Deux belles salopes pour un chanceux

Mon amie suédoise sexy

Mon amie Clarika est Suédoise,  genre Heidi Klum montée sur échasses. Je toise presqu’un mètre quatre vingt et je suis obligée de mettre des talons 👠 pour être à sa hauteur quand elle est en sandales. Ses seins sont laiteux et plus petits que les miens mais tout aussi fermes. J’aime ses jambes interminables et la pâle blondeur de ses poils pubiens qui la font presque paraître intégralement épilée. Elle est aussi blonde que moi brune. Encore plus mal mariée que moi Clarika est femme de diplomate et s’ennuie à mourir en banlieue strasbourgeoise. Contrairement à moi elle ne trompe pas son mari. Enfin presque pas. Seulement quand je viens par chez elle et uniquement si je n’ai pas le mauvais goût de débarquer à l’improviste. Clarika veut prévoir à l’avance, s’organiser un alibi, prévenir la baby-sitter qu’elle devra dormir à la maison.

Clarika a été ma première et unique expérience 100% lesbienne. Un jour peut être je vous raconterai notre rencontre et nos premiers plaisirs saphiques. Sachez juste que dans son système de valeurs si c’est avec une femme alors elle ne trompe pas son mari.

Plus tard il lui a été assez facile de se convaincre que si c’est à deux femmes avec un homme alors, techniquement, elle ne trompait qu’à 50% son mari. Ce qui restait acceptable. Chose qu’elle m’explique avec son délicieux accent suédois en sirotant un grand verre de vin blanc à la terrasse d’une belle Brasserie bourgeoise du centre ville de Colmar. Nous avons choisi Colmar suffisamment éloigné de Strasbourg tout en restant agréable et animé.

Pas un homme qui ne nous ait remarquées. C’est amusant de les voir nous jeter des regards en coin. Aucun n’ose nous aborder. Trop belles pour être libres. Mais nous ne sommes pas inquiètes. Le choix ne manque pas. Aucun homme ne semble pressé de partir depuis que nous avons investi notre table. Conciliabule. Je la laisse choisir. C’est sa soirée. La seule qu’elle s’offre depuis notre dernière fois en fin d’année dernière. Nous rions. Elle est comme moi, elle s’en fiche un peu pourvu qu’il assure puisque de toutes façons c’est pour passer du bon temps entre amies 👯. Elle demande si j’ai bien les accessoires et les pilules qui font bander. Je dis oui pour les accessoires, tout est au studio. Quand au pilules je lui rappelle que c’est pas magique non plus. Suivant le mec ça marche plus ou moins bien. Elle dit : « pas grave, si on l’use trop vite on ressort en chercher un autre! »

Un blond Tatoué légèrement beauf

L’homme sur lequel Clarika jette son dévolu est blond, vaguement musclé sous la graisse et tatoué sur l’épaule. Un motif tribal qu’il a dû se faire faire en vacances en Thaïlande. Pas du tout mon genre de type. J’aime pas les beaufs. Mais j’aime Clarika et si c’est lui qu’elle veut alors je ferai contre mauvaise fortune bon cul.  Au moins le type ne se fait pas prier. Contact visuel, sourire en coin et en moins de temps qu’il ne faut à un éjaculateur précoce pour jouir il est à notre table. Le scénario est simple et efficace : mon amie Clarika repart en Suède demain et elle n’a pas connu l’amour à la Française.

Le chanceux : « ah ? C’est ballot… dommage qu’on ne se soit pas rencontrés plus tôt…»

Clarika : « oui, dommage… »

Moi : « Allez les tourtereaux, soyez pas timides. C’est demain la fin des vacances, pas aujourd’hui ! »

Le chanceux et Clarika se sont très perceptiblement rapprochés. Les contacts physiques sont brefs mais nombreux. Elle ri dès qu’il dit un truc marrant. Enfin marrant n’est pas le mot. C’est plutôt du genre lourdingue. Genre : « non ! Je peux pas croire qu’une aussi jolie fille en vacances n’ai pas été draguée à chaque coin de rue ! »

Le chanceux : « Vous logez où ? »

Clarika : « C’est Lucie qui nous choisi les Airbnb. Elle a un talent fou pour dénicher les jolis studios en centre ville. »

Le chanceux tente enfin sa chance, il pose un bisou rapide sur la joue de Clarika : « voilà, comme ça tu auras connu un bisou à la Française »

Clarika fait un moue boudeuse : « oh, je suis déçue. J’avais une autre idée du french kiss »

Le chanceux décidément neuneu: « ah? Heu…c’est gênant… »

Moi : « Allez les tourtereaux, on dirait de adolescents. Vous gênez pas pour moi ! »

Le chanceux s’adressant à moi : « heu, j’ai rien contre. Mais t’es sûr que ta copine va pas me gifler ? »

Clarika approchant son visage : « Je suis tout sauf violente… »

Baiser de cinéma en terrasse. C’est l’été. Je ne suis que spectatrice mais c’est toujours excitant un premier baiser. Même quand c’est ma copine qui le décroche.

Clarika : « je sais pas vous mais moi d’un coup là j’ai envie de rentrer à l’appart…ça t’embête si ma copine tient la chandelle ? Enfin…ta chandelle… »

La question est de pure forme. Aucune chance qu’il émette une objection.

Nous partons bras dessus et surtout dessous vers le joli studio de Colmar. Le chanceux du jour est entre nous. Sa main gauche semble aussi baladeuse que la droite. Le type serait ambidextre que cela ne m’étonnerait pas. C’est pas mon type mais je sais que l’appétit vient en mangeant…et j’ai déjà faim…

L’appart est joli et impeccable. Airbnb de super hôte cher et bien noté. En guise de canapé il y a une immense banquette rétro en fer forgé avec un grand matelas et des dizaines de coussins en face d’un écran plat oled 65 pouces très design. Le gode, les deux paires de menottes et les écarteurs de jambes chromés sur la table basse laissent peu de doutes sur nos intentions s’il en était besoin. A peine entrés nous poussons en riant nos chanceux du jour sur la banquette au milieu des coussins. Il ne résiste pas. Nous le couvrons de baisers mouillés et le débarrassons de son pantalon. Perso je n’ai pas envie de l’user trop vite. Clarika est en phase avec moi sur le sujet. Alors nous le laissons un peu à l’écart à moitié nu (la moitié du bas) et commençons à nous embrasser entre filles. Je veux dire à vraiment nous embrasser. Langues et salive. Mains qui savent exactement où se faufiler. Du coin de l’oeil je vois qu’il bande déjà à mort. Si on ne fait rien il risque de ne pas pouvoir s’empêcher de se branler et on aura tout perdu. C’est le moment délicat de la soirée pour le plan que nous avons minutieusement imaginé avec Clarika. Je prends une paire de menottes et attache un des poignets de ma grande blonde. Puis je regarde notre chanceux de l’air le plus complice possible : « ça t’embête pas si je vous déclares liés par les liens du mariage pour la nuit? »

Je prends son poignet droit et ferme dessus l’autre côté des menottes. Il est un peu surpris mais se laisse faire. Il faut dire que Clarika s’est assise sur ses genoux et lui roule un patin dont je serais presque jalouse. Puis c’est au tour de Clarika de prendre ma main et de la lier avec la seconde paire de menottes : « c’est pas juste. Moi je suis pour la polygamie ! » elle m’attache à mon tour à l’autre main de notre époux d’un soir. Nous l’embrassons toutes deux et tâtons délicatement ses couilles de nos mains libres.

-« Maintenant ! »

C’est Clarika qui a donné le signal. Chacune a détaché sa menotte pour l’accrocher à un barreau de la banquette en fer forgé.

Notre chanceux inquiet : « oh bordel ! C’est quoi ça ? »

Je remarque qu’il a débandé hyper vite.

« T’inquiètes, t’es pas tombé dans un mauvais film d’horreur. On veut juste être sûres que tu ne vas pas t’exciter trop vite et être usé en un quart d’heure. Calme toi, promis on ne va te faire que du bien et après on te relâche comme une truite sous la maille à l’ouverture de la pèche. »

Ca ne le rassure pas vraiment. Il se débat. Je ne suis pas inquiète car ce sont de vraies menottes professionnelles, pas le modèle de sex-shop en plastique qui ne sert à rien. Et la banquette est du genre costaude. Il nous traite de salope et de folles. J’ai peur qu’il crie mais il dois se rendre compte du ridicule de sa situation et décide de se contenter de nous insulter sans ameuter tout le voisinage.

Le problème c’est qu’il a complètement débandé. Et ça c’est pas top du tout…

Il faut le calmer et le rassurer sur nos intentions très pacifiques. Et pour ça je ne connais pas de meilleur remède qu’une bonne fellation. Nous montons toutes les deux sur la banquette chacune d’un côté. Clarika avec son bel accent Suédois le rassure à l’oreille : « chhhhuttt, t’inquiètes on n’est pas méchantes. Ma copine va te sucer, laisse toi faire. »

Je me mets à l’ouvrage et l’ambiance devient instantanément plus chaleureuse. Notre chanceux rebande doucement mais sûrement. Il se détend. Quelques coups de langues et ma Clarika qui lui déboutonne la chemise suffisent à le rendre dur comme au début. Ma belle Clarika goûte la peau de notre amant menotté et comme j’ai peur qu’il peine à se contrôler j’arrête de le sucer pour me consacrer à la grande blonde en mode gouine. La petite fermeture de sa jupe ne me pose aucune difficulté (je suis une femme !). La jupe glisse le long de ses jambes interminables. Elle est en bas et porte jarretelles. Dieu sait que j’aime les hommes mais j’avoue que son cul, ses jambes et la blondeur des poils pubiens que je devine sous le string blanc me mettent en émoi. Clarika se défait de son chemisier et la voilà donc en sous vêtements. L’autre n’est pas prêt de débander. Quant à moi je me sens un peu idiote encore toute habillée. J’approche mon visage de celui de Clarika toujours occupée à lécher le torse de monsieur chanceux. Je mets aussi ma langue à l’ouvrage en repassant après elle là où le goût de sa salive est resté. Mon mouillomètre personnel monte de plusieurs crans…Nos bouches se rapprochent sur le corps de notre prisonnier. Nous savons qu’il aimerait qu’on le suce mais pour le moment ce sont nos désirs de filles qui nous importent et surtout on veut le garder opérationnel le plus longtemps possible. Alors nous mêlons langues et nos salives juste contre lui. Clarika prend ma main pour la mettre contre son pubis gonflé. Je glisse un doigt sous le string. C’est doux et mouillé. Elle fait glisser ma jupe avec autant de facilité que je l’ai débarrassée de la sienne. J’ai gardé mes talons hauts et me voici donc en bas, soutien-gorge et string en dentelle. Finalement pour l’instant le plus habillé de nous trois c’est monsieur chanceux. Vaguement inquiet car toujours attaché il est pathétique à nous demander : « Allez les filles, c’est pas marrant, détachez moi maintenant… »

C’est le moment de le débarrasser de tous ses vêtements. Nous y allons délicatement, fringue par fringue. J’enlève mon soutient gorge car il me vient une petite idée de chantage : « Bon, ok, monsieur rabat joie, si tu me bouffes correctement les seins je te détacherai peut être… »

Je me mets à califourchon sur monsieur chanceux et colle mes gros seins de salope contre son visage. Clarika se presse juste derrière moi, ses mains descendant sur mon ventre. Je sens ses petit tétons durs contre mon dos. Elle encourage de son bel accent suédois chantant : « Allez, mignon, tu bouffes bien les seins de ma copine »

L’autre hésite, puis finalement ose quelque baiser trop timides à mon goût. En fait c’est la poisse. Le type angoisse de la situation. Il a peur et ça le rend assez pathétique. Il bande tout mou. Grosse déception. On ne sait pas trop quoi faire. Si on le libère maintenant il va vouloir partir. Et on aura l’air bien connes. Mais bon, pas trop le choix. On n’est pas des psychopathes et on a trop envie de baiser. Donc on s’excuse et on lui demande si on peut tout recommencer à zéro en le libérant. Une fois détaché notre chanceux remet ses fringues et s’enfuie de l’appart en nous traitant de malades. On ne peut pas gagner à tous les coups. Ni Clarika ni moi ne sommes de vraies gouines. Alors on préfère en rire. Ce qui nous excite c’est de le faire devant un mec. Toutes seules cela perd  tout l’intérêt. C’est déjà un peu tard et il faut tout reprendre à zéro. Donc forcément on se rabat sur un site à plan cul. Mais faut pas croire ce qu’on lit sur internet. C’est pas en cinq minutes qu’on trouve un plan cul valable. Et puis l’excitation initiale est un peu retombée. Alors on décide de se finir à la vodka et de s’endormir dans les bras l’une de l’autre. Jambes emmêlées et chatte contre chatte. Rien de très sexuel, juste un peu de tendresse éthylique. Il y aura d’autres occasions de plan à trois. On le sait toutes les deux.

Publié par

Lucie

Comment me décrire ? Disons que je suis une MILF 2.0 ! Une femme mariée trop tôt devenue accro aux rencontres adultères sur internet. Mes déplacements professionnels me permettent de céder à mes pulsions sans trop de risque d'être découverte. J'aime écrire et raconter mes aventures. J'aime aussi recevoir des commentaires sur ce blog ! Cela fait peut être de moi une grosse salope, une grosse pute ou une grosse cochonne, c'est au choix. Sauf que je ne suis pas grosse...Et que je choisi ma sexualité librement. Pour me séduire il suffit parfois d’être un peu original. Je suis une grande curieuse. Je traîne parfois (une ou deux fois par mois grand max) sur cinqasept. Je change à chaque fois de pseudo mais si vous me laissez le votre, qui sait je vous ferez peut être signe💋

7 réflexions au sujet de « Deux belles salopes pour un chanceux »

  1. Des conseils d’un truc particulier une manque mieux qu’une autre une que tu sais qui fonctionne bien. Bref tes conseils de spécialiste ma Lucie….bisous

    1. Tout dépend de ce que tu cherches.
      Par exemple si ta copine n’est pas trop branchée sexe anal et que tu veux qu’elle ait envie que tu l’encules. Alors les poppers ça marche 👌. L’effet est de courte durée mais ça provoque une envie brutale de baiser.

      Si tu cherches une pilule à effet rapide pour bander plus dur et surtout plus longtemps alors moi j’adore mélanger deux gélules de Erectab à un whisky coca pour mon plan cul une petite heure avant le passage à l’action.

      Après c’est pas miraculeux. Un ejaculateur précoce ne va pas devenir une bête de sexe juste avec une gélule miracle. Ça se saurait ! Mais franchement ça marche tu gagnes en duree et en dureté. (Plus ou moins en fonction des mecs).
      Bon essais, tu me raconteras hein ? J’envie ta copine…son petit cul a bien de la chance !

  2. Coucou
    Je suis terriblement curieux de savoir comment se procurer les fameuses pilules.
    J’aimerai essayer mais pas confiant dans les sites en ligne

    1. Ici.
      C’est une boutique en ligne. Je touche un pourcentage (10%) si tu achètes en suivant le lien. Ça va pas me rendre riche mais cela paie l’hébergement du blog. Après le site est sérieux. Envoi rapide et paquet discret. Les poppers c’est un stimulant cardiaque donc faut pas non plus abuser. Mais pas d’addiction. Les pilules pour bander fort et longtemps pareil. Stimulant cardiaque donc pas non plus en prendre trop. Mais sinon le plus gros danger c’est pour le cul de ta copine…😂.
      Globalement si c’est de temps en temps aucun risque. C’est les mêmes pilules que ce que tu trouverais en sex-shop. C’est légal. C’est sans accoutumance.
      Voilà, après up to you…

  3. Ho nooooon trop dommage, j’attendais avidement le moment où vous alliez jouer avec le gode, le nigaud celui là! Ça vendait tellement du rêve !

  4. Lucie, en te lisant je vais de surprise en surprise. Vous deviez être splendide à la terrasse de ce café une belle brune et une grande blonde. Ce monsieur a eu beaucoup de chance. Je pense que nombre de tes lecteurs aurait adoré être a sa place. En tout cas merci pour se moment. Je t’embrasse fort et j’embrasse clarika aussi si elle lit ton blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>