Ceci est une pipe

Mieux vaut sucer à genoux que mourir debout!
De toutes façons j’aime être à genoux et sucer un homme que je connais depuis moins d’une de heure. Celui d’aujourd’hui est en short et je l’ai rencontré en faisant mon jogging dans les vignobles autour de Pommard. C’est tellement facile de draguer quand je suis en leggings et que c’est la fin de journée. Il y a toujours un jogger à rattraper et engager la conversation est facile. Je suis endurante, très endurante. Et en général l’homme fait tout pour tenir la cadence. Je le laisse venir à mon niveau. Je sais qu’il a forcément pris le temps de mater mon beau petit cul moulé dans mes leggings.
-« Bonjour ! Il me reste un peu plus de dix kilomètres. Vous en êtes où ? »
Jamais un mec ne m’a encore répondu qu’il avait fini et qu’il me souhaitait une bonne fin de course…

 

Donc nous courons. C’est une drague facile. Je le complimente sur sa foulée. Il me suffit de rire à ses traits d’humour et de poser ma main sur son avant bras comme s’il était le type le plus drôle de la terre. Indéniablement le courant passe. Le moment le plus délicat est quand je propose une course avec un gage pour le ou la perdante.
Moi : « On fait la course ? Premier arrivé en haut ?»

Lui : « heu…ok pourquoi pas. »

Moi : « Bon mais faut un gage pour le perdant… »

Lui : « Ou la perdante ! »

Moi : « Pffft, aucune chance que tu me battes ! Mais ok, t’as une idée pour le gage ? »

Lui : « Heu…j’sais pas trop… »

Moi : « tu vas me prendre pour un folle. Mais Cuni si tu perds et fellation si tu gagnes ? »

Lui : « ah !? Carrément ? »

Et là je ne le laisse pas réfléchir et je pars devant comme une balle. C’est une montée. S’il est motivé je vais vite le savoir.
En tous cas il cours derrière, c’est bon signe. C’est une grande montée, je sais que je peux le semer quand je veux mais c’est pas le but non plus. Et même si je suis meilleure il n’est pas non plus mauvais et surtout il est sacrément motivé. Il fait chaud, je suis en sueur dans mes leggings et mon T-shirt moulant colle un peu. En vrai j’ai hâte d’être en haut de la Colline. Il y a une forêt avec un petit chemin parfait pour s’isoler. Je le laisse me rattraper et me dépasser sur les derniers mètres. Il a duree t eu bien le temps de mater mon cul et la sueur qui coule en bas de mes reins.

je suis essoufflée et m’accroche à lui.

« Ok, t’as gagné, je vais te sucer ! »

-« Heu, t’es pas obligée tu sais… »

-« Je sais…mais j’ai envie… » je passe la main sur son short. Il bande. J’adore!

Je l’emmène derrière un gros chêne et je me mets à genoux. J’ai encore le cœur qui bat à fond mais j’essaie de me calmer. Je baisse son short. Il se laisse faire et je commence par lécher délicatement ses couilles. Je le regarde droit dans les yeux. Insolente par en dessous.

-« Laisses toi aller, j’aime le goût du sperme et t’inquiètes pas, si tu as le temps on pourra faire d’autres choses à mon AirBnB »

Bien sucer, c’est tout un art. Si ça va trop vite le mec est frustré, voire même un peu honteux d’avoir égoïstement pris son plaisir dans ma bouche. Et un mec qui se sent honteux c’est, pour moi le pire des tue l’amour. Alors que si j’arrive à faire durer il a le temps de comprendre que j’aime vraiment sucer, que ça me plaît autant que ça m’excite. Pour moi la fellation n’est pas une contrainte, une sorte de préliminaire. Non, pour moi, sucer c’est déjà baiser, ça peut suffire à un plan cul. C’est même idéal pour une première fois avec un mec. Même si la seconde est quelques heures ou quelques jour après. Ou jamais. Si je l’ai bien sucé alors il a été mon amant, pas besoin de plus.

A genoux je le pousse un peu pour qu’il s’adosse au tronc de l’arbre. Sucer dans la nature peut être inconfortable et pas mal de choses peuvent gâcher le moment. Mais nous sommes chanceux. Pas d’insectes. Je remonte les mains en caressant les mollets de mon beau sportif. Son short est tombé sur ses chevilles et je lèche l’intérieur de ses cuisses poilues. Sa sueur est salée mais il ne sent pas fort.

-« Hummm, j’adore, tu es bien musclé comme j’aime, tu dois avoir un bon coup de reins… »

Je remonte mes mains par derrière pour prendre ses fesses en même temps que son gland du bout des lèvres. Toujours en le fixant dans les yeux par en dessous. Je vais doucement mais pas trop non plus. Pas d’hésitation, et j’ai trop envie d’avoir sa queue entre mes lèvres. Je suce en restant attentive, quand je pense qu’il risque d’éjaculer j’arrête de sucer et je prépare la suite : « J’adore ta queue, tu dois vraiment être un bon coup toi. »

Puis je reprends la bonne turlutte juste assez vite pour l’amener au bord de l’éjaculation. Les choses s’accélèrent et j’avale de plus en plus profond son long chibre. Je me caresse la chatte en même temps. Quand il décharge son sperme je presse un peu les lèvres pour ne pas en perdre une goutte. C’est bon, à peine salé. Je presse ses fesses pour le garder au fond de ma bouche. Je ferme enfin les yeux. Il caresse mes cheveux d’alors que son sexe ramolli lentement. Je garde bien serré en laissant sa queue molle sortir. Je lèche consciencieusement avant de remonter moi même son short. Puis je me mets debout vivement.

-« Bon, on y va ? Trop hâte de découvrir comment tu vas t’occuper de mon  petit cul de salope. »

Et je file devant en courant sans me retourner. Je suis certaine qu’il suit…

Pour celles et ceux qui m’ont lue jusqu’au bout j’ai une demande spéciale. Pouvez vous me dire en commentaire si vous sucez votre mec ou si votre nana vous suce. Est-ce que c’est bien est-ce que ça pourrait être mieux etc…

 

38 views

 

 

Agenda d’une femme adultère

Insomnie, se lever sans réveiller mon mari. S’isoler dans la cuisine. 3 heure du matin. se connecter sur cinq à sept. Mettre à la poubelle 27 message sans intérêt. Dire oui à Francis64320 parce qu’il n’est pas loin de Pau, à un joli sourire et une vieille Jaguar xj12. Envoyer quelques photos sexy en sous vêtements de dos ou cadrées sans visage. Tchater presque une heure la main dans ma culotte toujours avec Francis64320. Dire que je dois me recoucher mais que, promis, je me reconnecte la nuit prochaine et que je trouve un moyen de venir à Bizanos d’ici dix jours.

Dix jours c’est long. Dix jours sans sexe. Dix jours plus en mode maman modèle instagramable qu’en mode MILF. Dix jours à choisir la lingerie sexy que je porterai pour mon plan cul. Dix jours à préparer mon anus avec un petit plug anal en verre une heure chaque nuit en cachette de mon mari bien sûr. Dix jour à m’entraîner à bien serrer ma petite chatte de salope et dix jours à moduler mes petit couinements de plaisir dès que je suis seule au volant. Dix jours à conduire une main sous ma jupe. J’aime me caresser en pensant à mon prochain plan cul. Dix jours à échafauder des plans pour un scénario dont il se souviendra toute sa vie. Mon plus grand kiff c’est de savoir que j’aurais été le meilleur coup de toute la vie des mecs que je rencontre occasionnellement. Je veux qu’après moi les autres leur semblent fades. Je veux jouir et rejouir, puis jouir à nouveau. Je veux vivre ce moment où je ne sens plus mon corps a force d’avoir trop couiné, écarté et serré les cuisses. Je veux les crampes douloureuses des positions les plus tordues ou contraintes. Les fesses rouges à ne plus pouvoir m’assoir le cou et les seins mordus a devoir savamment tout cacher sous un fond de teint habile. Je veux des mains partout sur moi. Je veux qu’il presse mes seins en même temps qu’il m’encule. Je veux sentir qu’il écarte bien mes fesses et imagine la trace de ses doigts sur mon cul mis à nu.

Bien sûr je garde cela secret avant le jour J. Le jour où j’offre mon point G à mon plan Q.

Ce jour là il pense que je suis une femme verte en quête d’adultère mais timide et débutante. Il sait tout juste, parce que je l’ai suggéré, que je n’ai rien contre une petite fessée.

Puis vient enfin le moment tant attendu. Je frappe à la porte de cette garçonnière où il m’a donné rendez vous…

Je vous laisse commenter si vous voulez la suite. J’aime aussi savoir que je suis lié et désirée. Je mets la barre un peu haut, disons vingts commentaires pour le decider à vous livrer la suite de mon dernier plan cul. Bien évidement je veux de vrais commentaires, aussi longs et cochons que ce que vous voudriez me faire. Pas juste : « oui la suite ! »

169 views

Voisine salope sexy

Voisine salope, un de mes scénarios préférés

Si je prépare en général mes plans cul de nymphomane sur internet, j’aime aussi laisser jouer le hasard et m’offrir à celui qui aura le courage de me draguer. C’est tellement meilleur. Le cul c’est comme une boîte de chocolats. On ne sait jamais sur quoi on va tomber mais c’est toujours bon… Alors en déplacement professionnels je loue toujours un Airbnb en centre ville et je deviens la petite voisine salope et allumeuse qu’il ne faut surtout pas laisser passer.


Voisine salope en mini short

A Beauvais ce soir là j’avais un mini short et je pouvais voir, de la fenêtre de mon studio les autres résidents de l’immeuble entrer en fin de journée. Quand un homme me plaisait je sortais de chez moi, un appartement au dernier étage (le septième) et je rentrais dans l’ascenseur minuscule que j’avais préalablement bloqué à mon étage. L’autre appelait l’ascenseur et forcément je descendais jusqu’à lui. Il me suffisait de voir sa tête quand la porte de l’ascenseur s’ouvrait sur  la voisine sexy pour savoir si j’avais mes chances ! Alors, si le mec me plaisait je prétextais d’avoir oublié mon téléphone chez moi pour remonter avec lui dans l’ascenseur.

La voisine salope veut se taper tout l’immeuble

Comme j’étais là pour quatre nuits je me donnais comme chalenge de me faire baiser par au moins deux mecs de l’immeuble où peut être trois. Je n’ai vraiment pas si souvent que cela l’occasion de tromper mon mari. Alors quand j’ai la chance de pouvoir j’en profite à fond !

Plan cul  sans dessus dessous avec mon voisin du dessus.

La cinquantaine, légère bedaine et moustaches en bacantes. Mon plan de l’ascenseur marche du premier coup. Quand la porte s’ouvre sur la voisine ultra sexy en mini-short le type fait des yeux ronds comme des billes et me gratifie d’un grand sourire franc. Je sors de l’ascenseur et, au dernier moment, quand la porte allait se refermer je fais demi tour et m’engouffre dans l’habitacle minuscule : « Hoops ! Pardon, je dois remonter, je crois que j’ai ou lit mon portable. »

Mais je joue très mal la comédie et je suis sure qu’il devine que je ment comme une arracheuse de dents.

Dans l’ascenseur aussi étroit que mon trou du cul nous sommes face à face. Il est plus grand que moi. Alors je le regarde franchement dans les yeux.

-« Bon, on va gagner du temps. En vrai je suis nymphomane et vous me plaisez vraiment beaucoup. Ya moyen que vous fassiez un petit arrêt d’une heure à mon étage ? » Et je me colle contre lui. Ce qui est facile vu qu’on est déjà vraiment serrés.

Ca peut vous paraître con comme approche mais quand je fais cela je me dit qu’au pire je passe pour une folle, au mieux je passe aussi pour une folle mais le mec sait en profiter. Et là, bingo, c’est la deuxième option. Mon moustachu a soudain très envie de baiser sa voisine sexy.

-« Je suis sûre que t’as jamais baisé avec une vraie bonne petite salope nympho…Et je sens que tu en as très envie…Je me trompe ? »

La queue bien dure que j’ai sous la main dans son pantalon de flanelle ne laisse pas trop de place au doute…Mais, comme souvent le type ne sait pas trop comment le prendre ni quoi répondre. Alors je pousse l’avantage.

-« Te fatigue pas, laisse toi juste faire…profite…crois le ou non mais ça fait presque un mois que j’ai pas baisé et je suis très très chaude… »

Je l’embrasse sur la bouche et il se laisse faire. Un peu passif à mon goût mais je me dis qu’il va se décoincer vite. Je pousse ma petite langue nerveuse dans sa bouche et prends ses main pour les plaquer sur mon joli petit cul. Il ose quelque caresses. C’est pas mal mais il va me falloir un peu plus, beaucoup plus. Je colle mon bassin contre lui et ondule doucement. Enfin il le serre un peu plus fort. Je sens que ça peut devenir pas mal. Je suce ses lèvres doucement, puis je prend sa main et la porte a ma bouche pour sucer son pouce. L’ascenseur s’arrête un peu brusquement à mon étage.

-« Alors ? C’est ok ? Tu veux bien me suivre chez moi ? »

-« Ok… »

Je ne lâche pas sa main et l’attire jusqu’à mon petit studio où j’ai disposé a même le sol le parfait petit attirail du tortionnaire SM.

A sa mince surprise et inquiète je le rassure tout de suite : « T’inquiète ! Le martinet c’est pour mes fesses, pas pour les tiennes. Ce soir je suis ta bonne petite esclave sexuelle 100% gratuite. Je suis une très vilaine fille puisque je m’apprête à tromper mon mari. Alors il va falloir me punir je crois. Tu penses que tu sauras t’en charger ? »

-« Heu…je sais pas, j’ai jamais fait ça…vous êtes jolie mais un peu effrayante… »

-« Oh ! Un puceau du SM ! J’adore ! T’inquiète, je suis certaine que tu vas y prendre goût. T’as jamais eu de petite exclave sexuelle alors ? »

-« Bin non, ça cour pas les rue faut dire… »

-« Bon, comme c’est ta première fois je vais t’aider un peu. Imagine que je suis une petite salope qui s’est moquée de toi au lycée, tu étais amoureux de moi et je t’ai toujours rejeté et ridiculisé devant tes amis. Mais là tu sais des choses compromettantes sur moi et je suis à ta merci. Je n’ai pas d’autre choix que de t’obéir au doigt et à l’œil si je veux m’en sortir. Tu peux tout me demander, tout m’infliger. Ça te dis, tu peux te mettre dans le personnage ? »

Je fais ma moue timide et le regarde par en dessous en me mordant la lèvre inférieure. C’est un peu quite ou double. Certains mecs n’arrivent pas à assumer de prendre le dessus dans un plan cul SM et il faut ramer pour une baise décevante. Mais c’est, hélas un risque à prendre. Et, j’avoue, dans le cas présent j’ai perdu. Mon voisin s’est avéré très décevant, tellement timide et emprunté que j’ai fini par lui lâcher un : « Poisson d’avril ! Tu peux rentrer chez toi, j’ai plus envie ! »

Voilà, des fois il faut savoir s’avouer vaincue et surtout passer à autre chose. Il restait d’autres voisins à essayer…mais ça c’est pour un autre post…

Liste d’autres articles coquins

956 views

Sans emplois à cause du COVID, elles se prostituent

Témoignages des prostituées de la COVID

Depuis un an maintenant je reçois souvent des messages touchants de femmes (coquines forcément sinon elles ne traîneraient pas sur mon blog 😜) qui ont perdu leur job à cause du COVID (je préfère dire le COVID plutôt que la COVID). Elles sont plus ou moins en galère et envisagent de se prostituer. Ou elles ont sauté le pas. Ou elles font du virtuel. C’est touchant, parfois triste et glauque, d’autres fois fun et, je dois dire, excitant. Alors j’ai décidé de les interviewer En zoom et de vous livrer quelques unes de leurs histoires et témoignages. N’hésitez pas à commenter.

 

 

Clarisse, ex-vendeuse Dutyfree

-« Si tu devais te présenter tu dirais quoi  ? »

-«  Je m’appelle Clarisse, je vendais des parfums et des rouge à lèvres au duty free de l’aéroport de LYON Saint Exupéry. Comme toutes les vendeuses d’aéroports je me faisais souvent draguer par les hommes en voyage d’affaire et parfois aussi les femmes. »

-«ah oui, pas top j’imagine »

-« oui, c’était souvent pas très subtil et un mec, même en costard cravate quand il drague une vendeuse il est lourd ! Mais il n’y a pas de job parfait. Et je ne sais pas pourquoi mais je gardais soigneusement toutes les cartes de visites et les 06 qu’on me donnait. Peut être qu’au fond j’avais déjà un pressentiment de la suite. »

-« Tu as perdu ton job quand ? »

-« Assez vite en vrai, dès le premier confinement. Je n’ai pas retrouvé de travail depuis et les aides de l’état ne sont que des aides. Au début c’était suffisant mais sans les primes ça ne va pas bien loin. »

-« Et donc tu as décidé te te prostituer ? »

-« Non ! Pas du tout ! Au début j’ai monté une cagnotte Leetchi et j’ai envoyé des mails et des SMS à tous les contacts que j’avais collectionné. C’était horrible, les types me répondaient des mails interminables pour me dire qu’ils étaient désolés pour moi, qu’il seraient heureux de prendre un café ou de m’inviter au restaurant un de ces 4 mais très peu donnaient sur la cagnotte. J’avais l’impression d’être une mendiante et Je n’ai récolté que quelques dizaines d’euros de types qui en plus lui proposaient des rendez vous alors qu’ils n’avaient contribué que pour à peine le prix d’un café. »

-« Ah merde, galère donc ! Tu as accepté d’en rencontrer certains ?»

-« Non, j’étais dans la merde et je n’avais aucune envie d’un plan cul avec un radin qui avait laissé 5 euros sur ma cagnotte !
Mais un jour un contact m’a envoyé un SMS qui m’a fait basculer. »

-« Il t’a écrit quoi ? »

– « Je suis pas Virgin Radio mais si tu passes une nuit avec moi je paie ton loyer🍆🍑=💶. Les emoticons étaient dans équivoque ! Je lui ai dit que mon loyer était de 930€. Il m’a répondu instantanément : « pas de problème. Chez moi ou chez vous ? Demain 21h ? »

J’ai préféré chez lui. Je ne voulais pas qu’il sache où j’habite. Dans l’heure j’avais 465€ sur ma cagnotte Leetchi. La moitié de la somme, il me promettais l’autre moitié le lendemain de notre nuit ensemble. »

-« Tu aurais pu juste garder les 465 et ne pas aller chez lui ! »

-« Oui c’est sûr. Mais j’avais besoin d’argent. »

-« Tu te rappelais à quoi il ressemblait avant d’aller chez lui ? »

Rires : -« Non ! Pas du tout ! Mais je me disais qu’au pire si je ne le sentais pas je pourrai tourner les talons quand il ouvrirait sa porte. »

-« Et ? »

-« Bin le mec était quelconque. La soixantaine, pas du tout mon genre mais pas hideux non plus. Je me suis dit que ça pourrait aller. »

-« Ca doit faire drôle la première fois. »

-« En fait non, pas tant que ça. Je m’étais conditionnée. J’avais mis de la lingerie sexy et j’avais envie de faire le mieux possible. Alors j’ai joué le jeu, j’ai fait comme si j’étais dans un film porno. »

-« Tu peux me raconter ce que vous avez fait ou ça te gêne ? »

-« Non, ça me gêne pas. J’ai pas honte. D’abord il m’a proposé un verre d’alcool. Il avait un bar très fourni. J’ai pris un whisky fumé. »

-« Ah ? Carrément ? »

-« Oui, j’avais besoin de me donner un peu de courage…Je voulais paraître sûre de moi alors que je ne l’étais pas du tout.  Il m’a demandé si cela m’allait si je restais jusqu’au lendemain et si on le faisait aussi le matin avant qu’il me libère. J’ai dit oui mais c’est 450 de plus. Il a eu l’air un peu contrarié. Mais je crois que c’est mon marchandage qui l’a décidé à sortir sa queue de son pantalon et à me demander de le sucer. Il m’a dit de commencer par le sucer et qu’il me dirait ensuite s’il est ok pour toute la nuit et 450€ de plus. Il m’a dit que j’avais intérêt à m’appliquer. C’est à ce moment que j’ai vraiment compris ce que j’étais en train de faire. J’avais honte mais je ne me sentais pas humiliée. J’avais l’impression de maîtriser la situation. Et sucer je savait faire ça très bien en vrai. Donc je n’avais pas de raison de m’inquiéter. »

-« Et tu as aimé ? Ça t’excitait au final? »

-« Non, pas du tout ! Mais j’ai fait de mon mieux pour faire semblant. Je l’ai sucer avec application et goulûment car je me disais que s’il jouissait dans ma bouche peut être que je serai tranquille après. »

-« Et ça a marché ? »

-« Bin non, c’est lui qui a mis fin à la fellation avant de jouir et qui m’a demandé de me mettre à 4 pattes sur le tapis. Il a essayé de me prendre en levrette mais comme je ne mouillais pas du tout c’était compliqué. Surtout que c’était pas Rocco Siffredi ! Bon, bref, il m’a demandé d’aller dans sa chambre et de l’attendre à plat ventre sur le lit. Il m’a rejointe avec un Tahiti douche carré à la noix de coco… »

-« Ça à duré longtemps ? »

-« Moyen, dix minute, peut être vingt, je sais pas trop. Mais il m’a sodomisée et c’était tout sauf agréable. Mais le pire c’est qu’il voulait qu’on s’endorme ensemble. Il s’est endormi assez vite en me serrant contre lui. J’osais pas bouger. J’ai pas réussi à m’endormir et le temps me paraissait interminable. Quand il s’est réveillé je n’avais pas fermé l’œil et il bandait. Il a voulu que je le suce et que je me mette sur lui. Il m’a baisée trois fois dans la nuit à chaque fois, heureusement il mettait une capote. Sauf que j’ai du le sucer au petit jour et qu’il voulait les fellations sans capote. J’ai cru que j’allais vomir 🤮 quand il a éjaculé dans ma bouche. Mais je suis allé à la cuisine recracher sans trop me soucier de ce qu’il en penserait. Il m’a dit que je pouvais me rhabiller et rentrer chez moi, qu’il paierait les 450 € en plus. »

-« Et il a payé ? »

-« Oui, et il m’a demandé si j’aurai besoin d’aide pour mon loyer du mois suivant. J’ai dit que je n’étais pas sure mais que je le rappellerai si j’avais besoin. Au final j’ai rappelé tous les moi parce que je n’ai jamais trouvé d’autres clients à ce tarif là. »

-« Et tu as eu d’autre clients ? »

-« oui, une dizaine en 8 mois. Mais que pour des plans d’une heure ou deux. Par contre je me fais payer mon loyer tous les mois par le même. Avec le temps je me suis habituée. J’ai appris à faire mieux semblant d’aimer le baiser et surtout j’ai l’impression que je ne vole pas mon argent. »

 

 

 

 

 

 

 

433 views

Comment draguer une serveuse sexy

Draguer la serveuse sexy c’est possible !

Son prénom est Sabine, son taff  : Serveuse. Elle est mon amie elle aime la vie, la liberté, le cul aussi parfois (souvent). Comme elle est sexy et que cela se devine qu’elle aime le cul forcément elle se fait souvent draguer par les clients des bars ou restaurants où je travaille. Les mecs, vous êtes souvent lourds et maladroits. Ou trop timides pour la draguer alors qu’il y aurait ouverture possible ! Voici donc quelques conseils qui marchent si vous voulez draguer la serveuse sexy du bar ou du restaurant. J’ai beaucoup parlé avec elle et je peux écrire à la première personne comme si j’étais elle sans peur de déformer ses pensées cochonnes.

Un pourboire pour draguer la serveuse sexy

Parole de serveuse, un gros pourboire ça peut marcher ! Cela peut paraître vénal mais c’est ainsi. Un mec qui me laisse un beau pourboire forcément cela suscite mon intérêt. C’est un moyen simple et efficace de me dire : « toi la petite serveuse, tu me plais  ! »

Bien sûr faut pas être radin. Moins d’un billet de vingt ça fait vraiment radin. Les fonds poche avec les pièces c’est le pire. Cinquante c’est bien. Moi un mec qui laisse cinquante je suis disposée à lui laisser une chance. Ça ne veut pas dire que c’est gagné. Serveuse n’est pas synonyme de prostituée bien sûr. Mais déjà c’est un début.

Devenir un habitué du bar ou restaurant pour draguer la serveuse

La serveuse vous plaît mais vous n’avez pas su comment l’aborder. Prenez votre temps. Devenez un habitué de son lieu de travail. Vous aurez le temps de lier connaissance, je vous promets que si je suis dans une période célibataire et que vous me faites rire il y aura forcément une ouverture. Mon petit cul n’attend que ça !

Se faire aider par une amie pour draguer la serveuse sexy

Un mec seul ça fait toujours soit louche, soit relou. Mon conseil qui marche à tous les coups : faites vous accompagner par une amie. Elle jouera la meilleure copine. C’est elle qui aborde la serveuse pour lui dire qu’elle plaît à son ami mais qu’il est trop timide pour l’aborder. A presque tous les coups ca marche.

Préparez votre appartement pour recevoir la serveuse sexy

Pour un premier soir,  one sûr que je couche si le mec me plaît ! On n’a plus seize ans ! Mais j’avoue que je n’ai pas envie qu’il sache où j’habite. Pas envie de me faire harceler si ça ne matche pas. Alors ramenez moi chez vous. Bien sûr vous aurez tout préparé. Bougies, lumières tamisées, sex-toys (j’aime bien alterner gode et vraie queue, ou double pénétration…).

Serveuse sexy qui aime l’anal

Et, oui, j’aime l’anal. Alors prévoyez aussi menottes et lubrifiant…

Voili voilou, vous savez tout !

546 views

Sexcam, 12 raisons d’essayer

Qu’est-ce que la sexcam ?

Toucher vraiment la peau, les mains qui écartent mon petit cul ou l’enivrante sensation d’une belle queue entre mes lèvres. Bien sûr qu’aucun sexto ni aucune séance de sexcam ne peut remplacer un vrai plan cul live ! On ne va pas se mentir. Mais cela n’est pas une raison pour se priver des bienfaits de la technologie. La sexcam, qu’elle soit gratuite entre adultes confinés ou payante avec une escort girl professionnelle, c’est avant tout du sexe. Et le sexe c’est juste ce qu’il y a de mieux dans la vie. Alors voici quelques raisons d’essayer la sexcam et quelques conseils pour en tirer le plus de plaisir possible.

 

Raison numéro 1 d’essayer la sexcam : compatible avec le confinement !

Nous sommes nombreuses et nombreux a devoir, depuis presqu’un an, composer avec les contraintes d’un confinement plus ou moins sévère. Le COVID19 a rendu l’adultère encore plus compliqué qu’il n’était avant l’épidémie. Fini les cinq à sept qui passaient inaperçus. Le télétravail a simplement tué 90% des occasions d’un bon petit plan cul adultère en journée. Un peu de sexcam en FaceTime ou avec une bonne webcam est, hélas, la seule option qu’il reste à de nombreux amants.

Raison numéro 2 pour essayer la sexcam : moins glauque et plus légal que la prostitution

vous me connaissez, je ne suis pas prude et n’ai aucun jugement contre la prostitution. Mais payer pour baiser et un pas que certains hommes ne veulent pas faire. Aller avec un prostituée peut être compliqué, risqué et, concédons le, assez cher si vous voulez une jolie fille bien chaudasse comme il faut. La stripteaseuse en ligne est souvent très jolie, volontaire pour vraiment vous donner du plaisir et, puisqu’elle vous aime à distance, en sécurité, bien moins chère qu’une escort de luxe.

Une fille qui aime se mettre un gros gode dans le cul guidée au son de votre voix n’est, en général, pas une timide qui refusera de vous rencontrer un vrai pour un plan cul si c’est possible. Évidement si c’est une fille dans le besoin ce ne sera pas gratuit. Mais un bon restaurant non plus n’est pas gratuit. Alors pourquoi avoir honte de se payer du plaisir ?

Quand j’ai envie d’un petit complément de revenu, j’avoue me produire sur purelive. C’est clean et l’inscription est gratuite.

 

Raison numéro 3 pour essayer la sexcam : De très jolies filles pour tous les goûts

Clarissa est une jolie petite blonde qui aime pousser de petits cri quand tu lui fais se mettre en doigt dans le cul. Amanda est une jeune black avec de très beaux seins qui pointent et elle sait exactement de faire imaginer ta queue prisonnière d’une vraie cravate de notaire. En sexcam tu peux baiser une infirmière, une secrétaire ou fouetter ton esclave sexuelle en toute confidentialité. En sexcam tu peux facilement faire plus que sur un plan cul traditionnel.

Raison numéro 4 : L’inscription est toujours gratuite !

Essayer est toujours gratuit. Sur un site de sexcam l’essais est gratuit et anonyme. Alors, bien sûr ce n’est ni poli ni fair play de ne pas laisser quelques jetons à la fille que vous matez en direct. Une séance privée coûtera le prix d’un mac do. Mais vous aurez un vrai moment de baise en direct avec une fille qui saura vous faire rêver. Vous en aurez de vrais souvenirs et très souvent vous en rêverez la nuit suivante de manière très très réaliste.

Mon amie ClearX en raison numéro 5

Rencontrée pour un plan à trois en région Lilloise je lui ai promis de placer une petite pub pour elle sur mon blog. C’est chose faite. Contactez la de la part de Lucie, elle comprendra et vous ne le regretterez pas !

 

 

Raison numéro 6 pour essayer la sexcam : Vous pouvez essayer de nombreuses filles et vivre vos fantasmes les plus fous

En sexcam on peut zapper d’une fille à l’autre. On peut demander ce que l’on veut. Vous pouvez vraiment vous faire plaisir et pour quelques jetons vous ferez de vraies rencontres avec des files qui tout simplement so t la pour vous donner du plaisir mais aussi pour en prendre. Car, croyez moi, pour être convaincante en sexcam il faut être sincère. Si on fait semblant cela se voit tout de suite et on ne gagne rien.

J’avais promis douze raisons, il n’y en a que six. Alors lisez cet article une deuxième fois !

 

 

616 views

Comment séduire une femme mariée

Séduire une femme mariée

Tu ne convoiteras pas la femme d’autrui ! C’est l’un des dix commandements. Mais voilà, vous n’êtes pas très pieu et vous la voulez dans votre pieu. Peut être est-ce votre belle sœur, la femme d’un ami ou juste une collègue de bureau mariée. Vous n’en êtes pas fier mais vous fantasmez à mort sur ses belles fesses et ses seins juste parfaits. Malgré tous les interdits moraux vous êtes décidé à saisir votre chance si elle se présente. Mais comment la séduire ? Vous Vous entendez bien et sentez même de la complicité mais cela ne veut pas dire qu’elle va accepter de tromper son mari avec vous. Las il y a parfois loin de la coupe aux lèvres. Rassurez vous, j’ai quelques conseils qui peuvent vous aider à amener ce joli petit cul marié à s’offrir à votre queue qui saura bien lieu s’en occuper que son légitime époux !

Séduire un femme mariée
Séduire un femme mariée

Pour séduire il faut comprendre

Cela est vrai avec la femme mariée comme avec la femme célibataire. Pour séduire il faut comprendre. Avec la femme mariée c’est plus délicat car autant une femme célibataire cherche, quoiqu’on en dise, Neuf fois sur dix un nouveau mec ou au moins un bon plan cul, autant pour la femme mariée c’est plus compliqué. Est-elle heureuse dans son mariage ? Est-elle sexuellement satisfaite ? Est-elle très opposée à l’idée de commettre l’adultère ? Que pourrait elle cherche dans une relation extra conjugale ? Autant de questions dont la réponse peut conditionner votre stratégie pour la séduire.

Mais assez de blabla général passons à quelques conseils simples et pratique pour séduire la femme mariée qui visite vos rêves érotiques.

Partons du principe qu’une partie du travail de séduction est déjà fait. Vous vous entendez bien, vous savez que vous pourriez lui plaire mais elle n’est pas décidée à tromper son mari, du moins pas encore. Je vais donc vous proposer une méthode quasi infaillible, pour l’amener dans votre lit si vous êtes déjà dans cette situation. Attention, cela implique quand même de ne pas avoir trop de scrupules moraux…

Règle numéro 1 pour séduire une femme mariée : Une femme trompée est une femme adultère en puissance.
Eh oui ! C’est aussi simple que cela ! Encore fallait-il y penser. La femme mariée que vous voulez séduire trompera son mari si (et j’ai presque envie de dire et seulement si) elle apprend que son mari la trompe ou l’a trompée.

Technique de séduction dite de l’arroseur arrosé.

Bonne nouvelle, plus de 60% des hommes en couple avouent tromper ou avoir tromper leur conjointe. Il y a donc plus d’une chance sur deux pour que la femme que vous visez soit cocue. Et encore, sachez que ce pourcentage monte à plus de 85% lorsque le couple a plus de 5 ans !

Bon, donc partez du principe que la femme que vous visez est cocue. Maintenant il faut trouver un stratagème pour qu’elle le découvre. Pour cela la première chose à faire est d’éveiller ses soupçons. Si vous avez une relation d’amitié ou assez proche vous pouvez simplement poser la question : « Dis, pardon de te poser une question intime mais tu as déjà été cocue toi ? » Bien sur vous posez cette question en sous entendant que vous oui et que c’est un truc que vous avez mal vécu et qui est encore une souffrance. Très souvent celle que vous voulez séduire va répondre qu’elle ne sait pas. Dans ce cas c’est bien parti, uniquement en posant la question vous avez semé la graine du doute chez le beau petit cul dans lequel vous allez bientôt planter votre asperge…Je vous envie déjà ce moment qui approche.

Pour séduire  une femme mariée rapprochez vous du mari

Deux raisons primordiales pour se rapprocher du mari. Tout d’abord plus vous serez proche du mari plus vous aurez de chance de découvrir s’il la trompe ou s’il l’a trompée et avec qui. Il ne vous sera que plus facile ainsi de faire en sorte qu’elle découvre le pot aux roses.  Par ailleurs dans l’hypothèse improbable où il serait fidèle à l’objet de votre convoitise il sera plus facile pour vous de lui faire rencontrer de jolies femmes tentatrices…Elle peuvent faire partie de vos amies complices ou simplement être trouvées facilement sur un site à plan cul comme copine de sexe ou cinq à sept. Bien sûr il ne faut pas se faire d’illusion pas mal de ses filles sont en réalité plus ou moins prostituées et donc cela peut vous coûter un peu de sous. Mais pour le joli petit cul de la femme mariée que vous voulez séduire peut être êtes vous prêt à quelques dépenses.

L’autre raison de devenir proche, voire ami de l’époux de la femme que vous souhaitez séduire est que cela peut la rendre jalouse de votre amitié qu’elle voudra inconsciemment briser. Croyez moi, lorsque j’étais encore fidèle à mon époux les hommes qui me faisaient le plus fantasmer étaient ses amis proches. J’étais jalouse de leur complicité et inconsciemment cela jouait sur mon désir.

Pour la séduire faut-il être son mari en mieux ?

J’ai envie de dire pas nécessairement. Voire surtout pas. La femme mariée qui va sauter le pas de l’adultère cherche quelque chose de nouveau, de différent. Autant une femme quittée va inconsciemment chercher à reproduire les memes échecs et chercher le même en mieux, autant celle qui est installée dans son mariage ca vouloir de la différence. Donc, à ses yeux cultivez une vraie différence avec son mari. S’il est sportif soyez jouisseur et bon vivant, s’il est cultivé soyez animal et premier degré. Ce n’est pas pour rien que Lady Chatterley se tape le jardinier ou le garde chasse…

Où inviter une femme mariée pour un premier adultère ?

Oubliez l’hôtel. Les choses ne se passent pas comme cela. La femme mariée séduite ne donne pas rendez vous dans un hôtel aussi beau fût-il. Non, lorsque vous sentez que le fruit est mûr, prêt à cueillir alors il faut vous arranger pour vous retrouver seuls. Si possible une fin d’après midi, ou en soirée. Peu de femmes ont envie de baiser à 13h30juste après le déjeuner. La voiture est le lieu de 63% des premières fois avec un amant. Mais cela peut être chez elle tout simplement. Il suffit qu’elle y soit seule. Ou chez vous. Ou à l’occasion d’une balade en forêt ou à la montagne. Vous lui prenez la main et les choses s’enchaînent assez vite.

Bon, je m’aperçois que je n’ai pas été très sexy dans cet article. J’en ai oublié l’essentiel : Vous raconter en détail comment vous lui écartez les fesses, comment vous la faite jouir et re-jouir. J’ai oublié de vous redire combien certaines femmes mariées apprécient l’amour à quatre pattes. J’ai oublié de vous faire imaginer la façon légèrement hésitante dont elle va vous sucer pour la toute première fois. Tempi, cela sera pour une autre fois !

En attendant dites moi si vous avez envie de séduire une femme mariée de votre entourage. Racontez moi vos doutes, vos succès et vos échecs. À très bientôt

 

1 169 views

Plan à trois avec mon prof et une étudiante russe

Lycéenne drague son prof de philo

C’est fou ce qu’internet regorge de ressource pour retrouver les hommes qui m’ont fait mouiller quand j’étais lycéenne. Ce fut tellement facile de retrouver mon prof de philo de terminale. Les années ont passé mais il n’était pas trop âgé quand j’avais dix huit ans et une quinzaine d’années plus tard il est encore plus beau et excitant pour l’amatrice de plan cul que je suis devenue. Déjà quand j’étais lycéenne il aimait nous provoquer, nous faire réfléchir et sortir des lieux communs en matière de morale et de considération pour la sexualité. Bien sur nous étions mineures ou tout juste adultes et il n’était pas question d’aller plus loin que des regards et une légère équivoque. Mais quand j’ai osé le te contacter par mail il se souvenait de moi et acceptait de commencer une relation épistolaire où je me confiais plus que d’habitude.

Proposition d’un plan à trois

Pour l’avoir bien connu comme lycéenne j’avais une totale confiance dans mon ancien prof de philo. Alors forcément n’ai pas été très longue à lui avouer ma passion pour les plans culs adultère et le souvenir ému que j’avais de ses cours chaque jeudi de 16 à 18h. Je lui avouais que même si le cours était de 16h à 18h je rêvais aujourd’hui que ce soit plutôt des cinq à sept en cours particulier…

Il m’avoua alors une chose qui me troubla. Il était veuf depuis une dizaine d’années et ne satisfaisait ses besoins sexuels que très occasionnellement avec des prostituées. Il m’avouait qu’il faisait cela car il ne voulait plus d’une relation impliquant un désir mutuel et qu’il avait peur de s’attacher à nouveau à Quelqu’une. Mais il avouait aussi qu’il aimait le cul et que mon appel faisait plus que l’intéresser. C’est alors que j’eu l’idée d’un plan à trois avec une prostituée que je connaissais déjà un peu. C’est étrange comme parfois, quand on retrouve une personne après quinze ans et qu’on ne l’a connaît finalement pas bien il est plus facile de parler et d’oser des propositions. Indécentes, très indécentes.

-« Pardon d’être directe Monsieur, mais est-ce que ça vous dirait un plan à trois avec moi et une étudiante russe prostituée occasionnelle ? »

-« C’est sûr, ça pour être directe, vous êtes directe ! La lycéenne timide que j’ai connue est bien loin ! »

-« C’est parce que vous ne l’avez pas vraiment connue…Nous pourrions y remédier…Alors ça vous dit ? »

-« Oui, mais à une condition. »

-« Laquelle ? »

-« C’est moi qui paie ! »

-« Hummm, parfait alors. Je suis à Toulouse la semaine prochaine. Jeudi si mon amie est dispo on pourrait se retrouver chez vous en début de soirée ? Jusqu’au petit matin ? Mais je vous prévient, ça risque de vous coûter un smic. Si c’est trop on peut partager… »

-« Jeudi c’est bien. Et non, pas question de partager. Je ne suis pas riche mais l’avarice est un défaut que je n’ai pas. Si votre amie est aussi jolie que vous sur les photos que vous en webcam alors je ne regretterai sûrement pas mon argent ! »

-« Elle est blonde et bien plus jolie que moi ! »

-« Plus jolie que vous c’est impossible ! »

-« Vous êtes un vilain flatteur ! J’ai hâte à la semaine prochaine…  Au fait, vous n’avez rien contre les jeux de rôle ? »

-« Ça dépend, quel serait mon rôle ?»

-« Vous serez le professeur bien Sûr ! Je ne vous en dis pas plus mais Je suis certaine que vous allez aimer. A bientôt. »

Je quittais la réunion Teams et envoyais un SMS à Catarina, ma connaissance de Toulouse en croisant les doigts pour qu’elle soit disponible. Pour plus d’efficacité dans ma prière j’introduis mes doigts croisés dans ma culotte et je me caresse en prenant soin de ne pas les décroiser. Si j’arrive à l’orgasme sans décroiser les doigts alors ça veut dire qu’elle sera libre ! C’est très con les superstitions !

Catarina, pute débutante

Les doigts croisés des fois ça marche ! Katarina est disponible et ravie que je la contacte ! Elle sait qu’avec moi c’est safe et que même si c’est très exigeant niveau cul c’est sous contrôle et bien payé. En plus je la soupçonne d’aimer ça les plans à trois. Ou, si elle n’aime pas, alors elle est très bonne actrice porno ! Et justement c’est tout un scénario digne d’un porno que je nous ai prévu.

Nous prenons rendez-vous galant. Philippe paie d’avance par PayPal 1300€ ! C’est cher mais pour ce prix Catarina restera jusqu’au lendemain onze heure du mat et promet de tout faire pour que cette nuit reste inoubliable. Je lui fais entièrement confiance. Mon ex prof de philo m’assure qu’il est très content d’y mettre le prix. Le prix s’oublie, pas les souvenir m’explique-t-il un brin sentencieux.

Étudiante en prostitution

Catarina a le charme de ses jeunes années. Blonde de taille moyenne elle a de grands yeux bleus au regard plein de candeur juvénile et des lèvres pulpeuses presque boudeuses. Ses seins ne sont pas aussi gros que les miens mais ils pointent joliment sous sa chemise blanche à col Claudine. Elle a mis, comme je lui ai demandé une jupe à carreaux, des souliers vernis plats des socquettes à mi mollets et une culotte en coton petit bateau. La Jupe n’est pas trop courte j’ai insisté pour qu’elle cache les genoux. Je ne veux pas que mon étudiante prostituée ressemble à une pute de bas étages. On dirais plus la pensionnaire d’un établissement privé des années Giscard. Une jeune fille provinciale sage et timide. Avec son accent d’Europe de l’Est Catarina me semble très convaincante dans ce rôle de jeune fille innocente.

J’ai pour ma part choisi un tailleur strict, des talons haut en feutrine noire, bas et porte-jarretelles de salope. J’ai mis des lunettes et noué mes cheveux en chignon. Comme j’ai prévu pas mal d’accessoires Catarina mon bagage cabine à roulettes. Je souris intérieurement en pensant à son contenu.

Mon ancien prof de philo habite un petit pavillon vers Labège. Nous nous y rendons avec ma Fiat500c. Catarina a confiance en moi et de toutes façons elle est payée pour jusqu’à demain. Je fini de la briefer sur le trajet. Elle aime bien ce que j’ai préparé et me confie vouloir un jour devenir actrice. Alors elle est très contente qu’il y ait un petit scénario en plus du plan cul que je lui propose.

Le portail est ouvert et je gare la voiture sous l’abris qui jouxte la maison. Philippe nous attend sur le palier. Il est en costume cravate et peut nous voir venir à lui. La valisette a roulette que tire Catarina résiste un peu sur le gravier.

-« Entrez vite les jolies, il fait un peu frais ! »

Le salon est grand et simplement meublé. Deux grands canapés Togo, une table basse avec un bouquet de fleurs, des coupes en cristal et un seau à glace avec un Magnum de Champagne.

-« Vous êtes ravisantes ! Laissez moi vous débarrasser. »

Nous le laissons prendre nos manteaux qu’il pose sur le banc du piano droit contre le mur.

-« Lucie, je ne crois pas connaître ta jeune amie. Tu fais les présentations ? »

-« Ce n’est pas vraiment mon amie. C’est, disons plutôt ma stagiaire. Disons qu’elle est en…comment dire…apprentissage… Philippe, je te présente Catarina. Catarina, dis bonjours à mon ami. »

-« B…Bonjour… monsieur »

-« Bonjour Catarina. Ne soyez pas timide, ici, entre on est entre amis. Entre amis on s’embrasse. N’est-ce pas Lucie ? »

Philippe me prend par la taille et l’embrasse sur les joues mais très lentement. Je sens le bout de sa langue sur mes joues et j’adore cela. »

Il fait de même avec Catarina qui rougit. Oui ! Incroyable, cette fille est capable de rougir sur commande ! Je n’en reviens pas !

-« Donc, Catarina, Lucie vous présente comme son apprentie. Mais apprentie en quoi ? »

Catarina baisse les yeux intimidée. Elle répond d’une toute petite voix

-« Appren … te »

-« Hein ? Pardon, je n’ai pas bien entendu ?

-« Apprentie pute Monsieur. »

-« ah ? Lucie, tu m’amènes une bien belle surprise dis donc. J’imagine que ce n’est pas par hasard… »

-« En effet, je me suis dis que tu pourrais peut être enseigner deux trois choses à ma petite pute débutante. Qu’en penses-tu ? »

-« Si je peux rendre service, ce sera avec plaisir…Je vous sers un verre ? »

Philippe sert trois coupes de Champagne et s’installe au milieux d’un canapé. Il est assez évident qu’il s’attend à ce que nous l’y rejoignions chacune d’un côté.

-« Tu vois Catarina, si tu veux apprendre à bien faire la pute il faut que tu commences par mettre à l’aise ton client. Tu sais ce que ça veut dire ? »

-« Heu…non…faire du sexe avec lui ? Enfin j’imagine… »

-« Elle est mignonne ! Bien sûr oui, comme tu dis faire du sexe ! Mais surtout tu dois chercher à deviner ce qu’il aimera. Tu dois te plier à ses moindre désirs, tu dois être sensuelle, bien salope à souhait. Et là je crois que surtout tu dois le rejoindre sur le canapé… »

Catarina va s’assoir sagement à gauche de Philippe sur le canapé. Elle joue parfaitement la jeune fille timide inexpérimentée. Sa Jupe mi longue et la chemise col Claudine aident beaucoup. Je me place avec ma coupe de champagne derrière le canapé pour guider ma jeune apprentie.

Je ne peux m’empêcher d’embrasser Philippe dans le cou.
-« Alors, elle te plaît ma jeune apprentie prostituée ? »

-« Je la trouve très jolie. Mais la beauté ne fait pas tout…Si tu vois ce que je veux dire… »

-« Oui, je crois que je vois. Catarina, sans te commander, je pense que tu devrais déboutonner le pantalon de mon ami. J’ai l’impression qu’il est un peu à l’étroit… »

Catarina baisse les yeux vers l’entrejambe du professeur et fait mine de découvrir la bosse qui sans équivoque. Elle approche maladroitement les mains et je lui chuchote à l’oreille : « Très bien, tu vas prendre délicatement sa belle queue et tu vas la sucer comme une bonne petite pute… »

-« Mais heu…oui…mais je suis pas sure savoir sucer bien… »

L’accent de Catarina est délicieusement sexy. Elle bataille un peu avec la boucle de ceinture. Philippe se laisse faire, je lui parle doucement à l’oreille : « J’espère que tu vas être un bon professeur pour ma jolie petite pute russe. C’est une petite poupée encore un peu fragile. Essaie de ne pas la casser… »

Mais Philippe n’est pas un brutal. C’est plus un sophistiqué qui aime jouer à la poupée russe.  Il se détend sur le canapé et caresse, nonchalant, la tête blonde de Catrina. Je suis heureuse qui semble si détendu. En général quand le mec est bien détendu comme ça c’est signe qu’il va durer longtemps. Et pour un plan à trois un mec qui assure c’est quand même mieux. D’ailleurs j’ai bien envie de profité un peu moi aussi. Alors je contourne le canapé pour m’agenouiller devant notre professeur.

-« Tiens, Catarina, regardes, je te montre. Tu peux commencer par lui lécher doucement les couilles comme ça.Viens fais le en même temps que moi. »

Je fini de baisser son pantalon sur ses chevilles et nos langues se mêlent sur les couilles du prof de philo. La langue de Catarina est tout douce et ses lèvres sont soyeuses . Son rose à lèvre est parfumé Framboise. C’est mignon, un peu comme les maquillages de petite fille que l’on m’offrait enfant. On y va doucement sans nous presser ni même commencer à sucer. Nous léchons tout en nous embrassant. J’apprécie qu’il me caresse la tètes moi aussi. Il le fait dans le sens du poil, comme si nous étions deux animaux domestiques. Ses deux petites chiennes. A ce moment là de ma vie je suis pleinement heureuse. Je sais que j’ai fait le bon choix, que l’infidélité me va bien. La vie peut être simple et belle. Si vous êtes sages je vous raconterai peut être la suite. Ou peut être pas…

Envie de me rencontrer ? Ici

 

1 260 views

Femme à lunettes

Femme à lunettes, femme à quéquettes

Depuis mon adolescence binoclarde je m’émoustille pour les calembours sexuels. Cela vient de la collection de San Antonio et SAS de mon grand père. Je lisais en cachette les scènes de cul en me caressant pendant les vacances scolaires. Je chaussais à cette époque une monture en plastique avec des culs de bouteille corrigeant une forte myopie. Depuis, par coquetterie votre salope à lunettes préférée a subir une opération au laser et ne mets plus que des lunettes à verres non correcteurs dont l’unique but et de rendre mes fellations encore plus excitantes. Car ne nous le cachons pas, les lunettes sur une jolie fille ça donne toujours aux mecs l’envie de se faire sucer. Et c’est tant mieux !

Las, confinement pour moi est synonyme d’ennui. Aussi j’ai décidé de partager avec vous quelques chose d’intime même si ce n’est pas très sexy…

Adolescente sexy à lunettes

J’ai 15 ans, en vacances d’été chez mes grands parents il fait très chaud. Je dors dans le bureau bibliothèque de mon Grand Père. J’aime cette pièce qui sent le tabac froid et le parquet ciré. Comme je l’ai écris plus haut mon Grand Père est fan de littérature érotique et s’il cachait ses ouvrages les plus honteux (ce que je n’avais pas encore découvert) les San Antonio et les SAS ne lui avaient pas parut suffisamment honteux pour qu’il prit la peine de les soustraire à ma vue. Invariablement, quand la maison était silencieuse vers minuit, je choisissais l’un des SAS et je m’imaginais être la pin-up de la couverture. Mes seins n’étaient pas encore gros comme aujourd’hui mais je les caressais et me contorsionnais pour en sucer les tétons tout en imaginant que je deviendrais aussi sexy que l’héroïne sur papier glacé du roman. Puis je tenais délicatement le livre tranché vers le haut pour qu’il s’ouvre de lui même sur un passage érotique. Invariablement les SAS, à force d’être lus uniquement aux passages pornographiques, s’ouvrent aux bons passages. Puis je lisais et relisais tenant le livre d’une main et mes lunettes de l’autre. Étant très myope je devais les enlever pour lire de près. Mais les branches en plastique étaient parfaites pour entrer dans mon sexe encore étroit. Peut être que ce sont ses lectures qui m’ont donné plus tard envie d’écrire moi aussi de la pornographie.

Tailleur sexy, lunettes et fellation

Un jour je vous raconterais ce plan cul en tailleur moulant, juste un peu trop court. Je vous raconterai la fille sexy à lunettes qui se cambre et laisse son boss lui flatter les fesses. Je vous raconterai la fessée et comment il m’a fallu sucer à plat ventre sur le bureau. Un jour je vous le raconterai. Promis mais pour l’instant je vous laisse imaginer…

D’ici là écrivez moi ici…

 

1 289 views

Plan cul Limoges, petite pute bien salope

Fausse pute dans les rues de Limoges

(pour me retrouver c’est par là)
Nouvelle-Aquitaine, Haute Vienne, Limoges, rue de la Boucherie, mon petit cul moulé dans une robe moulante en laine noire arpente le trottoir comme un prostituée un soir de racolage de rue. Dessous je suis en bas et porte jarretelles, talons hauts mais pas trop non plus. Sauf que je suis juste une jeune femme sexy qui attend qu’un mec audacieux l’aborde. Le mec audacieux promène son chien. Je le croise, il me souri. Dans la vraie vie c’est rare qu’un mec bien aborde une nana sexy qui ressemble à une pute de luxe. Pas de raison qu’il cherche une prostituée et une fille sexy seule en robe moulante dans la rue un soir, même à Limoges, il y a des chances qu’elle passe pour une pute qui tapine.

 

 

Non je ne suis pas une prostituée, juste une bonne petite salope…

Alors pour faire efficace c’est moi qui l’aborde.
-« Bonsoir !»

-« Heu, bonsoir ?»

-« Je sais que vous vous demandez si je suis une prostituée. Je ne suis pas idiote.»

-« Heu, bin, enfin, heu…non, enfin heu si, un peu…forcément… »

-« Et bien, en vrai je ne suis pas une pute. Ni même une occasionnelle. Juste une femme qui sort de 6 semaines de confinement avec son mari et sa fille qu’elle ne supporte plus et qui a décidé de vivre… »

-« ah !? »

-« Ça vous embête si je promène votre chien avec vous ? »

-« Heu…je sais pas trop… »

-« Comment ça, vous ne savez pas trop ? Vous avez peur qu’on croise des connaissances et qu’elles en parlent à votre femme ? »

-« Heu…je suis pas marié. Mais oui, un peu, j’ai une copine…Et on ne se connaît pas… »

-« Bin justement, si on se connaissait on n’aurait pas besoin de faire connaissance. Quelques pas dans la même direction ça n’engage à rien non ? »

-« Je suppose. »

-« Yes ! Je prends ça pour un oui. Enchantée, je m’appelle Candice. »

Quelques minutes plus tôt je lisais ce prénom placardé en rouge sur un feu de circulation avec un 06 en dessous. Pour le coup la vraie Candice est sûrement une pute de Limoge.

-« Moi c’est Bruno. Vous abordez souvent des inconnus dans la rue , Candice ? »

-« Je vous jure que c’est la première fois. La sortie de confinement ça fait faire des choses bizarre… »

-« Bizarre comme quoi ? »

-« Bin bizarre comme sauter dans sa voiture, faire 300 km pour aller à Limoge sans raison et chercher à faire connaissance avec un inconnu qui promène son chien… »

-« Vous êtes un sacré numéro Candice. »

-« J’aime bien quand vous dites mon prénom… »

-« Oui, vous êtes vraiment bizarre ! »

-« Ah ? Je vous fais peur ? »

-« Un peu, j’avoue… »

-« Mais en même temps je vous plaît…non ? »

-« C’est sûr que vous êtes très jolie, y’a pas photo. Faut être honnête. »

-« Je vous aime bien Bruno ! »

Je lui vole un petit bisou rapide sur la joue. Il se laisse faire.

-« C’est un mâle ou une femelle votre chien, Bruno ? »

-« C’est un chien, il s’appelle Ulysse. »

Je me colle à lui et lui glisse à l’oreille : « Alors si c’est un chien il vous manque une chienne. Vous n’avez pas envie d’une chienne? »

Je sais que je prends un risque. Ça passe ou ça casse. Mais j’ai bien vu qu’il ne s’est pas dérobé à mon bisou. Et je suis très consciente d’être sexy à souhait. D’ailleurs il ne me repousse pas et place même un bras autour de ma taille. J’en frissonne intérieurement de plaisir. C’est gagné ! J’ai mon plan cul !

-« On t’attend chez toi Bruno ? Parce que si c’est le cas j’ai mon Airbnb vraiment pas loin… »

-« Heu, non, ma copine est chez ses parents. J’avoue que même si vous me plaisez j’ai peur d’un mauvais coup…Vous êtes louche quand même. Mais si vous voulez on va chez moi. »

-« Hummm, si ça peut rassurer mon petit poltron, moi je vous suis comme une chienne docile ! Très docile… »

-« Vous êtes sûre que vous n’êtes pas une prostituée, Candice ? »

-« Attention, je vais finir par me vexer ! Promis, je suis juste une fille sans problème qui cherche un plan cul pour fêter la fin du confinement. Allez…S’il te plaît…promis tu ne vas pas le regretter… »

Je me colle à lui et l’embrasse dans le cou en pressant bien la langue. Il a toujours son bras autour de ma taille menue et je sens qu’il se détend enfin un peu.  Son chien ne grogne pas. Il semble même bien m’apprécier. C’est peut être ça qui le décide enfin à me faire confiance.
-« Candice, vous êtes folle ! Mais j’avoue que vous êtes aussi sacrément convaincante ! »

Je l’embrasse sur la bouche. Un vrai baiser de cinémas avec la langue, les yeux grands ouverts. Il embrasse bien. J’aime sentir mes gros seins pressés contre son torse. Il a de beaux pectoraux.
-« Tu sais, je pense que tu vas pouvoir me tutoyer a partir de maintenant… »

-« Heu, oui, bien sûr Candice, tu es sûre que ça va ? C’est étrange quand même comme situation… »

-« Je suis sure ! En plus maintenant que je sais comment tu embrasses je crois que j’ai très très envie de faire plus profondément connaissance… »

-« Hum, avec plaisir alors ! J’habite juste là. Je te propose un verre ? »

-« Plutôt une gamelle d’eau…Rappelle toi que je suis ta chienne ce soir… »

Je lui lèche lentement le coup…

-« Ah…ok… »

-« Tu sais ce qu’elles aiment les chiennes comme moi ? »

-« Non mais j’imagine que je risque d’aimer… »

-« Ta petite chienne à très envie de manger de la saucisse… »

Son appart est spacieux, le chien super bien dressé se couche dans un coin du salon, près de la cheminée. J’ai pas arrêté de me coller à lui jusqu’à ce qu’on soit entrés. Il n’a pas été très sage non plus. Ses mains ont été un peu partout mais jamais sous ma robe en laine. Il a juste caressé à travers l’étoffe et c’était bon. Mais là maintenant que l’on est chez lui j’en veux un peu plus. Je prends sa main et la guide entre mes cuisses.

-« T’as vu, ta chienne est en chaleur par ici… »

Il presse ses doigts contre mon con j’ai, en guise de petite culotte, je porte un shorty en soie très fine. J’aime trop la sensation de ses doigts qui poussent la soie dans ma chatte. Je mouille comme une chienne en chaleur ! De toutes façons, vu comme j’ai vraiment envie à mort de faire ma grosse pute super salope. Je pense que c’est pas le fait de porter un shorty plutôt qu’un string sexy qui va tuer l’ambiance.

-« Hummm, c’est bon, j’adore comme tu caresses ma chatte. T’es un vrai amour toi Bruno… »

-« Ah oui ?…Je vois ça que tu aimes… »

-« Ouai…j’adore…Tu sais j’aime faire ma petite chienne soumise…tu peux me faire tout ce que tu veux…te gènes surtout pas…Je ne suis pas en porcelaine de Limoges…»

Je déboutonne son Jean. On est encore debout. Au milieu de son grand salon. Sur la cheminée il y a une photo en noir et blanc de son chien avec une fille blonde qui regarde droit le photographe.

-« C’est ta copine ? »

-« Heu…oui… Pardon…ça te gêne ? »

Il tend la main pour cacher le cadre.

-« Non, surtout pas…Ca m’excite…Tu voudras bien le faire tout ce que tu n’oses pas avec elle ou qu’elle n’aime pas trop ? Je suis sure que si elle pouvait nous voir elle apprendrait des choses… »

-« Ça c’est sûr ! »

-« Je me trompe peut être mais elle n’a pas vraiment l’air de savoir faire sa bonne chienne suceuse comme ce à quoi tu vas avoir droit… »

Je caresse la bosse qui tend son slip boxer.

C’est là que l’iPhone dans la poche arrière de son jean se met à vibrer.

-« Si c’est ta copine, décroche ! Te gêne pas pour moi.. »

Je suis à genoux et je libère sa belle queue.

-« Heu bin…oui…c’est elle… »

Il me montre l’écran de l’iPhone. En icône sa nana souri de toutes ses dents.
-« décroches, j’adore, ça m’excite…promis je fais pas de bruit…»

Je prend une couille dans mes lèvres 👄, tout doucement, en le fixant droit dans les yeux par en dessous.

-« Allô ? Sophie ? »

-« Bin oui, qui tu veux que ce soit, idiot ?! »

Il n’a pas mis sur haut parleur mais le son de l’iPhone est au max et j’ai une ouïe très fine.

Je lèche consciencieusement se couilles, il est presque imberbe. C’est agréable. J’adore le regarder par en dessous. Il réponds par monosyllabes à sa nana qui lui raconte sa journée. La nana se plaint de ses parents qui n’arrêtent pas de se prendre le bec, elle lui dit qu’il lui manque, qu’elle a hâte de rentrer. Elle baisse le ton pour dire qu’elle aimerait être avec lui pour « tu sais quoi… ». C’est le moment que je choisi pour prendre sa queue dans ma bouche et commencer à sucer très lentement sans le quitter des yeux. Il répond que lui aussi il aimerait être avec elle. Tout en posant sa main sur ma tête et en me caressant les cheveux. Ce qui naturellement m’excite au plus haut point. Comme je sens qu’il crispe la main sur ma tête j’arrête de le sucer et je me relève pour le pousser sur le canapé. Je surveille du coin de l’œil le chien qui ne bronche pas. Je met la main sur son téléphone pour être sûre de ne pas être entendue et je lui chuchote à l’oreille : « Surtout tu raccroches pas. Heins…J’adore… »

J’aimerais, à ce stade, cher lecteur, que tu t’imagines à la place de Bruno. Tu t’ennuyais à Limoges et tu te retrouves, sans avoir rien demandé, avec une bonne petite pute gratuite sur ton canapé qui enlève sa robe se retrouve un dessous sexy juste devant toi. Ses gros seins de cochonne mis en valeur par une belle dentelle noire, jolie petite salope personnelle, taille toute menue  et longues jambes.

-« Continues à parler à ta copine. Retiens la…et retiens toi… Je te préviens, si elle raccroche je  me rhabille et je me casse… »

Je t’ai poussé sur le canapé et je suce ton oreille libre, je chuchote : « Bouffe moi les seins et dit à ta copine que tu es en train de manger mais qu’elle te manque. Tu veux que vous continuiez à parler… »

…Tout en parlant à ta copine tu me bouffes les seins. Je suis sur toi, j’ai poussé le petit bout de tissus sur le côté et ta queue rentre direct dans ma chatte. Faut dire que je mouille comme une chienne en chaleur. C’est bon, j’entends voix de ta copine légèrement nasillarde à cause du téléphone. Tu n’oses plus répondre je par monosyllabes mais la fille est un moulin à paroles et n’a pas l’habitude de t’en laisser placer une de toutes façons.

J’ondule souplement très lentement pour bien faire glisser ta queue. Je me contracte pour que tu te sentes un peu à l’étroit. C’est tellement bon que je suis déjà en train de jouir. J’ai très envie de t’arracher le téléphone pour parler à ta nana et lui dire que tu es en train de bien me baiser comme une bonne petite pute bien salope. Mais je ne suis as méchante alors je me contente de jouir et je te laisse raccrocher pour enfin mettre tes deux mains sur mes fesses et planter tes ongles en te laissant aller. Nous jouissons ensemble et je m’écroule sur toi. Nous restons ainsi longtemps. Soudain je sens une langue humide entre mes orteils. C’est ton chien que j’avais complètement oublié. Pas grave, c’est plutôt marrant.

-« s’il te plaît, je peux te demander un truc ? »

-« heu oui quoi ? »

-« Tu pourras enfermer ton chien dans la cuisine quand tu m’enculeras tout à l’heure ? »