Micro short, maxi plaisir

Footing en milieu de semaine. Mon petit cul moulé dans un micro short rose. Je cours devant toi, mon petit cul qui balance à un ou deux mètres de toi. Mes gros seins aussi balancent dans mon crop top. Mini string qui dépasse du micro short pour compléter mon costume de salope sportive. Je t’ai lancé un défi. Si j’arrête de courir avant toi alors tu pourras disposer de mon corps comme tu l’entends. Je te l’ai promis en chat sur cinqasept. Si c’est toi qui abandonne alors je t’échapperai pour rejoindre un autre amant et tchao baby ! Moi je m’en fiche, pour une jolie MILF salope comme moi c’est pas le choix qui manque ! Les dix premiers kilomètres sont avalés aussi facilement qu’une belle bitte. Je sue à peine. L’allure est tranquille. Un petit 11km/h. Je consulte mon Apple Watch et décide d’accélérer en allongeant ma foulée. Je sais que tu es motivé. J’avais l’intention de te déposer pour jouir de ta frustration et me taper un autre mec. Mais je suis en train de changer d’avis. J’ai espoir que tu aies envie de me punir pour t’avoir fait courir. Vers le kilomètre 15 je commence à chauffer et à être bien en sueur. Mon Airbnb est a une dizaine de minutes alors j’accélère encore sans pitié. Si tu arrives à suivre je suis à toi. Sinon tempis, tu n’as pas l’adresse et tu n’auras que tes yeux pour pleurer et ta main pour te consoler. Mais il faut dire que mon joli cul moulé dans le short riquiqui en éponge rose bonbon est sacrément motivant.

J’ai sur toi un gros avantage. Je sais où je vais et je peux donc doser mon effort en conséquence. Toi tu suis, sans savoir si je suis partie pour un marathon ou si la ligne d’arrivée est proche. D’ailleurs je sens que je commence à te distancer. Pas facile d’ailleurs, je fatigue moi aussi. Quand j’arrive enfin au portail de la maison de ville où est l’appartement de mon Airbnb je suis à bout de souffle et me penche en avant les mains sur mes cuisses. J’ai une vingtaine de mètres d’avance et tu es soulagé de me voir m’arrêter. Tu me rejoins et te colle direct contre mon dos, tes bras enlaçant ma taille.

-« Je te tiens ! J’espère qu’on est arrivés ! Je ne te lâche plus ! »

Mon dos est trempé de sueur. J’adore sentir ton corps contre moi et tes bras autour de ma taille. Mais je fais mine d’essayer de me dégager. J’ouvre le portail et je m’enfuie vers la porte de l’appartement au fond du petit jardin. Je n’ai pas le temps d’ouvrir que tu me plaques contre la porte. Je sens ton sexe dur à travers ton jogging juste entre mes fesses. Heureusement que je n’avais pas fermé la porte à clef car je ne sais pas si tu ne m’aurais pas baisée là, dehors, contre la porte.

J’ai à peine tournée la poignée que tu me pousses à l’intérieur et claque la porte derrière nous. Je trébuche et tombe maladroitement manquant de me cogner contre une table basse  . J’ai raté le canapé d’un bon mètre ! J’essaie de me relever mais tu es déjà sur moi et tu me pousses brutalement en avant. Heureusement cette fois j’atterris sur le canapé ! La claque sur mes fesses est bruyante et sans retenue. Mais du plat de la main. Je me cambre malgré moi. Comme par réflexe. Je tourne la tête jette un regard suppliant en mordant la lèvre inférieure. Une deuxième claque encore plus forte et bruyante, puis une troisième. Je tente de mettre mes mains sur mes fesses pour les protéger mais tu prends mes poingnets d’une main et les maintient derrière mon dos tout en me corrigeant d’une magistrale fessée de l’autre main.

Tu frappes fort et longtemps avant de baisser mon short sur les genoux et de déchirer mon string. Puis tu remets ça toujours du plat de la main, en prenant soin de faire claquer. Tu tapes là où c’est charnu, pour faire rougir mais sans intention de baliser. Tu as lâché mes poignets et j’ai choppé un coussin pour mordre dedans en attendant que tu te lasses de taper mes fesses. Je me dis que tu dois bander et que tu vas forcément avoir envie de me pénétrer, qu’il me suffit d’attendre docilement. Je sais que je vais jouir alors la douleur, c’est supportable, ça fait même partie du plaisir.

La fessée s’est arrêtée,  c’est maintenant que je me retourne. Tu as le jogging sur les chevilles. J’enlève ma brassière et je presse mes gros seins contre toi, ta queue juste dans le creu parfait au millieu. Je suis la reine de la cravate de notaire, la langue qui taquine le bout de ton gland et mes seins chauds pressés sur ton membre. J’ai plus du tout mal au cul, je suis juste bien mouillée et j’ai très envie de jouir.

La suite bientôt peut être…

Publié par

Lucie

Comment me décrire ? Disons que je suis une MILF 2.0 ! Une femme mariée trop tôt devenue accro aux rencontres adultères sur internet. Mes déplacements professionnels me permettent de céder à mes pulsions sans trop de risque d'être découverte. J'aime écrire et raconter mes aventures. J'aime aussi recevoir des commentaires sur ce blog ! Cela fait peut être de moi une grosse salope, une grosse pute ou une grosse cochonne, c'est au choix. Sauf que je ne suis pas grosse...Et que je choisi ma sexualité librement. Pour me séduire il suffit parfois d’être un peu original. Je suis une grande curieuse. Je traîne parfois (une ou deux fois par mois grand max) sur cinqasept. Je change à chaque fois de pseudo mais si vous me laissez le votre, qui sait je vous ferez peut être signe💋

29 réflexions au sujet de « Micro short, maxi plaisir »

  1. Hello Lucie, j’aimerais bien jouer un peu avec toi, comme par exemple : courir avec toi et celle qui abandonne est soumise à l’autre, ou alors venir te draguer sur la plage ou ailleurs.
    Qu’en dis tu ?
    Ça pourrait être drôle que ce soit une femme qui te drague, comment tu réagirait ?

      1. Je veux bien être ton étalon, avec ton pantalon d’équitation déchiré à l’entrejambe et tes gros seins qui balancent au rythme de mes coups de reins.
        Je vais t’épuiser Lucie 😉

      2. Bonjour Lucie
        Je découvre ton blog qui j avoue me donne énormément de plaisir à le lire….
        C est très excitations de t imaginer dans tous ces scenariis….
        Hâte de pouvoir te rencontrer dans ma petite Bourgogne et profiter avec toi ….
        Ton ptit cul m excite déjà et je ne te laisserai pas le temps d arriver à ton Airbnb. Donc j espère que tu aimes baiser en pleine nature…

  2. Salut Lucie,
    J’adore tes récits et ne m’en lasse pas.
    Continue de nous en faire profiter.
    Et n’oublies pas, si tu dois repasser en Suisse, entre Zurich et chez toi il y a forcément chez moi ;).
    Je serais ravis de te rencontrer.

    Bisous

  3. Puisqu’il semble que ce soit le lieu où l’on peut trouver un partenaire pour satisfaire ses fantasmes je me lance.
    32ans, mariée, toujours jolie et assez inexpérimentée. Je cherche un amant vers Orléans qui me baiserait les yeux bandés. J’aurais les yeux bandés et je ne pourrais pas le voir. C’est mon fantasme…

    1. Votre proposition est particulièrement tentante, je partage totalement votre fantasme. Malheureusement, étant en Normandie, c’est un peu compliqué de le vivre ensemble rapidement…

    2. Le fantasme de Chloé

      Après plusieurs échanges par mail, tu as compris que tu pouvais avoir confiance en moi.
      Je ne sais pas ce qui t’a convaincu. Peut-être quand je t’ai avoué que je trouvais ça complètement dingue de faire l’amour à un inconnu sans le voir. Une de mes maîtresses m’a dit l’avoir fait. Tu n’es donc pas seule à réaliser ce fantasme.

      N’habitant pas tout près de chez toi, le rendez-vous a été un peu compliqué à organiser. Il a fallu trouver un créneau compatible avec le boulot, inventer une bonne excuse pour nos conjoints. Là dessus aussi je suis sans doute plus expérimenté que toi.

      Nous avons donc fixé le rendez-vous dans un hôtel à mi chemin de nos deux domiciles. Après 1h de voiture je me gare devant l’hôtel. C’est moi qui arrive le premier. J’ai pris de la marge pour être à l’aise. J’ai envie que ton fantasme soit une réussite. C’est la première fois que tu te lances, j’aimerais que cela te donne envie de continuer l’exploration de ta libido pour devenir aussi salope que Lucie.

      La chambre est standard, une table, une chaise et un grand lit. Je t’imagine déjà allongée sur la table avec ton bandeau sur les yeux en train de me sucer pendant que je te caresse l’entrejambe. A cette pensée mon sexe se durcit.

      Je tire les rideaux pour que la chambre soit dans la pénombre.
      Je t’ai envoyé le numéro de la chambre par sms.
      Je me remémore le scénario que nous avons convenu.

      Quand tu arrives, tu dois frapper. J’entrouvrirai la porte. Puis tu mettras un bandeau sur tes yeux et tu me diras « c’est Chloé ».
      Alors j’ouvrirai la porte sans dire un mot. Je te prendrai par la main pour te faire entrer à l’intérieur. Tu resteras debout, et doucement je t’enlèverai son manteau. Je m’approcherai par derrière, je passerai mes mains sur tes épaules. Je te prendrai par la taille en me collant à toi. Tu sentiras mon sexe en érection contre tes fesses.

      J’entends tes pas dans le couloir.
      Ton fantasme n’attend plus que toi Chloé…

      1. Salut Ben,
        Sorry pour la réponse tardive. J’étais occupée…et je n’aime pas écrire la bouche pleine…si tu vois ce que je veux dire. Désolé je ne communique pas par mail. Trop risqué. Un endroit où on pourrait se rencontrer pour de vrai ? Un endroit un peu public s’il te plaît mais où on ne risque pas de me connaître. C’est à dire plutôt un petit village si possible (ou personne ne me connaîtrait).
        Bisous !

        1. Bien sûr que non, la seule vraie coquine ici c’est Lucie !
          Elle nous fait rêver avec ses histoires et quelques nymphomanes virtuelles.

          Je la soupçonne d’en inventer quelques unes pour faire un peu de trafic sur le site.

          Si je te tenais Lucie, je te donnerais une bonne fessée pour te punir, avant de lécher ton joli cul pour te remercier.

          1. Oui, parfois j’invente. Souvent je fais une seule histoire d’anthologie de plusieurs rendez vous moyens… Mais d’autres fois je change aussi car la vraie rencontre est tellement invraisemblable qu’elle paraît fausse ! La réalité parfois dépasse simplement la fiction. Pour une bonne fessée suivie d’une langue pour apaiser et deux doigts pour bien détendre mon anus de salope je serais presque prette à rendre mon pseudo sur cinqasept…

        2. Pas vu passer de nouveau message de Chloé. Mais grâce à ce site j’ai pu rencontrer Coralie, super petit cul bien sympathique…vraie rencontre sans et deux mois de plans cul régulier où chacun a eu son plaisir et ses délires ! Merci Lucie pour ton blog ! Je ne te remercierai jamais assez, même si depuis pas d’autre bonne surprise.

  4. Quel plaisir de vous lire de nouveau…
    Cette histoire est magnifique, vous me donneriez envie de me mettre à la course à pied.
    Très heureux pour votre partenaire qu’il ait pu profiter du fruit de ses efforts.
    D’un point de vue narratif, c’est bien joué se ne pas dévoiler la fin, chacun peut imaginer ce qui l’excite le plus…

    1. Merci !!!
      J’avais peur que cette fin ne vous laisse trop, justement, justement sur votre faim.
      Je voulais aussi que si mon partenaire de jogging tombe sur cet article il puisse savoir qu’il est le seul à connaître les détails « juteux » de la suite. Très belle fin de semaine à vous. Pour moi ce sera sûrement très bien entre jeudi 23h et vendredi 11h30 à Beaune…

      1. Vous avez l’art de créer du suspens… J’ai hâte de lire le récit de vos exploits à Beaune dans quelques temps, même si l’éloignement par rapport à ma région m’empêche d’imaginer vous croiser à ce moment-là !

  5. Bonsoir belle Lucie, j’aurais adoré courir avec toi, mais depuis que je me suis blessé au genou en opération, je ne peux plus courir très longtemps, par contre en ce qui concerne le VTT, je ne crains pas grand monde, Shanna l’as appris à ses dépends…

Répondre à Fred Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>