Pornographie en alexandrins

Journal intime d’une jeune soubrette

Toute nouvelle au chateau, je n’avais pas soupé. Dans le garde manger je pensais être seule. Alors oui, j’ai fauté et voici mon histoire :

Arrivant aux cuisines, las, vous m’avez surprise

Une miche de pain, A peine un peu de beurre

Maigre était ma rapine, sur le fait j’étais prise

-« Tu chapardes mon bien ! Tu me brises le cœur ! »

-« Monsieur je vous supplie, point ne me punissez

Si vous me pardonnez, je vous rembourserai »

-« Si le forfait j’oublie, je perds tout ton respect

Ah si je m’écoutais, je te licencierais ! »

-« Oh non je vous en prie, je veux me racheter,

Ne me renvoyez pas, Je ne sais où aller

Je veux faire pénitence, Ordonnez j’obéis. »

A genoux je supplie, les larmes au bord des yeux.

-« Devant tant de détresse, je serai magnanime

Si tu voulais du pain, c’est que tu avais faim

J’ai là un bon mandrin à te faire avaler« 

A ces belles paroles le geste vous joignez

De vos braies vous sortez un morceau qui m’effraie

Je voudrais refuser, mais je n’ai pas le choix

Je dois obtempérer, je tiens à mon emploi

Mais je suis débutante, ne sais où commencer

Mon maître s’impatiente : »Commence donc par lécher ! »

Une langue timide, se pose sur la chair

A mon étonnement, cela est tiède et doux

Je lèche tout du long, suce par le côté

-« Continue ma mignonne, tu peux te racheter

Je ne suis pas ingrat, j’ai soin de ton confort

Pour ne pas étouffer, délasse ton corsage »

C’est vrai qu’il fait plus chaud, et me voilà seins nus

-« Quelle belle poitrine et tu me sembles douée

Je m’en vais t’enseigner, la branlette espagnole

Là, presse bien tes seins autour de mon mandrin

Et baisse ton minois pour me sucer le gland

Serre un peu mieux les lèvres, c’est bien applique toi

Si tu veux mon pardon, continue comme ça »

Chaque fois plus profond, vous glissez dans ma gorge

Si mes larmes on séché ma culotte est mouillée

-« Suffit, relève toi, donnes moi un baiser »

-« Et si je vous embrasse me laissez vous partir ? »

-« Voyez vous ça soubrette, peux-tu être naïve !

Ainsi à si bon compte, croyais tu t’en tirer ?

Retourne toi souillon, penche toi sur la table

Retrousse ton jupon et baisse ta culotte

Aurais tu oublié ? Je te dois punition. »

-« J’implore votre pardon, s’il vous plait soyez doux »

Mes suppliques sont vaines, et votre main se lève

S’abat sur mon séant, dix fois vingt fois cent fois.

La claque est vigoureuse, la fessée douloureuse

A chaque coup j’implore, je crie pleure et je geint

Enfin les coups s’arrêtent, vous soufflez sur mes fesses

Elles doivent être rouge, et je les sens à vif

Pour calmer la douleur, vous étalez du beurre

Vengeresse tout à l’heure,  la main se fait caresse

L’index et le majeur fouillent mon con trempé

Tendis qu’en mon anus, vous enfoncez le pouce

Je gémis malgré moi de honte et de plaisir

En moi je sens vos doigts, mais j’ai d’autres désirs

Les coups sont oubliés, je dis : « oh oui, encore ! »

Maître qu’à dieu ne plaise, je vous donne ma fleur,

C’est donc cela la baise, pénétrez moi sur l’heure

Prenez mon pucelage, j’ai fini d’être sage

Pour ma première fois, je suis prise en levrette

Et votre queue me fouille encore mieux que vos doigts

C’est si bon je défaille, j’en pleurerais de joie

-« Profitez mon enfant, car c’est à vos dépends

Que vous allez apprendre, tout plaisir a sa fin »

C’est pour changer de trou que vous défouraillez

-« Oh non pas ça monsieur, c’est bien plus gros qu’un pouce

Epargnez moi cela, ça ne rentrera pas »

-« Oh n’en sois pas si sure, tu es bien ma pointure

Si ça fait un peu mal, tu as droit de crier »

Vous rentrez dans ma fente, comme on enfonce un coin

Et ce n’est pas un cri, mais un long hurlement

Poussé à pleine gorge, mon pauvre fondement !

Vous empoignez mes hanches, pour mieux me défoncer

Et vos coups de butoir, sont sans ménagement

Quand vous vous retirez, c’est pour me retourner

Je vois votre giclée qui souille mon giron

-« Allons, je me rhabille, me détourne de toi

Tu es une bonne fille, tu gardes ton emplois. »

Aphrodisiaque, pharmacopée coquine au féminin

Aphrodisiaque, pour moi la vie toute entière l’est. Plus je baise et plus j’ai envie de baiser. Plus je découvre ce dont les hommes (et certaines femmes sans tabous) sont capables, plus j’ai envie d’en découvrir encore. Mais justement, c’est mon manque de limites et ma formation en Pharmacie qui m’ont fait m’intéresser aux Aphrodisiaques sous toutes leur formes pour faire naitre le désir plus facilement, faire durer plus longtemps une étreinte, raffermir le bâton de plaisir de monsieur ou détendre mon anus pour une bonne sodomie. Le petit tour d’horizon du monde aphrodisiaque que je vous propose ici n’a pas la prétention d’être complet mais j’espère qu’il vous plaira. J’espère aussi que vous n’hésiterez pas à laisser vos commentaires et suggestions sur ce chapitre chimique et coquin.

Les poppers, Aphrodisiaque roi ?

Si je commence cet article par les poppers c’est parce que le popper fut, il y a hélas longtemps, ma première expérience aphrodisiaque. Je veux dire en dehors de la cuisine au Gingembre ! J’avais 19 ans et n’étais pas aussi libérée qu’aujourd’hui. Je peux même écrire que, sans être coincée j’étais quand même globalement bien plus sage et réservée à 19 ans que je le suis aujourd’hui à trente. J’avais à l’époque un meilleur ami. Il n’était pas question pour moi de coucher avec lui même si je me doutais bien que lui en avait bien envie. Il nous arrivait, après les cours, de fumer un peu d’herbe dans son appart. En fait d’appart, c’était plutôt le garage de la grande maison de ses parents qu’il s’était réapproprié et avait intelligemment aménagé en studio indépendant. Un après midi où nous devions réviser ensemble pour un partiel de Stats ce qui devait arriver arriva. Nous n’avions ni herbe ni shit et juste un demi paquet de Marlboro lights. Bref la grosse dèche. En plus j’étais mal à l’aise car je savais qu’il en pinçait pour moi alors qu’il ne me plaisait pas et que je l’appréciais VRAIMENT comme ami. En plus j’avais besoin de réviser pour ce partiel. Quand il a trempé sa clope dans un petit flacon et m’a proposé de faire de même je n’ai pas voulu passer pour une conne. L’effet a été violent et immédiat, fou rire incontrôlable et grosse en vie de baiser. Comme je ne riais sans pouvoir me contrôler je me suis appuyée sur son épaule. Il m’a enlacée et on a baisé comme des sauvages à même le sol. J’étais déchainée et lui aussi. Ca n’a pas duré longtemps et, en vrai je lui en ai voulu après parce que je comprenais qu’il m’avait eue. Mais comme je ne suis pas stupide j’ai aussi compris que je devais en avoir eu envie au fond de moi puisque j’ai été très active pendant l’acte sexuel. Et surtout je savais que j’aurais envie de le refaire. Le popper est un aphrodisiaque incroyable. Le seul reproche que je lui ferait est que l’effet est de trop courte durée et que du coup il ne me convient plus vraiment parce que j’aime profiter longtemps et faire monter le désir progressivement. Mais pour un one shot éclair, rapide entre midi et deux, c’est idéal.

Pour en savoir plus l’article de wikipedia est pas mal fait et insiste sur les risque (ce qui n’est pas un mal !).

Pour en trouver légalement je me procure sur cette boutique : boutique plaisirs

onglet bien être/poppers.

Poppers
Je me fournis ici…

Mais vous en trouverez aussi ailleurs. Attention quand même aux arnaques et contrefaçons.

Quand à savoir lequel choisir dans le rayon aphrodisiaque je dirais qu’après en avoir essayé 4 différents il n’y a pas de différence à part l’emballage et l’odeur qui peut être plus ou moins masquée.

 Aphrodisiaques féminins

Il ne faut pas confondre l’aphrodisiaque féminin avec l’horrible pilule dite du violeur. Un aphrodisiaque féminin a pour effet d’augmenter ou de faire apparaître le désir sexuel chez la femme. C’est une démarche positive qui conduit à un sexe non seulement consenti mais bien souvent ardemment désiré. Au contraire la pilule dite du violeur annihile la volonté et vous met dans un état passif proche de l’hébétude. Franchement le sexe dans ces conditions, bof bof. Et surtout c’est juste un viol, un vrai viol, qui n’a rien à voir avec la situation très excitante de se faire prendre de force tout en étant contente et consentante !

 La suite reste à écrire, revenez souvent pour voir en direct mon article se construire. Bon, là je vous laisse je dois me préparer pour mon plan cul avec aphrodisiaque de dans 20 minutes…

Aphrodisiaques masculins

Aphrodisiaques naturels

Quels aphrodisiaques pour quelle pratiques sexuelles ?

Intitiation suite et fin

SMS sur ton iPhone : « Ton dessert t’attend dans la chambre, viens vite… »

Ouf, tu commençais à t’impatienter au bar pourri de l’hôtel Ibis. Cette toute jeune salope en quête d’émotions fortes je la considère comme un produit frais exceptionnel. Et je me vois un peu comme un grand chef cuisinier qui va tout faire pour te régaler avec ce morceau de choix. Il fait encore grand jour aussi j’ai tiré les rideaux de la chambre pour que la lumière soit moins crue. J’ai assise la jeunette sur le bord du lit. Je lui ai bandé les yeux, je pensais que cela t’exciterait. A la bosse qui tend ton pantalon de toile je sais que j’ai vu juste. Ton dessert n’est pas comme moi svelte et bronzée mais je dois dire que le rose sied parfaitement à ses formes à peine généreuses.  Tu restes sur le seuil de la chambre. Je me pends à ton cou pour t’embrasser goulument sur la bouche. Je susurre à ton oreille : »Alors, il te plait ton dessert ? Tu m’en laisseras un peu hein mon chéri ? »

-« Faut voir, j’ai une faim de loup. En tous cas tout à l’air délicieux ici, je sens que je fais me régaler ! » Tu joins le geste à la parole en pressant généreusement mes fesses. J’aime ça, tes deux main sur mes fesses. Tu m’attire à toi et je sens nettement ton braquemard contre mon con malgré le tissus qui nous sépare encore. Tu passes les mains sous mes cuisses pour me porter, je t’embrasse à pleine bouche alors que tu m’amène sur le lit et m’assois à côté de la petite qui n’a pas bougé d’un poil pubien. Nous sommes l’une à côté de l’autre, moi en jaune banane, bronzée et mutine, elle pâle et tout en rose timide et soumise. Je te désigne de la tête les deux laisses assorties à nos colliers sur la table de nuit. Tu me fais oui de la tête et je comprends sans un mot que je peux prendre en main les événements. J’aime cette idée de t’être soumise mais d’être en même temps la maitresse initiatrice d’une plus jeune. A quatre pattes en roulant mon petit cul je progresse jusqu’à la table de nuit pour prendre les deux laisse de cuir colorées. La rouge je l’accroche à son cou, la jaune je te la donne pour que tu décides si je dois aussi être traitée en chienne ou plutôt en maitresse. Tu poses ma laisse sur le bord du lit ainsi qu’un baiser très doux sur ma bouche. C’est ma bouche que tu embrasses mais c’est bien sur sa cuisse que remonte ta main. La jeunette ne bouge pas mais garde légèrement écartées ses jambes pâles. Je me place derrière elle, assise mes jambes le long des siennes. Mes mains sur son ventre je sens sa respiration ample, comme si elle essayait de rester le plus calme possible. J’embrasse son cou frai et parfumé. Toi ce sont ses orteils que tu prends dans ta bouche après avoir ôté une basket et une chaussette. Elle se laisse faire, timide et passive, mais les mains sur son ventre sous le chemisier je constate que sa respiration s’est nettement accélérée déjà. Je chuchote à son oreille : « Je vais te manger par le haut et mon ami lui, dégustera par le bas. Je suis sure que tu devines où nous allons nous retrouver… » Elle mets sa main dans mes cheveux. Je la prends par le poigné et redirige sa menotte vers sa culotte. Je suce son oreille tout en guidant ses doigts sur la bosse de son con à travers le tissu encore sec. Tu as dénudé l’autre pied et suce consciencieusement chaque orteil. Je déboutonne le chemisier, lèche le cou et chaque épaule. De ton côté tu en es aux chevilles. Ses seins pointent sous le soutif, elle a toujours le bandeau sur les yeux et la bouche entrouverte invitant au baiser. J’y introduit un doigt qu’elle suce doucement. Je note qu’elle se masturbe maintenant sans retenue la main dans la culotte. Nous avons à peine commencé, elle est déjà à fond et tu n’en est même pas à ses genoux. Je prends ses mains et les lui attache derrière le dos avec la laisse jaune. Elle résiste un peu mais sans grande conviction. Je défais son chemisier et le baisse le long de ses épaules. Les mains attachées dans le dos m’empêchent de la dénuder plus mais ce n’est pas très grave puisque ses seins blancs sont offerts. Je le tire par la laisse pour l’allonger alors que tu lui maintiens les pieds au sol. Ta bouche est sur sa cuisse. Connaissant ton goût pour les suçons je ne serai pas étonnée que tu laisses quelques marques rouges sur sa tendre chair blanche. Comme elle cherche à se relever j’assure ma prise sur la laisse le plus court possible pour lui tenir la tête sur le lit. Je sais la position sans doute inconfortable pour la petite salope. Mais je m’imagine à sa place et sais que c’est sans doute aussi très excitant. D’autant plus que tu as enfin dégagé sa culotte d’écolière sur le côté pour lécher sa fente déjà trempée. Notre jeune salope commence à gémir. Je suis un peu jalouse de son plaisir. Je lui chuchote : »Tu aimes ce qu’il te fait ? »

Entre deux gémissements elle s’avoue vaincue : »Oui, beaucoup, c’est bon ».

« Alors je veux que tu me fasses exactement pareil ! » J’écarte ma culotte et m’agenouille de façon à pouvoir relever sa tête au niveau de mon con gonflé de désir. Elle sort une langue timide mais je presse sa tête sur mon intimité et ordonne : »Exactement ce qu’il te fait ! » Je sais que tu presses ta langue au plus profond de sa cramouille puisqu’elle fait de même. Nous restons comme cela longtemps, la connasse me fait gémir et je l’encourage : »Encore, petite salope, tu t’en sort très bien jusqu’à mainenant, ouiiii, c’est bon ! » Elle a la bouche bien pleine mais gémie quand même son plaisir.

Je me retourne pour goûter aussi à son con de petite salope mouillée sans qu’elle arrête de me brouter le minou. J’en profite pour t’embrasse avec de mêler ma langue à la tienne sur sa fente. Notre jeunette a une chatte de débutante, mouillée à souhait, ferme et souple mais sans doute bien étroit. Je sais que tu es TTBM (Très très bien monté) et j’ai mal pour elle par avance ! Elle gémi de plaisir mais je sais qu’elle va sans doute crier dans pas longtemps. Je prie en secret pour qu’il te reste la force et la motivation de m’enculer quand tu l’auras épuisée. Pour une fois mes prières seront entendue ! C’est un peu grâce au bois bandé, beaucoup grâce à ta forme insolente ! Merci encore pour cette baise d’anthologie…

Transformer sa femme en salope lubrique

Transformer sa femme en salope, rêve ou réalité ?

Transformer sa femme en salope lubrique, quel homme marié n’en rêve pas en secret ? Tous les hommes mariés ou simplement en couple qui aiment le sexe n’ont pas nécessairement pour projet de tromper leur femme. Et je dois dire que je vous félicite si c’est votre cas !

Bon, si ce n’est pas votre cas retrouvez moi ici.

Et si vous voulez d’autre conseils laissez moi un commentaire ici. Je réponds toujours !

Me retrouver cocue m’a vraiment fait souffrir (au début…). Même si aujourd’hui je remercie le ciel que cela ai été le cas car cette mésaventure m’a permis à mon tour de découvrir sans remord les joies de l’adultère ! Mais, avouez le, vous attendez plus de vos relations sexuelles avec votre partenaire légitime. Et vous aimeriez réveiller la grosse salope qui surement sommeille en elle.

transformer sa femme en salope
transformer sa femme en salope

« Ma femme n’aime pas le sexe, que dois-je faire ? »

L’idée de cet article m’est venue après une discussion avec un collègue homme que j’apprécie beaucoup, vraiment beaucoup. Bien sûr, il n’est pas question qu’il sache que je trompe mon mari à tire larigot. Je pense aussi que les confidences qu’il me faisait lors d’un long déplacement professionnel en voiture étaient en réalité destinées à m’avoir dans son lit à l’hôtel ce soir là. Je n’aurais pas été contre, j’en avais même passablement envie. Mais pas question de prendre ce genre de risque avec un collègue. De toutes façons, ce soir là, j’avais déjà quelque chose de prévu avec un parfait inconnu d’internet. Moins de risque, plus de plaisir ! Mais revenons à nos moutons. Mon collègue se plaignait que sa femme qu’il disait aimer et toujours désirer le décevait car elle n’était vraiment pas entreprenante au lit. Lui rêvait de baise de folie avec une salope déchainée et elle ne lui consentait que des étreintes convenues et un coït aussi insipide que monotone. Il semblait sincèrement triste et ne semblait même pas conscient qu’il lui restait possible de transformer sa femme en salope qui aime le cul. Car, pour en avoir pas mal discuter avec mes amies, je peux vous dire qu’il est presque toujours possible de transformer sa femme en salope. Le tout est d’y croire et surtout, d’oser.

Transformer sa femme en salope, étape 1

Tout d’abord je tiens à préciser que je ne suis pas sexologue et que touts ces histoire de dialogue dans le couple, de sincérité, de « verbalisation du désir » etc…Je pense que c’est de la foutaise, que ça ne marche pas et qu’au contraire, trop en dire tue le désir et éteint les fantasmes dans l’oeuf. On est toutes d’accord sur ce point, un mec qui parle trop, un mari qui pleurniche sur la misère de sa vie sexuelle, c’est aussi excitant qu’une chaise de jardin en plastique. Niveau zéro au mouillomètre ! Ce que l’on aime c’est les mecs qui agissent, pas ceux qui parlent. Aussi, pour transformer sa femme en salope, on oublie tout de suite l’idée de lui en parler frontalement. Ou même de manière détournée d’ailleurs. Dire les choses détournées c’est encore pire, c’est nous prendre pour des connes inaptes à comprendre ou à accepter un message franc et direct. Si vous le dite directement c’est sûr, le message sera compris. Mais cela ne donnera pas pour autant envie à votre femme de se transformer d’elle même en bonne chienne du cul comme vous en rêvez. En règle générale dans le couple, une idée n’est mise en pratique par l’autre que s’il (elle) pense que c’est son idée ! Méditez bien cela, je vous assure que ça marche pour le cul mais pas que pour le cul… Ainsi donc, votre première étape doit consister à créer un problème pour que votre partenaire cherche par elle même à le résoudre ! Si vous n’êtes pas satisfait de vos rapport sexuels il est inutile et même contre productif d’essayer de les rendre progressivement plus pimentés. Dans un premier temps cela ne marchera sans doute pas. Au contraire si votre femme (ou votre copine) sent que vous vous ennuyez au lit avec elle il est probable qu’elle cherchera (en secret) des solutions. Si elle ne le fait pas c’est peut être le signe qu’elle ne tient pas tant que a à vous. Dans ce cas, pardon mais ça sent le sapin. Il faudra peut être songer à aller voir ailleurs si vous tenez vraiment à avoir une vie sexuelle moins misérable. Notez que le sexe n’est pas forcément important pour tout le monde. Je connais des hommes qui ont une vie sexuelle assez pauvre mais ne semblent pas en souffrir. Je ne les plein pas, bien au contraire, leur vie doit être assez facile. Mais si, comme moi, vous avez de grandes attentes en la matière alors assumez les !

Transformer sa femme en salope, erreurs à éviter

Bon, supposons que vous avez passé la première étape. Vous vous forcez à montrer moins d’entrain sexuellement. Voire vous êtes distant au lit et espacez de vous même la fréquence des relations sexuelles. Quand coït il y a vous faites en sorte que ce soit le plus barbant possible. Elle s’en est forcément rendu compte. Si elle vous en parle allez y avec doigté. Dite que tout va bien mais sans en avoir l’air convaincu (ça ne devrait pas être difficile). Si elle ne vous en parle pas ne vous inquiétez pas, il est probable qu’elle gamberge. On est comme ça nous les filles. Quand il y a un problème dans le couple, soit on en parle tout de suite, soit on garde pour nous mais on essaie de trouver une solution par nous même. Dans tous les cas il faut maintenant pour transformer sa femme en salope trouver le moyen qu’elle en ait elle même l’idée. L’idée et surtout l’envie !

C’est là qu’il faut éviter les erreurs qui gâcheraient tout. Donc, pour transformer sa femme en salope la première grosse bêtise à éviter c’est de faire un cadeau « sexy ». On offre de la lingerie coquine, un costume d’infirmière sexy ou un kit sado maso à sa maitresse ou a une fille déjà bien salope. Pas à sa femme coincée du cul ! Gardez cela pour plus tard, quand votre femme sera déjà sur la bonne voie, quand elle sera une salope débutante que vous voudrez faire évoluer en salope experte. Une femme c’est un peu comme un Pokemon. Pour transformer sa femme en salope il faut la faire évoluer étape par étape !

Transformer sa femme en salope grace à la littérature

 Ne vous y trompez pas, le succès de 50 nuances de gris auprès de la gen féminine n’est pas un hasard. Personnellement je trouve ce roman navrant. Mais sa lecture n’en est pas moins excitante (même si il y a bien mieux ailleurs). Une solution consiste donc à faire en sorte que votre femme puise dans la littérature érotique pour « trouver » des solutions au problème. Le plus difficile pour vous va être de trouver un moyen de faire entrer ces livres dans sa bibliothèque sans que cela semble venir de vous. A vous de faire preuve d’imagination. Vous pouvez avoir une amie complice qui lui offre des livres. Si vous avez déjà une bibliothèque familiale fournie vous pouvez ajouter des livre en douce. Un ami qui voulait transformer sa femme en salope m’a avoué qu’il y était allé au culot en postant directement dans sa boite au lettre les ouvrages qu’il voulait que sa femme lise. Il avait juste mis leur adresse mais un nom bidon à la place du leur. C’est sa femme qui ouvrait la boite aux lettres. Quand elle lui a montré le colis il a juste dit qu’il ne savait pas du tout et qu’il pensait plutôt à une erreur. Elle était un peu soupçonneuse mais il a dit que vraiment si il achetait des romans Pornos ce n’est pas vraiment ça qu’il choisirait et surtout il ne se les ferait pas livrer dans la boite aux lettres ! Au final les livres étaient là et il ne lui restait qu’à attendre pour qu’elle les lise elle même en cachette !

Dans la littérature plutôt bonne au mouillomètre et qui peut me rendre plus chaude le soir venu il y a incontestablement les écrits de Bernard Margeride (clicker sur la photo) :

Transformer sa femme en salope, la piste chimique

 J’ai une formation pharmaceutique. Et, de ce fait, je sais le pouvoir que peuvent avoir certaines molécules sur le corps et sur l’esprit. Alors bien sûr il ne faut pas abuser, il faut y aller avec prudence. Mais ces précautions oratoire prises on peut dire que les aphrodisiaques SONT aphrodisiaques. Quelques goutes du bon produit à l’insu de madame peuvent vraiment la rendre plus entreprenante. Mais là encore, pour vraiment transformer sa femme en salope lubrique il faut faire preuve de ruse. Si vous utilisez un aphrodisiaque et sans avoir préalablement préparé le terrain tout ce que vous gagnerez c’est un Nième accouplement sans originalité et à peine plus torride que ce que vous avez eu jusqu’alors. Le mieux, au contraire est d’utiliser les aphrodisiaques pour l’exciter mais SANS en profiter sur le moment. Elle a envie, tempi. Pas vous. Laissez la sur sa faim. Torturez la un peu. Remettez quelques goutes magiques à son insu trois ou quatre jours plus tard et ne cédez toujours pas.

Enfin, le jours J, vous devriez constater une nette amélioration dans le comportement coquin de votre belle.

Pour transformer sa femme en salope faite vous aider d’une amie coquine

Peut être avez vous la chance d’avoir une amie fille. Qu’elle soit une amante ou juste une amie et confidente, cela importe peu. Si vous avez confiance en elle et qu’elle est d’accord pour vous aider alors c’est l’idéal. C’est votre amie qui devra devenir la confidente de votre femme trop sage. C’est elle qui petit à petit lui racontera ce qu’elle fait à son mec. Comment elle aime le sucer ou se faire prendre en levrette dans ma salle de bains. Croyez moi, entre filles on parle facilement. Et on a un sens certain pour la compétition. Il est probable qu’assez vite votre femme sera inspirée par votre amie coquine et voudra, elle aussi avoir des choses à raconter.

Voilà, à la relecture je m’aperçois que cet article sensé aider à transformer sa femme en salope bien lubrique est un peu mince et qu’il y aurait sans doute bien plus à dire tant du côté des hommes que des femmes. J’espère qu’il vous donnera envie de commenter et de partager vos expériences ou trucs et astuces pour transformer sa femme en salope qui suce. A vos commentaires sages ou lubriques !

initiation d’une jeune salope, la suite

Je suis en même temps intimidée et excitée. Pour moi cela avait commencé comme un jeu, une façon conne de me prouver que j’étais grande, que le sexe et la luxure qui m’excitait dans les séries de canal+ comme maison close ne me faisaient pas peur dans la réalité. Le début de notre rencontre, Lucie l’a déjà raconté jusqu’à l’arrivée à l’hôtel. Je ne saurais quoi y ajouter sinon que j’étais plus excitée par l’idée d’un plan cul avec Lucie que par son copain qu’elle me présentait. Je ne le trouvais pas vraiment beau mais j’étais excitée par la situation et tellement désireuse de bien faire. Je crois que même si elle m’avait mise dans les bras d’un gros vieux libidineux j’aurais marché. Alors finalement  l’homme plutôt bien fait à qui elle se proposait de m’offrir je me disais que c’était plutôt bien. Et j’étais quoi qu’il en soit très exitée. Une fois tous les trois dans la chambre de l’hôtel ibis je pensais qu’on allait directement passer aux choses sérieuses. Mais Lucie en décida autrement et renvoya son « ami » de la chambre : »Laisse nous seules un moment, tu veux ? Je t’enverrai un texto quand tu pourras nous rejoindre »

lui : »Heu ?! Pourquoi? »

Lucie: »Écoute, tu connais Top Chef ? Imagine que tu aies un très beau morceau de viande du marché. Tu ne voudrais pas le consommer tout de suite cru sorti du paquet ? Là on a trouvé un très bon produit frais, laisse moi te le préparer un peu pour que ce soit vraiment un plan cul presque parfait… »

lui: »ah, bon, ok, mais ne soyez pas trop longues alors et interdiction de te mettre à table sans moi ! »

Il referme la porte derrière lui nous laissant seules Lucie, sa valise et moi.

-« ca va ? Toujours partante pour la grande aventure ? Tu peux encore reculer si tu veux ? Mais si tu restes il faudra aller jusqu’au bout… »

-« oui, t’inquiète, j’ai confiance et je suis partante…même si je ne sais pas encore trop ce qui m’attend…mais c’est ca qui m’excite aussi… »

-« bien, bonne attitude. Viens ! »

Lucie est assise sur le lit, elle me fait signe de me tenir debout devant elle. Elle me prend par la taille et me fait tourner sur moi même. Ses mains passent sous mon pull, caressent mes hanches et mon ventre alors que je tourne sur moi même.

-« Tournes toi ! »

J’obeis et lui tourne le dos. Elle est derrière moi, contre moi. Ses mains sur mon vendre déboutonnent mon jean. Elle parle doucement à mon oreille.

-« tu es jolie mais le look, ca ne va pas du tout. Et tous ces poils c’est vraiment pas sexy pour mon ami. » Sa main est dans ma culotte sur ma toison.

« Il va falloir raser tout ça… mais d’abord à poil ! »

Elle baisse mon jean et la culotte en même temps.

-« t’inquiète, je te câlinerai aussi ma jolie. Mais pour l’instant pas trop de temps à perdre, je te veux parfaite dans moins d’une demi heure et il y a du boulo ! Donc tu te désapes et tu me rejoins à la salle de bains ! »

Lucie file à la salle de bain faire couler un bain. Je me mets entièrement nue. J’ai un peu honte de mon corps. Elle est si athlétique et belle. À côté je me sens commune, mes seins font à peine la moitié des siens et je suis plus petite qu’elle de presque une tête. Elle est nue elle aussi et me semble parfaite, tellement plus mince, musclée et bronzée que moi. Elle me regarde sans gêne. Je rougis. Elle devine mon trouble : »t’inquiète, tu es parfaite. Je vais faire de toi la jolie jeune salope la plus désirable qu’un homme puisse vouloir. Tu n’as pas à t’en faire. Viens, on va jouer à la poupée. »

Je suis lavée, couverte de lotion douce et odorante. Mais aussi rasé de partout. Les jambes, les aisselles et bien sûr le pupils intégralement rasé. J’ai l’impression d’être à nouveau une petit fille. Mais une petite fille pas si innocente que ca…

Lucie me sèche, elle me lisse longuement les chez eux qu’elle coiffe en deux couettes très années soixante. J’ai l’impression d’être la toute jeune Sylvie Vartan qui va chanter les sucettes à l’anis. Sauf que j’en sais le sens caché.

-« ce n’est pas fini, couchés toi à plat ventre sur le lit, il faut encore faire le SIF. »

-« Le quoi ? »

-« Le sillon Inter Fessier, petite sotte ! Allez, vite, on n’a pas toute la nuit ! Enfin si, on l’a mais plus vite tu seras prête, plus on aura de temps pour te déguster et toi pour déguster ! »

Lucie a des bandes autocollantes d’épilation. Elle écarte mes fesses délicatement et commence la douloureuse épilation complète de la raie de mon cul. Elle passe une Lotion apaisante et ne peut s’empêcher de caresser mon sexe au passage.

-« hummm, mon ami va t’adorer ! Tu es vraiment toute douce de partout ! »

Nous sommes nues toutes les deux. J’aimerais tant qu’il n’y ait que nous deux à cet instant. Mais  le programme est différent. Lucie a décidé que je serai déguisée en friandise sucrée. Elle a pour moi des grandes chaussettes blanches qui montent juste au dessus du genou avec en haut trois bandes roses, une jupette très mini blanche et rose avec sa culotte rose à poids blancs assortie👙, un bustier blanc avec une grosse 🍒 en motif. Sous le bustier je suis seins nus mais comme ils ne sont pas très gros et bien fermes ça va. Bon, j’avoue, j’ai juste les tétons qui pointent et ça me gêne un peu. C’est con car, vu la situation je ne devrais pas être gênée par ce détail… Mais j’y peux rien ! J’ai envie de couvrir mes seins avec mes bras croisés. Lucie peigne mes cheveux longs et en fait deux couettes parfaites qui remontent un peu et me grandissent de quelques centimètres. Elle ajoute des pinces à cheveux avec des 🍒  🍒 en plastique assorties à mon T-shirt. Rouge à lèvres 👄 et collier ras de cou en cuir rose avec une boucle chromée complète mon déguisement en friandise sucrée. J’ai peur d’être ridicule et que son ami se moque de moi. Mais Lucie tente de me rassurer : »Crois moi, plus c’est exagéré, plus ça marche ! Et t’inquiètes, moi aussi je vais me rendre appétissante. »

je suis en blanc rose et rouge. Lucie a choisi un les mêmes grandes chaussettes que moi mais en jaune. Un T-shirt avec une 🍌, une paire de converses jaunes et elle se fait une queue de cheval. Elle a le même collier que moi mais en jaune. Ce qui m’inquiète un peu c’est qu’elle pose sur la table de nuit deux laisses de 🐩 assorties.

-« pas d’inquiétude, c’est pas un violent ! Tu vas voir, je suis sûre que tu vas aimer, c’est très excitant. Et si ca peut te rassurer la boucle ne tient que pas un scratch. »

Effectivement, elle me montre que si je tire sur la boucle elle se déscratche du collier. Ingénieux.

Elle pose un assortiment aussi impressionnant que colloré de crèmes et lotions sur la table de nuit et nous déclare enfin prêtes pour le banquet. SMS envoyé à son fin gourmet. Plus question de reculer…

Suite et fin un peu plus tard…mais j’attends vos commentaires d’encouragement…

Rencontre sans lendemain pour une nuit sans fin

Rencontre sans lendemain. J’aimerais parfois que cette expression « rencontre sans lendemain » veuille juste dire nuit sans fin plutôt que plan cul clandestin et trop vite oublié. Hélas toutes les bonnes choses ont une fin et lorsqu’on a baisé toute une nuit à s’en arracher la peau on se retrouve parfois bien seule au petit matin dans un grand lit encore tiède de nos ébats avec ce bel inconnu qui restera, justement, un inconnu. Chaque rencontre sans lendemain est différente, chaque plan cul me fait découvrir de nouvelles étreintes, chaque orgasme est différent. Il n’y a pas deux peaux qui aient la même odeur, le même grain. Si j’étais célibataire je crois que même avec 365 nuits par an je ne pourrais en toute une vie de fille facile me lasser de faire de nouvelles rencontres coquines. Alors imaginez moi mariée, devant ruser pour me libérer une ou deux fois par mois. Sachez que si je ne fais (presque) que des rencontres sans lendemains ce n’est pas parce que je n’ai pas envie de connaître chacun de mes amants mais juste parce que j’ai plaisir à découvrir chaque fois de nouvelles sensations. Un plan cul est parfois très doux, parfois violent, souvent raté et vite oublié mais lorsque ce n’est pas le cas il est inoubliable et son seul souvenir me fait mouiller ma culotte lorsque je suis couchée à côté de mon légitime époux. J’ai pris l’habitude dans ce blog de raconter à chaque fois une rencontre sans lendemain dans le détail depuis la drague sur le net (ou dans la vraie vie) aux orgasmes les plus inavouables. Je veux changer un peu dans cet article dédié à la rencontre sans lendemain. Je vais donc, par petits chapitres, vous livrer dans le désordre et sans logique mes coup de cœur, de queue et mes émois de cette année scolaire si vite passée. J’espère que vous aimerez, j’espère qu’à me lire vous banderez (ou mouillerez), j’espère que vous me laisserez un commentaire, j’espère enfin que cela vous donnera envie de faire, vous aussi, de belles rencontres sans lendemain. Car plus nous serons nombreux et nombreuses adeptes de la rencontre sans lendemain, meilleures seront nos nuits calines.

bandeau6
six profils actifs sur copine de sexe pour une rencontre sans lendemain

Ou faire une rencontre sans lendemain l’été ?

Pour moi le meilleur endroit pour faire une rencontre sans lendemain c’est, incontestablement, un bal musette dans un village ou près d’un camping le plus loin possible de chez moi. Loin de chez moi c’est primordial pour être certaine que je n’y suis pas connue et que j’éveillerai l’appétit des mâles sur place. C’était l’été 2016, presque un an déjà. J’avais décidé que je m’appelais Cerise et je portais une robe à poids. C’est moi qui l’ai dragué et invité à me faire danser. C’est moi qui l’ai entrainé vers un coin sombre entre deux maisons en pierre. C’est par contre lui qui a mis la main dans ma culotte pendant qu’il m’embrassait. Je mouillais tellement que ses doigts rentraient tout seuls. Je l’ai sucé accroupie car le sol était de graviers et je ne pouvais me mettre à genoux. Il m’a prise debout et j’ai mordu son épaule au sang pour ne pas crier quand il me faisait jouir. J’aurais voulu qu’il me rejoigne après à mon hôtel car je vouais plus que cette brève étreinte. J’imaginais mon petit cul défoncé et les ressort du lit qui couinent presque autant que moi. Mais ce soir il ne pouvait pas, il fallait qu’il s’organise, demain, sûr, il pourrait me rejoindre à l’hôtel, vers 10h ? J’ai dit oui, sachant que le lendemain je serai déjà partie. Je suis à consommer sur place ou à emporter mais pas à mettre au congélateur.


De vrais sites de rencontre dédiés à la rencontre sans lendemain ça existe ?

Forcément, pour vivre le frisson d’une rencontre clandestine et sans lendemain le premier réflexe pourrait être d’aller sur un site de rencontre spécialisé comme copinedesexe ou cinqasept. Pour une fille c’est très facile car il y a tellement plus d’hommes en recherche d’une rencontre sans lendemain que de fille que les sites n’ont pas besoin d’ajouter des faux profils d’hommes pour équilibrer le ratio homme/femme de ces sites. Bien sûr la contrepartie c’est que les hommes galèrent un peu plus. Même si les plus persévérant finissent par trouver on est bien obligé de dire qu’il y a beaucoup de déçus. Avec un peu d’expérience je peux vous affirmer que je n’ai plus vraiment besoin d’internet pour m’assurer des plans culs sans lendemain. Mais le gros intérêt pour moi d’internet c’est que l’on peut planifier, préparer la rencontre, allumer le mec avec le descriptif des préparatifs et accessoires que l’on compte utiliser.

Pourquoi je multiplie les rencontres sans lendemain ?

L’amant parfait n’existe pas. Et s’il existait ce serait sans doute ennuyeux et, peut être que je ne serais pas à la hauteur. Certains hommes sont très bon pour les préliminaires mais mauvais ou peu endurants lorsqu’ils sont bien au chaud dans mon minou étroit. D’autres savent me besogner comme des stars du porno mais n’ont aucune imagination pour instaurer une ambiance qui me fasse fantasmer. Multiplier les rencontres sans lendemain c’est, pour moi, l’assurance de vivre à chaque fois quelque chose de nouveau. Réussie ou ratée la rencontre sans lendemain est toujours une surprise. Et j’aime les surprises presque autant que les orgasmes. J’aime par dessus tout ce moment où mon plan cul me voit en vrai pour la première fois. En général il aime ce qu’il découvre. J’aime quand il ose enfin mettre sa main sous ma jupe. J’aime découvrir s’il est velu en bas du ventre. J’aime promener mes lèvres de son cou à ses couilles en trainant ma langue tout le long du chemin. J’aime une chambre d’hotel chaque fois différente. Un AirBnB original. J’aime quand il me consomme sur la table de la cuisine, être sur ses genoux dans un grand fauteuil club, tendre mon postérieur à sa main de fesseur agenouillée au pied du lit. J’aime te sucer alors que tu conduits, j’aime te sucer aussi quand tu es confortablement installé avec un verre de whisky ou sirotant une poire belle Hélène. J’aime que ta femme appelle sur ton portable, que tu lui réponde et lui raconte ta journée de boulo alors que je suis à califourchon sur toi et que je glisse ta verge dans mon con. Notre rencontre restera une rencontre sans lendemain mais elle sera surtout inoubliable.

jeune salope pour plan cul à 3

Mon fantasme d’initiation d’une jeune salope

Jeune salope, je dois l’honnêteté d’écrire qu’à plus de trente ans je ne peux plus me qualifier ainsi. Je suis jolie, ferme de partout et très coquine, ça oui. Mais comparée aux jeunes salopes dévergondées que l’on peut trouver sur le net ou dans la vraie vie j’ai conscience que je ne réponds pas exactement au même fantasme. Pourtant, avec une jupe à carreaux d’écolière de grosse lunettes et deux couettes je sais que je fais très bien illusion ! Pour en discuter en chat ou au lit avec mes amours (je préfère ce terme à amants) de passage, je sais que baiser une jeunette à peine entrée dans l’âge adulte est un fantasme récurent chez nombre d’hommes de tous âges. En évoquant le sujet je me suis vite rendu compte que j’avais ce même fantasme. Non pas de coucher avec un jeune puceau (très peu pour moi) mais plutôt initier une jeune salope aux joies d’une sexualité débridée et sans tabous. J’avais déjà eu des plans à trois mais toujours avec un homme et une autre fille déjà bien expérimentés question gaudriole.  Je voulais trouver une jeunette, non pas vierge, mais au moins débutante pour avoir le plaisir de l’offrir en cadeau coquin à mon amoureux de quelques jours pour un plan à 3 inoubliable.

Jeune salope débutante débusquée sur internet

Je suis toujours surprise de constater la diversité des profils que l’on trouve sur les sites de rencontres. C’est à s’y perdre, des sites sérieux comme e_darling hébergent des filles et des mecs qui n’ont pas froid aux yeux ni aux fesses alors que des sites plutôt orientés plan cul comme copine de sexe ont (entre les nombreux faux profils) des midinettes à la recherche d’un amour durable et sincère (sic) ! Je me voyais mal trouver parmi ces jeunettes presqu’innocentes la jeune salope en devenir que je rêvais de prendre sous mon aile pour une éducation sentimentale plus charnelle qu’intellectuelle. Comme toujours ma recherche se heurtait d’abord à des dizaines de faux profils et de dingues plus ou moins prostituées. Jusqu’à cet après midi crapuleux où nous surfions le net avec Jean Patrick nus sur le grand Lit de ma chambre d’hôtel. C’est par la boite mail que naquis l’espoir. Et l’espoir s’appelait Capucine, une lectrice encore lycéenne de mon blog ! Voici, sans les nombreuses fautes d’orthographe, le mail que m’envoyait cette délicieuse bachelière :

Bonjour Lucie,
Je suis une grande fan de ton blog. Je viens d'avoir mon bac ainsi que mes dix huit ans. Je ne suis, tu t'en doutes, pas très expérimentée mais pas vierge non plus ! Je voudrais te demander comment tu fait pour vivre de telles aventures. Moi mes "copain" ne m'ont jamais fait vivre le dixième de ce que tu décris. Et les rencontres sur internet m'ont toujours déçues. Si tu passes par Laragne Montéglin  un jour n'hésite pas à me faire signe...Au moins pour un café et une discussion entre filles !

C’était un mercredi, nous étions à Arles et j’avais annoncé à mon mari que je devais rentrer dans le Pyrénées le lendemain. Mais c’était aussi une semaine de canicule et je pouvais bien retarder mon retour d’un jour en prétextant un problème de boulo à mon mari tout en posant une RTT en douce auprès de mon boss. Pas très prudent mais jouable. Je poussais Jean Patrick du coude : »ça te dis un petit voyage dans les hautes Alpes, histoire de voir si on arrive à transformer une oie blanche en jeune salope dévergondée ? »

Une jeune salope en perspective

Chère Capucine,
Merci d'être fan de mon blog. Pour les aventures sexuelles hors du commun je ne saurais trop quoi te répondre. Sinon que tout n'est pas toujours aussi réussi que dans mon blog et que, surtout, je passe un temps fou à chatter, échanger par mail et trier les demandes sur les sites de rencontre avant de jeter mon dévolu sur un profil. Et même avec toutes les précautions que je prends pour un super plan cul réussi il y a au moins deux déceptions dont je ne parle pas ! Mais ne tournons pas autour du pot, si tu m'écris c'est que tu es ouverte au moins d'esprit. Je suis avec un "ami" de passage pas loin de ta région. Si tu veux on peut se voir demain. Mais je te préviens, après le café je compte bien que nous t'emmenions à l'hôtel !

L’approche était directe mais je n’avais pas envie de faire 300km pour me prendre un but une fois sur place. Sa réponse fut instantanée et aussi succincte que direct :

"Chiche !"

Je tenais ma jeune salope à initier. Jean Patrick, qui lisait en même temps que moi, bandait comme un âne. Je fermais le mac book et me jetais sur lui : »Ca te dis une jolie femme mariée avant de te faire la jeune salope que je t’offrirai demain ? » Sa queue qui s’enfonçait dans ma chatte me répondait que oui, ça lui disait. Ca lui disait même beaucoup.

Jeune salope à la terrasse d’un café

Le lendemain, après un trajet en voiture qui nous permis de nous exciter mutuellement en racontant par le menu tout ce que nous projetions de faire avec notre Lycéenne d’amour, nous arrivions sur la place de Laragne  sur les coups de 3 heures de l’après midi. En chemin j’avais réservé une Chambre dans un hôtel en précisant que nous arriverions dans l’après midi. Bien sûr j’avais choisi l’hôtel pas trop près pour préserver un peu de discrétion vis à vis de Capucine. Il y aurait encore une grosse heure de voiture mais je ne voyais pas trop comment faire mieux pour préserver la réputation de notre jeune salope. Jeune salope qui nous attendait à la terrasse d’un café de Laragne. Elle était telle que sur les photos envoyée mais avec un je ne sais quoi de plus qu’une simple image sexy ne peut transmettre. Simple et nature, pas de maquillage ou très peu. Jean moulant, Converses et Vrai Polo Lacoste rose bonbon. Ca c’est pour l’emballage, dessous on devine un corps juvénile avec de belles formes. Ecrire qu’elle a le corps d’un jeune mannequin serait mentir. Capucine n’est ni grande ni petite, 1m70 environ, peut être moins, châtain clair . La décrire comme une jeune salope du net ultra sexy serait aussi exagéré. Non, c’est juste une fille normale. Normale mais avec ce petit plus que seules les très jeunes femmes ont souvent : l’attrait magique de la chair fraiche, très fraiche. La peau de ses bras semble incroyablement douce, les seins sont menus mais bien formés et ils pointent très légèrement sous le polo rose. Je devine un peu de ventre mais à peine. Les cuisses ne sont pas longilignes comme les miennes mais elle n’est pas grosse non plus. Jean Patrick presse ma main me faisant ainsi savoir secrètement qu’il la trouve très à son goût. Après tout c’est important puisque je considère Capucine comme un cadeau autant pour moi que pour mon amant.

Capucine est avec quelques amis. Elle nous présente comme ses oncle et tante de passage dans la région. C’est crédible et ça lui permet de fausser rapidement compagnie à ses camarades de lycée ainsi que de nous embrasser chaleureusement sur les joues.  Elle sent bon, sa bise est appuyée et tout aussi généreuse que ses lèvres pulpeuses. Nous partons d’un pas tranquille vers l’Audi blanche de Jean Patrick. Il me tend les clefs : »Tu conduits mon amour, je vais monter derrière pour laisser la place de devant à Capucine. Les femmes et les enfants d’abord ! »

Sur la route avec une jeune salope

Certains seront peut être choqués que j’appelle la jeune, jolie et presque innocente Capucine jeune salope à longueur d’article. Je le fais pour deux raisons : la première raison est que jeune salope est l’expression que j’ai choisi comme mot clef pour cet article. Les googlebots sont un peu cons et il faut leur marteler les mots clefs pour qu’il consentent à me mettre ne premier dans les moteurs de recherche ! La seconde raison est que j’aime m’exciter toute seule à appeler cette jeune salope que j’initie ainsi. Et, croyez le ou non, c’est, sous ma plume et dans ma bouche plutôt un sobriquet affectueux !

Nous voici donc dans la très belle Audi A7 de Jean Patrick. Je suis au volant avec une jolie vue sur les seins et les cuisses de la miss qui est assise à la place du mort. Quand à Jean Patrick il n’est pas mort, je suis sûre qu’il bande encore, seul sur la banquette arrière.

Moi : »Ca va, tu n’as pas peur de partir seule en voiture avec tantine et tonton pervers ? »

Capucine jeune salope : »Ca va, je suis un peu intimidée mais curieuse en même temps. Ca va vraiment se passer comme dans les articles de ton blog ? »

Moi : »ça dépends, tu pense à quel article ? »

Ma jeune salope : »Heu, celui du plan à 3 par exemple… »

Moi : »Bin ça va dépendre surtout de toi. Et tu sais, il ne faut pas trop te poser de question, chaque fois c’est différent, l’important est qu’on s’amuse tous. Et j’ai le sentiment qu’on va bien s’amuser ! »

Je joins le geste à la parole en posant une main légère sur sa cuisse.

Elle se mord la lèvre inférieure. Je sais que c’est bon signe, je caresse très légèrement, du bout des doigts. Même si j’ai déjà envie de remonter vers son con je reste sage et me contente de l’extérieur de la cuisse. Son jean rend forcément cette caresse plus chaste que ce que j’aimerais. Mais nous avons tout notre temps. Mon ami actionne le bouton électrique sur le côté du siège de notre passagère pour incliner le dossier au maximum. Capucine est presque allongée. Nous n’allons pas vite et la boite automatique de l’A7 me laisse pas mal de liberté. Mais je dois quand même faire attention à la route. J’envie la position de mon ami qui, derrière Capucine peut lui masser les épaules et lui chuchoter des choses à l’oreille. Il parle si doucement que je n’entends pas. Mais Capucine elle continue à se mordiller la lèvre. Elle a mis sa main sur la mienne et la dirige très légèrement un peu plus vers l’intérieur de sa cuisse. Le geste n’a pas échappé à mon ami. Ses main migrent des épaules vers les seins de notre jeune salope. Cette fois j’entends clairement qu’il lui demande de déboutonner son Jean. Elle s’exécute. Mais déjà nous arrivons au rond point juste avant l’hôtel. Pour ceux qui connaissent un peu les environs de Laragne c’est le rond point avec des moutons juste avant l’autoroute et à côté d’un hotel ibis où une chambre nous attend. Il est un peu plus de 15h, le parking est désert et la chaleur à l’extérieur sans doute étouffante. Je gare l’A7 mais laisse le contact et la clim en marche. Rien ne presse pour la chambre, j’ai envie d’un peu mieux connaître l’anatomie de notre jeune salope avant de passer à des choses plus sérieuses. Je me penche vers elle pour l’embrasser sur la bouche. Elle semble un peu surprise, ne répond pas à mon baiser mais elle ne me repousse pas non plus. Ses lèvres sont juste timidement ouverte. J’y pose les miennes sans aventurer ma langue pour le moment. Ma main est remontée vers la culote en dentelle. Elle n’a défait que les deux premiers boutons de son Jean, je m’attaque habilement au troisième. Mon ami passe ses mains sous le polo rose pour caresser le ventre légèrement rebondi et tout blanc de la jouvencelle. Il la complimente à l’oreille : »Tu as la peau douce, j’imagine que tu es bien douce de partout. »

J’aventure un peu ma langue dans sa bouche. Elle vient au contact de la sienne mais je sens qu’elle a mis sa langue autant pour le baiser que pour faire barrage à l’avancée de la mienne. Mais elle ferme les yeux, ça va juste un peu vite pour elle mais le mouvement de bassin qu’elle fait pour aller au devant de ma main baladeuse ne trompe pas, la situation lui plait.

Mon ami à son oreille : »Baisse un peu ce jean ma belle… »

Elle lève les fesses pour obéir et comme je presse un peu plus ma main je sens nettement le petit abricot de son con à travers la dentelle de sa culotte. Je l’imagine déjà moite. D’ailleurs moi aussi je sens que je commence à mouiller. Lui en a profiter pour glisser la main sous les fesses de la donzelle. On pourrait continuer ainsi longtemps mais j’ai soudain envie de plus de liberté que ce que permet l’habitacle de la voiture.

Moi : « Bon, on va la voir cette chambre ? Il fait chaud et j’ai bien envie d’une douche. »

Mon ami : »Tu as raison, allez mignonette, rhabille toi et allons voir si la rose est éclose. »

Notre jeune salope renfile son Jean et relève le dossier du siège à l’aide du bouton idoine. Pour moi la situation est étrange. Je me sens un peu coupable d’entrainer cette très jeune fille dans un plan cul à trois. Elle semble avoir l’innocence de la jeunesse, quelque chose d’un peu maladroit et timide tant dans le regard que dans sa façon de bouger. Et en même temps elle est sacrément gonflée et coquine d’être là avec nous. Objectivement elle se comporte comme une vraie jeune salope lubrique. Mais pas mal d’indices dans sa gestuelle disent son inexpérience et sa naïveté. Elle est majeure et ce n’est pas une oie blanche. Pourtant j’ai envie de la protéger, de lui épargner la brutalité qui accompagne parfois ma sexualité débridée avec certains hommes. Je m’aperçois aussi que je suis presque un peu jalouse de mon ami. Finalement j’aurais peut être aimé l’avoir un peu pour moi toute seule cette jeune salope presqu’innocente.

Allez, comme je suis aussi coquine que taquine et que j’ai envie de savoir si ce blog est toujours lu je n’écrirai la suite de ce récit que lorsqu’il y aura dix commentaires à cet article. A vos claviers si vous voulez la suite, qui est, ma foi, assez gouleyante !

 

Se faire sucer par sa copine, conseils

Se faire sucer n’est pas toujours facile lorsque vous êtes un mec et que votre copine ne le fait pas naturellement.

mes autres arthicles

Conseils pratiques pour convaincre votre copine de sucer

Avoir une copine ou une femme qui ne suce pas est une grande source de frustration chez beaucoup d’hommes. Je ne compte plus les amants qui m’avouent que leur femme ne suce pas et que c’est une des raisons pour laquelle ils sont infidèles. Si vous avez décidé vous d’être fidèle bravo ! Alors j’espère vous aider à convaincre votre copine de pratiquer la fellation.

conseil numero 1 pour lui faire aimer la fellation : la bonne position.

00EB804D-9394-4491-A2A3-E924393C37B5

Les films pornos nous ont trop habitué à la fille genoux ou accroupie qui suce un mec debout. Pour commencer c’est une position inconfortable qui en plus donne l’impression à la femme d’être soumise. Moi j’aime et ce jeu de rôle sexy m’excite. Mais mieux vaut ne pas commencer comme cela. Votre première pipe avec votre copine, ou son retour à la fellation après une longue abstinence se fera bien mieux si elle est confortablement installée et que vous êtes passif sur le dos.

Conseil numero 2 pour se faire sucer : juste après la douche.

je vous épargne le chapitre sur la propreté et l’hygiène, je ne suis pas votre mère ! Mais la propreté c’est aussi dans la tête. Si vous êtes propre et parfumé mais que vous êtes le seul a le savoir c’est moins efficace. Une astuce, juste avant de rejoindre votre copine pour, vous l’esperez, une fellation, douchez vous, longtemps, bruyamment. Entrez dans le lit propre comme un sou neuf et doux comme un agneau. Vous augmenterez de 50% au moins vos chances de vous faire sucer.

Conseil numéro 3 pour se faire sucer par sa copine : cunnilingus GRATUIT

Le mot important c’est GRATUIT. Le deal ce n’est pas un cunnilingus contre une fellation. Ça ne marche pas comme cela. Faites juste souvent un bon gros cunnilingus à votre copine. Sans rien attendre en retour. Vous verrez il ne devrait pas se passer trop longtemps avant qu’elle ne vous suce de sa propre initiative !

F7049ED1-0F39-4338-9AB2-A04BF3EE9C9B

 

Voici le mail que je viens de recevoir…Et ma réponse à celui qui veut se faire sucer.

De Martin habitant oà Evreux le 21 juin 2017 :

Salut coquine Lucie,

Voilà, j’ai vu que tu donnais pas mal de conseils sur ton blog de cul. Comment faire une bonne sodomie, comment sucer en gorge profonde, comment trouver une salope sur internet. Et j’en passe car je n’ai pas pris le temps de tout lire. Franchement, tes conseil c’est du grand n’importe quoi ! Mais j’aime bien comment tu écris et dans le tas il y a quand même des conseils que je trouve utiles et qui semble si sincères ! Alors voilà mon problème : J’adore me faire sucer, comme, j’imagine la majorité des mecs. Mais je ne sais jamais comment amener ma copine à me faire une fellation. Aurais tu quelques idées ? Des conseils pour y amener une fille qui n’en a pas naturellement envie ? Et épargne moi les conseil du genre dis lui : »Viens me sucer la bite comme une chienne grosse cochonne, je sais que tu meures d’envie de me tailler une grosse pipe de salope ! » Je sais que tu aimes quand on te parle comme ça mais je peux t’assurer que ce n’est pas le style de ma copine !

Signé Martin qui n’en peut plus d’avoir envie de se faire sucer.

Ma réponse à Martin qui veut se faire sucer :

Bon, Martin, tu as raison, ce qui marche avec moi c’est un petit jeu de rôle de domination. Et, même sans jeu de rôle, il ne faut pas me prier pour que je prenne une bonne queue entre mes lèvres, que je suce en branlette espagnole ou en gorge profonde. J’aime ça presque plus que baiser ! Donc désolé, mais le mieux que je puisse faire c’est de lancer un appel aux bonnes volontés lectrices (et lecteurs) de ce site pour te donner les conseils pour faire de ta copine une bonne suceuse. Alors, lecteurs, lectrices, à vous de jouer en commentaire ou en mail privé. N’ayez pas peur de mal écrire, je remettrai en forme au fur et à mesure !

se faire sucer
je suis une experte en massage buco pénien, cliques si tu veux me trouver…

Jacques (De Brest, réponse dans la nuit du 22 au 23 juin)

Moi, pour me faire sucer je commence par un cunnilingus et je m’arrange pour me retrouver en position de 69. Ca marche à tous les coup…de queue.

Marina (Suceuse de Briançon le 26 juin au matin)

Cher Martin qui veut se faire sucer,

Au début, moi non plus, je n’avais pas envie de sucer mon amoureux. Je savais qu’il avait très envie d’une fellation mais cela ne me donnait pas pour autant le désir de lui tailler une pipe.

Cependant, bonne poire, parfois je me forçais pour lui faire plaisir puisqu’il désirait tant se faire sucer. Je me disais : si je ne le fais pas il ira voir ailleurs. Alors, bien sûr il aimait ça ! Mais, du coup, il ne venait dans mon con que pour éjaculer bien trop précocement à mon goût. Et c’était moi la grande perdante ! Pour moi sucer mon mec revenait à renoncer à l’orgasme puisqu’il n’était pas assez endurant pour me satisfaire après une bonne pipe. Je n’osais pas lui en parler car j’avais peur de sa réaction. Je sais, je suis conne. Mais c’est ainsi. Un jour, par hasard, j’ai retrouvé un copain du temps où j’étais Lycéenne sexy mais trop sage pour coucher. On a rattraper les occasions ratées. Je sais, c’est mal de tromper mais ce n’était pas prémédité du tout. Alors je me dis que c’est moins grave, que ça compte presque pas ! Comme il a commencé par un cunnilingus de folie je me suis sentie obligée de le sucer. Mais je me disais que c’était dommage. Dans ma tête je pestais contre ces mecs qui veulent tous se faire sucer. Cela allait encore écourter l’étreinte…Mais rien de tout cela, il me guidait habilement en me pressant la tête. Il s’écartais pour me laisser lui lécher les couilles quand il sentait que c’était trop pour sa queue. Il m’encourageait, non pas avec des insultes mais avec des compliments, en me félicitant sur mes talents de bonne suceuse. Il me disait que c’était bon, que j’étais douée et que j’aurai le prix Nobel de fellation ! En même temps il me déplaçait sur le lit pour pouvoir me caresser la chatte par derrière. C’était fort agréable et, pour la première fois, j’aimais réellement sucer. Après il m’a prise en levrette. Pas des heures mais suffisamment longtemps pour me faire jouir. Il faut dire que j’étais bien préparée à l’orgasme par ses doigts délicats. Je me suis séparé de mon copain qui ne savait pas se faire sucer quelques semaines après. La morale que je tire de cette expérience et le conseil que je te donnerais c’est que si tu veux te faire sucer alors c’est surtout à toi d’apprendre à savoir bien te faire sucer. La fellation ce n’est pas le mec qui est passif et la nana qui fait tout !

Fred (De Toulouse dans la nuit du 28 au 29 juin)

Ma copine était très jeune et inexpérimentée quand nous nous sommes mis ensemble. Presque vingt ans nous séparent et je ne vous raconte pas pour quel pervers je passe ! Mais je me fiche bien de ce que les gens pensent. Elle était majeure quand ça a commencé il y a deux ans et elle en a maintenant vingt. On est bien ensembles et c’est ce qui compte. Mais pour en revenir à notre sujet, elle était quasi vierge quand tout à commencé pour nous et la fellation n’était pas vraiment au programme des réjouissances sexuelles. De mon côté j’avais déjà pas mal bourlingué et j’avoue que je n’étais pas prêt à renoncer au plaisir de se faire sucer…Redisons le les filles, se faire sucer est un des grand plaisir de la vie pour un homme ! Mais je suis fidèle et j ne voulais pas la brusquer. Elle y est venu très progressivement, cela a pris plus de six mois, sans que, jamais nous n’ayons besoin d’en parler. Se faire sucer par ma copine a été pour moi une démarche très naturelle. D’abord j’ai passé beaucoup de temps à la peloter dans des lieux publics, genre cinémas, cabines d’essayage de magasins de fringues, ascenseurs etc…Chez nous je lui léchais le minou des heures entières sans jamais rien demander en retour. au début c’était très timide, elle n’osait pas trop et n’embrassait que mon ventre ou mes cuisses. J’ai été patient, je n’ai jamais poussé sa tête vers mon sexe car je trouve cela vulgaire et malpoli. Cela a pris longtemps mais je peux vous dire que maintenant Melissa adore la saucisse et qu’elle est une vraie bonne suceuse de première ! Mon conseil à Martin qui veut se faire sucer : Sois patient, tout vient à point à qui sait attendre.

Bénédicte (du Havre en Seine Maritime le 7 juillet )

Je vais peut être choquer ou paraître vénale mais je suis bien obligée d’avouer que je suce d’autant plus volontiers mon mari quand il a fait chauffer la carte bleue. Sac à main, paire de chaussures ou week-end en amoureux dans un bel hôtel sont autant d’attentions délicates qui me donnent sincèrement envie de sucer. Cela fait peut être de moi une salope vénale ou une femme intéressée. Mais pourtant j’aime mon mari, je prends plaisir à le sucer. C’est juste que je ne vois pas où est le problème de dire merci à celui qu’on aime avec une fellation. Donc mon conseil ce serait peut être de faire des cadeaux. Sexe contre cadeau ou fellation contre cadeau ça peut aussi marcher dans un couple !

Kim de région PACA le 20 juillet 2017

Je suis un habitué des sites de rencontre. J’aime les femmes, j’aime le sexe et internet pour moi a été une vraie révolution. Plus besoin de faire des faux semblant, moins de perte de temps à draguer et des rencontres faciles et nombreuse. Enfin presque facile…J’ai pu remarquer que toutes les filles qui couchent facilement ne sucent pas forcément. Par contre une règle qui s’est toujours vérifiée est qu’une fille qui a une bouche à pipe sur son profil est toujours une bonne suceuse. J’entend par bouche à pipe des lèvres pulpeuses et maquillées. Cela ne veut pas dire que si la fille n’a pas une bouche à pipe elle ne sucera pas. Mais si elle mets sa bouche en avant sur sa photo de profil je suis sûr à 100% qu’elle suce ! Donc mon conseil pour celui qui veut se faire sucer et fréquente les sites de rencontre c’est de sélectionner les photos de profils de miss avec une belle bouche.

Fabienne de Provins 21 juillet 2017

Pour aller dans le sens de Kim je pense toujours à mon mec du moment et à comment je vais le sucer quand je me mets du rouge à lèvre seule devant la glace de ma salle de bains. C’est automatique, si je me mets du rouge à lèvre ça me fait penser à une bonne queue que j’ai envie de sucer. Sinon, à part ça, je suis une fille normale et pas une nympho. Je pense qu’un mec qui veut se faire sucer par sa copine peut, par exemple, lui offrir du rouge à lèvre classe et un peu cher. Rouge de Channel par exemple. Autre astuce, quand mon mec veut se faire sucer il porte mes doigts à sa bouche.

Rencontrer des mannequins qui couchent

Ma chère Lucie,

Surprise par mon commentaire sur ton blog disant que j’étais Mannequin mais que cela ne me facilitais en rien la vie pour faire des rencontres coquines tu m’as demandé comment cela était possible. Comment, alors que tous les hommes rêvent d’un plan cul avec un mannequin, ce peut-il que je galère autant pour trouver non pas l’amour mais juste un plan sympa pour l’été ? A vrai dire je ne suis pas certaine d’être capable de bien répondre. Mais c’est vrai que je ne suis pas la seule dans mon cas et la plupart de mes amies Mannequins (si l’on peut parler d’amitié dans ce métier) ont les même problèmes que moi.

Mannequin = Salope ?

Je pense que, tout simplement, il ne faut pas croire au cliché de la vie de Mannequin toute en Strass et en Paillettes. Même quand on est mannequin dans une grande agence, ce qui est mon cas, on est paradoxalement très entourée et en même temps très seule. J’ai été repérée et engagée comme mannequin à 16 ans. J’en ai aujourd’hui 21. Il faut savoir qu’un Mannequin de 16 ans est surveillée quasi H24. Et c’est bien car sinon mes parents ne m’auraient jamais laissée faire cela ! Au début c’est plutôt une vie sympa car il y a des voyages et, même pour moi qui ne suis pas dans les très connues, de l’argent. C’est pas la vie de rock star mais par rapport à n’importe quel boulo de caissière ou de secrétaire c’est presque cinq fois mieux ! Bien sûr je ne parle pas d’une secrétaire cochonne qui fait semblant d’être secrétaire dans des scénettes érotiques mais d’une vraie secrétaire comme il y en a tant qui ne sont ni très belle ni salope. Donc c’est sympa, mais niveau rencontres ce n’est pas le pied pour l’épanouissement sexuel à cet âge. Les agences ont tellement peur du détournement de mineure qu’on est surprotégée. Et je n’ai eu mon premier rapport sexuel que l’été de mes 18 ans, justement quand je suis revenu chez mes Parents dans le Cantal en Vacances ! On décrit souvent la première relation sexuelle comme un échec, une déception. Cela n’a pas du tout été mon cas. Au contraire, c’était une révélation ! J’étais maladroite bien sûr mais j’ai aimé cela. J’ai même adoré et j’ai tout de suite eu envie d’en connaître plus, de recommencer avec le même garçon mais aussi avec d’autres car je n’étais pas amoureuse. Je n’étais pas amoureuse mais j’adorais ce qu’il me faisait, je ne peux pas le nier ! Tout cela n’a rien à voir avec le fait que je sois Mannequin. Mais peut être que les mois d’isolement et de privation affective y sont pour quelque chose. Ensuite, à la fin de l’été quand il a fallu reprendre les voyages, tout s’est arrêté net. J’aurais sans doute eu des occasions car j’étais majeure. Mais c’est un milieu où si vous commencez à devenir « accessible » alors la carrière est foutue. On te prend et on te traite comme une salope. Les filles jolies c’est pas ça qui manque. Du coup celles qui ont mauvaise réputation sont orientées vers des trucs glauques et en plus très mal payés. Alors le sexe j’avoue que ce n’est QUE pendant les vacances, et QUE en cachette. Mais ça me va très bien en fait et j’aime ça plus que jamais ! Mon seul regret est d’être obligée de passer par les sites de rencontre. Mais je n’ai pas trouvé d’autre solution pour rester discrète.

Voilà, j’espère que cela répond à tes questionnements.

Plan cul Elbeuf, Normandie coquine

Plan cul Elbeuf, telle était le nom de code que je donnais dans ma tête à ce déplacement professionnel dans cette charmante bourgade du bocage Normand. Le gros avantage des déplacements commerciaux lorsque l’on est, comme moi, un peu nymphomane mais mariée et en recherche de discrétion c’est que l’on ne reste jamais plus de quelques jours au même endroit et que l’on est bien souvent loin du lit conjugal sans avoir besoin de se justifier. Alors, dans ma tête je me rêve prisonnière en cavale comme dans Prison Break ou agente secrète donnant des noms de code à chacune de mes aventures extra conjugales. Cette fois donc ce serait plan cul Elbeuf.

En tenue pour un plan cul Elbeuf
En tenue pour un plan cul Elbeuf

Plan cul Elbeuf, back to basics

Pour cette mission sexy je voulais un homme rude aux mains calleuses. Je fantasmais sur un normand qui fleurerait bon la ruralité et saurait relever ma robe à fleurs pour me prendre par derrière comme une bonne vache Normande à gros seins et peau laiteuse. Bon, je suis plutôt brune et déjà bronzée en ce mois de mai. Mais qu’à cela ne tienne, en culote de coton blanche, robe à fleurs et souliers vernis je pouvais passer pour une provinciales endimanchée même si nous étions jeudi. J’avais cueilli mon amant du jours sur cinqasept et nous devions nous rencontrer à la terrasse d’un bar cours Carnot. L’homme n’avais rien d’exceptionnel au vu de son profil mais il y avait dans la photo de lui, cadrée à l’américaine en chemise à carreaux dans un environnement champêtre, quelque chose d’un peu ringard et provincial qui m’attirait. Après avoir vécu des plans culs plutôt sophistiqué j’avais envie d’une baise simple et sans chichi. Un plan cul Elbeuf qui ne resterait peut être pas dans les anales de ma vie de débauche mais qui me permettrait de prendre mon pied et d’oublier un peu la monotonie des déplacements commerciaux que j’enquillais depuis plus d’un mois sans sexe.

La coupe de ma robe mettait bien en valeur mes gros seins, et Francis avait vraiment du mal à me regarder dans les yeux. Quand il me demandais si j’avais envie d’aller faire un tour et qu’il me fasse visiter le centre ville d’Elbeuf ses yeux étaient tellement fixés sur mes seins que je n’hésitais pas à répondre : »Non merci, j’ai surtout envie qu’on aille direct à mon AirBnB pour une cravate de notaire et plus si affinités. »

-« Eh bin dis donc, tu n’y vas pas par quatre chemin ma cochonne ! Note que ça me va bien comme programme. »

-« J’aime bien quand tu m’appelles cochonne. Surtout ne te prive pas si tu as d’autre petits noms à me donner…Allez, vite, on y va, j’ai très envie de faire ma gourmande ! »

Je laissais un billet de cinq sous la bouteille de San Pelegrino et le prenais par la main pour l’entrainer presque en courant vers la place François Mitterrand non loin de laquelle je louais un joli loft depuis le matin. A peine passée la porte de l’immeuble je me collais à lui pour lui rouler une galoche d’anthologie. J’aime mettre la langue quand j’embrasse, j’aime sentir que mes seins se pressent contre le torse de mon amant d’un jour. Ce premier baiser est un des moments que je préfère. Les mains qui se font baladeuses et surtout garder les yeux ouverts pour les faire parler. Quand j’embrasse j’aime penser que le mec comprend à ce moment précis que je vais être un super coup. Je veux, dans le premier baiser, qu’il comprenne que je vais faire ma salope jusqu’au bout, qu’il pourra tout me demander. Ou, plutôt non, qu’il n’aura même pas à me demander. Et là, je savais que c’était exactement ce qu’il devait se dire. La mission plan cul Elbeuf s’annonçait un succès !

Plan cul Elbeuf, du rêve à la désillusion

 J’imagine que ce titre de paragraphe n’est pas très habile puisqu’il dévoile à l’avance que mon plan cul Elbeuf n’a pas tenu toutes ses promesses d’orgasmes multiples. Pourtant je pouvais sentir le sexe déjà bien dur de mon plan cul Elbeuf à travers le tissus de son pantalon. A peine passé le seuil du petit appartement que je nous avais trouvé il me prenait par la taille pour un nouveau baiser et ses mains allaient directement à mes fesses. Je me libérais soucieuse de ne pas aller trop vite car je sais les dangers de trop de précipitation. En général c’est éjaculation précoce assurée.

-« Installe toi, patiente un peu, je nous ai prévu tout un programme. » Je le pousse gentiment sur le petit canapé en cuir de l’appartement. « Attends moi là mon beau, je suis toute à toi dans quelques secondes. »

J’ouvre la fenêtre qui donne sur la rue pour tirer les volets. Il fait encore plein jour et j’ai envie d’une lumière un peu moins crue. J’ai aussi préparé un grand verre à Whisky de la glace et une bouteille de Jack Daniel. J’ai aussi une de ces petites pilules magiques qui permettent parfois (parfois seulement hélas) de faire durer l’erection au delà du raisonnable. Et je suis déraisonnable.

-« Pendant que je te fume le cigar tu préfère justement un vrai cigar ou un pétard ? »

-« Plutôt cigar chérie ! »

Chérie, si c’est pas mignon tout plein. J’ai l’impression d’être à la maison ! Enfin, pourquoi pas, après tout. J’ai défait les premiers boutons de mon chemisier et je reviens vers lui son verre dans une main, un Montecristo dans l’autre. Je lui donne le verre et m’installe à genoux à ses pieds. Je passe lentement le cigar entre mes gros nichons, puis j’en suce méthodiquement la hampe pour bien l’humidifier. Je sais qu’il pense à sa queue qui prendra bientôt le même chemin. J’ai un zippo argenté et je passe le cigar dans la flamme pour le chauffer un peu. Je repasse le tout dans ma bouche et je rechauffe une seconde fois. Mon plan cul Elbeuf semble apprécier mon petit manège. Mais il s’impatiente aussi et sort sa queue de son pantalon. Dommage, j’aurais aimé le faire moi même mais le message est clair. J’allume cependant le cigar et en tire quelques bouffées. Je souffle la fumée sur sa belle queue. Il me prend le cigar et passe la main derrière ma nuque pour m’attirer vers sa verge.

Comme j’ai déjà promis une cravate de notaire et que je tiens toujours (enfin presque) mes promesses je fais sauter les derniers boutons de mon chemisier et installe sa belle queue au creux de mes gros seins fermes pour une branlette Espagnole que j’espère d’anthology.

Et c’est là qu’après à peine trois aller retour je me prend une énorme éjaculation faciale ! Mon plan cul Elbeuf est tout penaud, Il se confond en excuses. Moi les excuses il n’y a rien de pire pour me faire redescendre. Si il avait accompagné son éjaculation prématurée d’un bon : »Tiens, prends ça dans ta face cochonne ! » c’est presque certain que j’aurais proposer d’attendre un peu, de reprendre plus tard après, éventuellement un petit remontant chimique que j’ai toujours en réserve. Mais là, des excuses, limites gémissantes c’est le pire. Dégoutée je le laisse se rhabiller et partir. D’autant que ce n’est que le début de l’après midi et qu’avec un peu de chance et une bonne connection internet je peux sans doute me trouver un plan cul Elbeuf de remplacement vite fait ! Mais ça c’est une autre histoire que je vous raconterai peut être bientôt.