmes pensées coupables !

Chaque fois que je suis en déplacement à l’hôtel j’emporte mon uniforme d’hôtesse de l’air. Dans ma chambre d’hôtel je prends des photos de moi dans la miroir, cachant mon visage mais dévoilant ou plutôt laissant deviner le reste de ma plastique d’hôtesse de l’air sexy. Lui m’envoie des photos de lui à visage découvert. Car il n’a pas honte et dit qu’il aime prendre des risques. Surtout je sais qu’il aimerait voir mon visage. Mais je tiens bon et lui explique que justement celle qui sait prendre des risques c’est moi puisque je prends le risque de ne pas lui plaire quand on se rencontrera. Car, oui, évidement on se rencontrera ! Mais, je le préviens, une seule et unique fois. Pendant une de mes escales à Genève. Et je préfère mettre les choses au point : ce ne sera QUE sexuel. Après on se désabonne et on retourne chacun à nos vies. C’est le moment délicat. J’ai raté tellement de plan cul qui partaient pourtant bien en proposant cela. Non pas qu’en face le mec n’en ait pas envie mais la majorité des fois il pense à un faux plan ou à une arnaque.

Mais cette fois c’est bon. Et surtout j’ai pris le temps d’instaurer un climat de confiance à distance. Et je ne lui demande rien. Il ne prend pas de risque. On doit se retrouver à l’Aéroport de Genève à l’arrivée de mon vol en fin d’après-midi pour filer directement au Novotel de Cointrin à quelques pas de l’aéroport.

Rendez vous coquin à l’aéroport

 Mon vrai vol n’a rien de très exotique. C’est un Bordeaux Genève. J’atterris plusieurs heures avant le Oslo Genève que je lui ai indiqué. Je me change dans les toilettes de l’aéroport. Pas pratique du tout mais j’ai tout mon temps. Mes bas nylon et le porte jarretelle sont déjà en place, je dois juste échanger le tailleur de représentante commerciale par l’uniforme d’hôtesse de l’air de Lisbeth opportunément te la même taille que moi. Je n’ai d’ailleurs pas que son uniforme puisque j’emprunte aussi son prénom !

Je soigne mon chignon et me coiffe du petit chapeau un peu ridicule mais parfaitement dans le ton de mon uniforme de personnel navigant. Foulard aux couleurs de la compagnie aérienne, chaussures à talons plats et rouge à lèvres carmin complètent ma tenue de parfait fantasme d’hôtesse de l’air sexy à consommer entre deux avions.

Philippe m’attend à l’arrivée des vols. Je peux l’observer de loin puisque je suis déjà là depuis longtemps. Il est comme sur les photos qu’il m’a partagé. Pas de tromperie sur la marchandise. Grand, élégant en costume sérieux. Cheveux légèrement grisonnants mais un beau petit cul dans son pantalon de costume. Je commence à sentir les papillons dans le ventre. J’ai d’un coup très envie de faire mon hôtesse de l’air bien cochonne…

Je surprends mon plan cul adultère par derrière. Mes mains sur ses yeux. Son air de ravi de la crèche quand il se retourne et me découvre enfin me rassure. Encore que je n’étais pas très inquiète. En hôtesse de l’air comme en femme d’affaire ou en salope en minijupe je sais que je suis sexy. Très sexy…

-« he bien ? Je ne vous attendez pas de ce côté. Déjà arrivée ? »

-« Oui, on a nos petits secrets dd professionnels…mais, bon, je pense que vu ce que nous allons faire ensemble, nous pouvons nous tutoyer…Enfin si tu es toujours d’accord… »

-« Mais, plus que jamais ! Tu parles très bien Français en tous cas. »

-« Mon mari est Français et j’ai étudié à Paris…Mais j’espère que j’ai quand même toujours mon accent sexy de fille des pays nordiques… »

-« Ouiii ! Mais pour tout dire il n’y a pas que l’accent qui soit sexy. »

Il me contemple de haut en bas sans vergogne. Je m’accroche à son cou et me gratifie d’un petit bisou mouillé sur les lèvres.

-« Dis, on va à mon hôtel ? Je suis crevée. Je crois que si je ne m’allonge pas vite je vais tomber de sommeil sur place ! »

-« Ah ? Fatiguée ? Tu bosses depuis quelle heure ? »

-« Ca fait plus de 14 heures que je suis debout…Pardon, je dois être horrible à voir et en plus j’ai surtout envie de dormir. Désolé de ne pas être l’hôtesse de l’air joyeuse et sexy que je t’avais promis »

-« Moi je te trouve sexy et pas horrible du tout ! Mais si tu es crevée je comprends. On peut remettre ça pas de problème… »

Sa mine un peu déconfite m’amuse. Mais je n’ai pas envie de prendre le moindre risque de perdre mon plan cul.

-« T’inquiète. J’ai dis que j’ai envie de dormir. J’ai pas dit que j’ai envie de dormir toute seule…Par contre j’espère que tu es en voiture parce que j’ai vraiment pas les jambes pour marcher jusqu’à l’hôtel ! »

-« La voiture de madame est au parking, pas de souci ! Je prends ta valise ? »

-« Évidemment ! Manquerait plus que je la porte ! »

Je mets mon bras sous le siens et colle ma hanche pour marcher jusqu’à l’ascenseur qui descend au parking.

Je profite de chaque pas pour deviner si  corps. J’essaie de reconnaître son parfum. Je n’y parviens pas mais il sent bon. Je sais que mes tétons pointent. C’est plus fort que moi. Mon corps de chienne en chaleur réagit toujours comme ça quand je suis pour la première fois avec un homme qui va sûrement me baiser dans pas longtemps. J’ai chaud et mon cœur bat la chamade comme celui d’une adolescente pour sa première fois. C’est délicieux. Toujours aussi excitant. Surtout quand cela vient après des semaines d’abstinence et une drague prolongée sur les réseaux sociaux. Je me sens complètement dans la peaux d’une bonne hôtesse de l’air Norvégienne qui va faire prendre le cul par son cinq à sept.

La vérité c’est que même si je ne suis pas une vraie Hôtesse de l’air qui vient d’enchaîner quatorze heure de vol je suis vraiment en déficit de sommeil. J’ai du me lever aux aurores pour prendre mon vol de Bordeaux et j’ai assez peu dormi ces dernière nuits. La faute à internet et à Netflix ! J’ai effectivement très envie d’une grosse sieste crapuleuse.

Un peu perdue dans mes pensées je m’aperçois que nous sommes déjà dans l’as endémie qui descend au parking. Hélas avec un autre couple. Elle est jolie mais je sens son regard sur ma chute de reins. Je prends un malin plaisir à caresser du bout des mes ongles manucurés le joli petit cul de Philippe. Je sais que l’autre type le voit et cela m’excite d’imaginer sa frustration. Comme il doit le détester ce mec qui va se taper une superbe hôtesse de l’air à gros seins. Je me colle un peu plus contre mon mec Paresseusement lascive.
Il sortent au -3. Nous aussi, il n’y aura pas de moment intime dans l’ascenseur. Dommage. Mais en même temps je suis fatiguée et j’ai plus envie d’un gros câlin paresseux dans un grand lit de chambre d’hôtel pour une fois.

Mon plan cul Genevois roule en Porsche Panamera. Galant il m’ouvre la porte passager et dépose mon bagage sur la banquette arrière avant de prendre place côté conducteur. J’aime les belles bagnoles. Le cuir, l’éclairage parfait. Moins fatiguée j’aurais opté pour de très longs préliminaire dans sa voiture. Et même plus que des préliminaires. Mais là j’ai plus envie de câlins confortables et du confort d’une belle chambre d’hôtel. Un plan cul classique. Celui d’une navigante lascive et libérée qui s’envoie en l’air avec un passager clandestin. Bon, bien sûr cela ne m’empêche pas de poser ma main sur la cuisse de mon chauffeur dès que la voiture démarre lentement. Il se laisse faire…et, bien sûr, il bande…

-« Eh bien, je savais qu’on ne se rencontrait pas pour enfiler des perles…mais tu es sacrément pas timide comme hôtesse je dois dire. »

-« Je suis fatiguée des faux semblants si tu veux tout savoir. »

-« et, heu…pardon de demander…mais tu fais ça souvent tromper ton mari en escale ? »

-« S’il te plaît, je n’ai pas trop envie de parler du naufrage de mon mariage. On peut pas juste aller à l’hôtel et se faire des câlins ? »

-« Bin…

-« Chutt, s’il te plaît ne gâches pas tout. Profite de ta petite hôtesse de l’air coquine…Je suis trop fatiguée pour raconter ma vie… »

Je pose ma tête sur son épaule et continue à caresse doucement sa bite à travers le pantalon. C’est pas pratique car la Porsche est grande et l’accoudoir entre nous gigantesque. Mais il se tait enfin et tend la main vers ma jupe d’hôtesse. Je me cambre légèrement et écarte imperceptiblement les cuisses. Nous restons comme cela. Il ne cherche pas à aller trop loin et de toutes façons l’hôtel n’est vraiment pas loin. Parking derrière le bâtiment, accueil cordial sans plus d’un personnel blasé. Puis enfin la chambre. Et enfin le grand lit sur lequel je l’entraîne immédiatement en l’embrassant toute en langue.

-« Je suis crevée, il faut vraiment que je dorme. Ça t’embête pas de me baiser doucement et de me déshabiller ? Promis quand j’aurai dormi je serai plus active et je te sucerai comme on t’a jamais sucé. Mais là j’ai besoin que tu prennes les commandes. »

Et je m’effondre sur le lit toute habillée, à plat ventre. J’ai envie de découvrir comment il va s’y prendre avec une hôtesse de l’air toute molle qui joue les droguées. En plus je ne joue qu’à moitié la comédie. J’en peux vraiment plus et je fais ma grosse flemmarde.

Mots cochons pour hôtesse de l’air Norvégienne

Tout le long j’ai pris soin de garder ma pointe d’accent nordique. C’est un de mes petits talents sexy. Avant de fermer les yeux je lui glisse toujours avec mon accent étranger : « Fais ce que tu veux de moi. Mais tu sais, j’adore qu’on me dise de cochonneries en Français… »

Dans un demi sommeil je sens les caresses sur mes mollets. Il prend son temps et murmure à mon oreille : « Fais dodo ma jolie hôtesse de l’air…Fais dodo pendant que Papa s’occupe de toi. »
Sa main remonte, juste là où le nylon de mes bas laisse la place à la peau douce du haut de mes cuisses. léger frisson. J’écarte imperceptiblement les jambes.
-« Mais c’est qu’elle a mis des bas ma petite coquine d’hôtesse de l’air. Hum, c’est beau ça… »

Je lève légèrement les fesses et passe la main sous mon ventre. Dans mon demi sommeil je laisse échapper un gémissement.

Il chantonne d’une voix douce et agréable.

-« Fais dodo, ma petite Hôtesse, fais dodo …j’m’occupe de ton abricot  »

Sensation d’une bouche sur ma cuisse. D’une caresse qui remonte vers mon petit string d’hôtesse de l’air frivole. J’ai glissé la main dans mon string. Il écarte la ficelle et entreprend de lécher la raie de mon cul.
-« hummm… » soupir d’hôtesse de l’air exténuée. Nos doigts se rencontrent au bord de ma chatte humide.
-« Mais c’est qu’elle ne dort pas complètement ma petite hôtesse de l’air cochonne… »

-« Hummm, continues je m’endors. Si tu veux m’enculer tu peux prendre l’huile de massage dans mon vanity…Promis, après la sieste je te suces comme une salope mais là je te laisse tout faire… »

-« J’adore, t’es pas une hôtesse de l’air, t’es un cadeau du ciel ! »

Je souri, j’adore ce genre de trait d’esprit. Bruit de fermeture éclair de mon bagage cabine. Bruissement d’habits. Il fouille dans mon bagage. je continue paresseusement a me masturber.

 Il baisse délicatement mon string sur mes genoux. Sa langue rejoint mes doigts dans ma chatte. C’est bon, je soupire, écarte les cuisses et cambre pour qu’il puisse aller plus loin.

-« hummmm, c’est bon…t’arrête pas… »

-« T’inquiète, je suis loin d’en avoir fin avec mon petit personnel navigant… »

Sensation fraîche d’un liquide coulant dans la raie de mon cul. Il a trouvé mon lubrifiant anal.

Je me sens en confiance et détendue. Alanguie. Je sais que s’il m’encule j’aurai un peu mal et que je risque de crier. Mais après je sais aussi je je dormirai tellement bien…

J’arrête ici mon récit pour vous laisser un peu sur votre faim. Vicieuse que je suis. N’hésitez pas à commenter si vous avez aimé. J’aime être encouragée…

1 846 views