Femme à lunettes

Femme à lunettes, femme à quéquettes

Depuis mon adolescence binoclarde je m’émoustille pour les calembours sexuels. Cela vient de la collection de San Antonio et SAS de mon grand père. Je lisais en cachette les scènes de cul en me caressant pendant les vacances scolaires. Je chaussais à cette époque une monture en plastique avec des culs de bouteille corrigeant une forte myopie. Depuis, par coquetterie votre salope à lunettes préférée a subir une opération au laser et ne mets plus que des lunettes à verres non correcteurs dont l’unique but et de rendre mes fellations encore plus excitantes. Car ne nous le cachons pas, les lunettes sur une jolie fille ça donne toujours aux mecs l’envie de se faire sucer. Et c’est tant mieux !

Las, confinement pour moi est synonyme d’ennui. Aussi j’ai décidé de partager avec vous quelques chose d’intime même si ce n’est pas très sexy…

Adolescente sexy à lunettes

J’ai 15 ans, en vacances d’été chez mes grands parents il fait très chaud. Je dors dans le bureau bibliothèque de mon Grand Père. J’aime cette pièce qui sent le tabac froid et le parquet ciré. Comme je l’ai écris plus haut mon Grand Père est fan de littérature érotique et s’il cachait ses ouvrages les plus honteux (ce que je n’avais pas encore découvert) les San Antonio et les SAS ne lui avaient pas parut suffisamment honteux pour qu’il prit la peine de les soustraire à ma vue. Invariablement, quand la maison était silencieuse vers minuit, je choisissais l’un des SAS et je m’imaginais être la pin-up de la couverture. Mes seins n’étaient pas encore gros comme aujourd’hui mais je les caressais et me contorsionnais pour en sucer les tétons tout en imaginant que je deviendrais aussi sexy que l’héroïne sur papier glacé du roman. Puis je tenais délicatement le livre tranché vers le haut pour qu’il s’ouvre de lui même sur un passage érotique. Invariablement les SAS, à force d’être lus uniquement aux passages pornographiques, s’ouvrent aux bons passages. Puis je lisais et relisais tenant le livre d’une main et mes lunettes de l’autre. Étant très myope je devais les enlever pour lire de près. Mais les branches en plastique étaient parfaites pour entrer dans mon sexe encore étroit. Peut être que ce sont ses lectures qui m’ont donné plus tard envie d’écrire moi aussi de la pornographie.

Tailleur sexy, lunettes et fellation

Un jour je vous raconterais ce plan cul en tailleur moulant, juste un peu trop court. Je vous raconterai la fille sexy à lunettes qui se cambre et laisse son boss lui flatter les fesses. Je vous raconterai la fessée et comment il m’a fallu sucer à plat ventre sur le bureau. Un jour je vous le raconterai. Promis mais pour l’instant je vous laisse imaginer…

D’ici là écrivez moi ici…

 

1 306 views

Plan cul Limoges, petite pute bien salope

Fausse pute dans les rues de Limoges

(pour me retrouver c’est par là)
Nouvelle-Aquitaine, Haute Vienne, Limoges, rue de la Boucherie, mon petit cul moulé dans une robe moulante en laine noire arpente le trottoir comme un prostituée un soir de racolage de rue. Dessous je suis en bas et porte jarretelles, talons hauts mais pas trop non plus. Sauf que je suis juste une jeune femme sexy qui attend qu’un mec audacieux l’aborde. Le mec audacieux promène son chien. Je le croise, il me souri. Dans la vraie vie c’est rare qu’un mec bien aborde une nana sexy qui ressemble à une pute de luxe. Pas de raison qu’il cherche une prostituée et une fille sexy seule en robe moulante dans la rue un soir, même à Limoges, il y a des chances qu’elle passe pour une pute qui tapine.

 

 

Non je ne suis pas une prostituée, juste une bonne petite salope…

Alors pour faire efficace c’est moi qui l’aborde.
-« Bonsoir !»

-« Heu, bonsoir ?»

-« Je sais que vous vous demandez si je suis une prostituée. Je ne suis pas idiote.»

-« Heu, bin, enfin, heu…non, enfin heu si, un peu…forcément… »

-« Et bien, en vrai je ne suis pas une pute. Ni même une occasionnelle. Juste une femme qui sort de 6 semaines de confinement avec son mari et sa fille qu’elle ne supporte plus et qui a décidé de vivre… »

-« ah !? »

-« Ça vous embête si je promène votre chien avec vous ? »

-« Heu…je sais pas trop… »

-« Comment ça, vous ne savez pas trop ? Vous avez peur qu’on croise des connaissances et qu’elles en parlent à votre femme ? »

-« Heu…je suis pas marié. Mais oui, un peu, j’ai une copine…Et on ne se connaît pas… »

-« Bin justement, si on se connaissait on n’aurait pas besoin de faire connaissance. Quelques pas dans la même direction ça n’engage à rien non ? »

-« Je suppose. »

-« Yes ! Je prends ça pour un oui. Enchantée, je m’appelle Candice. »

Quelques minutes plus tôt je lisais ce prénom placardé en rouge sur un feu de circulation avec un 06 en dessous. Pour le coup la vraie Candice est sûrement une pute de Limoge.

-« Moi c’est Bruno. Vous abordez souvent des inconnus dans la rue , Candice ? »

-« Je vous jure que c’est la première fois. La sortie de confinement ça fait faire des choses bizarre… »

-« Bizarre comme quoi ? »

-« Bin bizarre comme sauter dans sa voiture, faire 300 km pour aller à Limoge sans raison et chercher à faire connaissance avec un inconnu qui promène son chien… »

-« Vous êtes un sacré numéro Candice. »

-« J’aime bien quand vous dites mon prénom… »

-« Oui, vous êtes vraiment bizarre ! »

-« Ah ? Je vous fais peur ? »

-« Un peu, j’avoue… »

-« Mais en même temps je vous plaît…non ? »

-« C’est sûr que vous êtes très jolie, y’a pas photo. Faut être honnête. »

-« Je vous aime bien Bruno ! »

Je lui vole un petit bisou rapide sur la joue. Il se laisse faire.

-« C’est un mâle ou une femelle votre chien, Bruno ? »

-« C’est un chien, il s’appelle Ulysse. »

Je me colle à lui et lui glisse à l’oreille : « Alors si c’est un chien il vous manque une chienne. Vous n’avez pas envie d’une chienne? »

Je sais que je prends un risque. Ça passe ou ça casse. Mais j’ai bien vu qu’il ne s’est pas dérobé à mon bisou. Et je suis très consciente d’être sexy à souhait. D’ailleurs il ne me repousse pas et place même un bras autour de ma taille. J’en frissonne intérieurement de plaisir. C’est gagné ! J’ai mon plan cul !

-« On t’attend chez toi Bruno ? Parce que si c’est le cas j’ai mon Airbnb vraiment pas loin… »

-« Heu, non, ma copine est chez ses parents. J’avoue que même si vous me plaisez j’ai peur d’un mauvais coup…Vous êtes louche quand même. Mais si vous voulez on va chez moi. »

-« Hummm, si ça peut rassurer mon petit poltron, moi je vous suis comme une chienne docile ! Très docile… »

-« Vous êtes sûre que vous n’êtes pas une prostituée, Candice ? »

-« Attention, je vais finir par me vexer ! Promis, je suis juste une fille sans problème qui cherche un plan cul pour fêter la fin du confinement. Allez…S’il te plaît…promis tu ne vas pas le regretter… »

Je me colle à lui et l’embrasse dans le cou en pressant bien la langue. Il a toujours son bras autour de ma taille menue et je sens qu’il se détend enfin un peu.  Son chien ne grogne pas. Il semble même bien m’apprécier. C’est peut être ça qui le décide enfin à me faire confiance.
-« Candice, vous êtes folle ! Mais j’avoue que vous êtes aussi sacrément convaincante ! »

Je l’embrasse sur la bouche. Un vrai baiser de cinémas avec la langue, les yeux grands ouverts. Il embrasse bien. J’aime sentir mes gros seins pressés contre son torse. Il a de beaux pectoraux.
-« Tu sais, je pense que tu vas pouvoir me tutoyer a partir de maintenant… »

-« Heu, oui, bien sûr Candice, tu es sûre que ça va ? C’est étrange quand même comme situation… »

-« Je suis sure ! En plus maintenant que je sais comment tu embrasses je crois que j’ai très très envie de faire plus profondément connaissance… »

-« Hum, avec plaisir alors ! J’habite juste là. Je te propose un verre ? »

-« Plutôt une gamelle d’eau…Rappelle toi que je suis ta chienne ce soir… »

Je lui lèche lentement le coup…

-« Ah…ok… »

-« Tu sais ce qu’elles aiment les chiennes comme moi ? »

-« Non mais j’imagine que je risque d’aimer… »

-« Ta petite chienne à très envie de manger de la saucisse… »

Son appart est spacieux, le chien super bien dressé se couche dans un coin du salon, près de la cheminée. J’ai pas arrêté de me coller à lui jusqu’à ce qu’on soit entrés. Il n’a pas été très sage non plus. Ses mains ont été un peu partout mais jamais sous ma robe en laine. Il a juste caressé à travers l’étoffe et c’était bon. Mais là maintenant que l’on est chez lui j’en veux un peu plus. Je prends sa main et la guide entre mes cuisses.

-« T’as vu, ta chienne est en chaleur par ici… »

Il presse ses doigts contre mon con j’ai, en guise de petite culotte, je porte un shorty en soie très fine. J’aime trop la sensation de ses doigts qui poussent la soie dans ma chatte. Je mouille comme une chienne en chaleur ! De toutes façons, vu comme j’ai vraiment envie à mort de faire ma grosse pute super salope. Je pense que c’est pas le fait de porter un shorty plutôt qu’un string sexy qui va tuer l’ambiance.

-« Hummm, c’est bon, j’adore comme tu caresses ma chatte. T’es un vrai amour toi Bruno… »

-« Ah oui ?…Je vois ça que tu aimes… »

-« Ouai…j’adore…Tu sais j’aime faire ma petite chienne soumise…tu peux me faire tout ce que tu veux…te gènes surtout pas…Je ne suis pas en porcelaine de Limoges…»

Je déboutonne son Jean. On est encore debout. Au milieu de son grand salon. Sur la cheminée il y a une photo en noir et blanc de son chien avec une fille blonde qui regarde droit le photographe.

-« C’est ta copine ? »

-« Heu…oui… Pardon…ça te gêne ? »

Il tend la main pour cacher le cadre.

-« Non, surtout pas…Ca m’excite…Tu voudras bien le faire tout ce que tu n’oses pas avec elle ou qu’elle n’aime pas trop ? Je suis sure que si elle pouvait nous voir elle apprendrait des choses… »

-« Ça c’est sûr ! »

-« Je me trompe peut être mais elle n’a pas vraiment l’air de savoir faire sa bonne chienne suceuse comme ce à quoi tu vas avoir droit… »

Je caresse la bosse qui tend son slip boxer.

C’est là que l’iPhone dans la poche arrière de son jean se met à vibrer.

-« Si c’est ta copine, décroche ! Te gêne pas pour moi.. »

Je suis à genoux et je libère sa belle queue.

-« Heu bin…oui…c’est elle… »

Il me montre l’écran de l’iPhone. En icône sa nana souri de toutes ses dents.
-« décroches, j’adore, ça m’excite…promis je fais pas de bruit…»

Je prend une couille dans mes lèvres 👄, tout doucement, en le fixant droit dans les yeux par en dessous.

-« Allô ? Sophie ? »

-« Bin oui, qui tu veux que ce soit, idiot ?! »

Il n’a pas mis sur haut parleur mais le son de l’iPhone est au max et j’ai une ouïe très fine.

Je lèche consciencieusement se couilles, il est presque imberbe. C’est agréable. J’adore le regarder par en dessous. Il réponds par monosyllabes à sa nana qui lui raconte sa journée. La nana se plaint de ses parents qui n’arrêtent pas de se prendre le bec, elle lui dit qu’il lui manque, qu’elle a hâte de rentrer. Elle baisse le ton pour dire qu’elle aimerait être avec lui pour « tu sais quoi… ». C’est le moment que je choisi pour prendre sa queue dans ma bouche et commencer à sucer très lentement sans le quitter des yeux. Il répond que lui aussi il aimerait être avec elle. Tout en posant sa main sur ma tête et en me caressant les cheveux. Ce qui naturellement m’excite au plus haut point. Comme je sens qu’il crispe la main sur ma tête j’arrête de le sucer et je me relève pour le pousser sur le canapé. Je surveille du coin de l’œil le chien qui ne bronche pas. Je met la main sur son téléphone pour être sûre de ne pas être entendue et je lui chuchote à l’oreille : « Surtout tu raccroches pas. Heins…J’adore… »

J’aimerais, à ce stade, cher lecteur, que tu t’imagines à la place de Bruno. Tu t’ennuyais à Limoges et tu te retrouves, sans avoir rien demandé, avec une bonne petite pute gratuite sur ton canapé qui enlève sa robe se retrouve un dessous sexy juste devant toi. Ses gros seins de cochonne mis en valeur par une belle dentelle noire, jolie petite salope personnelle, taille toute menue  et longues jambes.

-« Continues à parler à ta copine. Retiens la…et retiens toi… Je te préviens, si elle raccroche je  me rhabille et je me casse… »

Je t’ai poussé sur le canapé et je suce ton oreille libre, je chuchote : « Bouffe moi les seins et dit à ta copine que tu es en train de manger mais qu’elle te manque. Tu veux que vous continuiez à parler… »

…Tout en parlant à ta copine tu me bouffes les seins. Je suis sur toi, j’ai poussé le petit bout de tissus sur le côté et ta queue rentre direct dans ma chatte. Faut dire que je mouille comme une chienne en chaleur. C’est bon, j’entends voix de ta copine légèrement nasillarde à cause du téléphone. Tu n’oses plus répondre je par monosyllabes mais la fille est un moulin à paroles et n’a pas l’habitude de t’en laisser placer une de toutes façons.

J’ondule souplement très lentement pour bien faire glisser ta queue. Je me contracte pour que tu te sentes un peu à l’étroit. C’est tellement bon que je suis déjà en train de jouir. J’ai très envie de t’arracher le téléphone pour parler à ta nana et lui dire que tu es en train de bien me baiser comme une bonne petite pute bien salope. Mais je ne suis as méchante alors je me contente de jouir et je te laisse raccrocher pour enfin mettre tes deux mains sur mes fesses et planter tes ongles en te laissant aller. Nous jouissons ensemble et je m’écroule sur toi. Nous restons ainsi longtemps. Soudain je sens une langue humide entre mes orteils. C’est ton chien que j’avais complètement oublié. Pas grave, c’est plutôt marrant.

-« s’il te plaît, je peux te demander un truc ? »

-« heu oui quoi ? »

-« Tu pourras enfermer ton chien dans la cuisine quand tu m’enculeras tout à l’heure ? »

Salope virtuelle en confinement

Retrouvez moi
Retrouvez moi

Bon bin voilà fin de la bamboche pour mon petit cul de salope adultère. Fin des cinq à sept pour une durée indéterminée. Je vais donc vous mettre à contribution pour le blog une fois de plus. Mais je saurai me montrer reconnaissante avec les meilleur.e.s contributeurs.trices

J’ai donc imaginé le jeu de la salope virtuelle en confinement.

Tout commence comme dans un jeu vidéo X par une pièce entièrement vide. Dites en commentaire comment vous la voulez meublée, un lit? Pas de lit? Des accessoires SM médiévaux ? Lâchez vous. Je m’occupe du reste. Dites aussi comment vous me voulez habillée juste pour vous ? Suis seule ou avec une amie ? Une inconnue ? Une femme que vous connaissez ? Je choisirai les propositions qui m’inspirent le plus.